Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

La presse clandestine en URSS, 1960-1970

Référence : 45752
2 avis
Date de parution : 1 juin 1970
EAN 13 : 9782723315814
Nb de pages : 256
15.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié à partir du 15 juillet
Voir la disponibilité en magasin

Description
En dépit des arrestations et des persécutions de toutes sortes, les idées nouvelles se cristallisent à un rythme accéléré en U.R.S.S. Malgré la simplicité de sa présentation et le caractère forcément limité de sa diffusion, la presse clandestine représente le creuset et le véhicule intérieur essentiel des nouvelles conceptions du monde. Le jeune écrivain Youri Galanskov, condamné en 1968, à sept ans de camp de concentration, écrivait dans son recueil Phénix 66 : "Il est indispensable d'apporter systématiquement à la jeune littérature russe moderne un appui technique, moral et matériel. La culture occidentale n'a pas le droit de fermer les yeux sur les moindres manifestations d'arbitraire et de violence à l'égard des représentants de l'intelligentsia littéraire russe. Elle doit se rappeler que dans la Russie moderne, I'écrivain est condamné à un arbitraire illimité de la part du pouvoir..." S'inspirant de ces considérations, La Presse clandestine en U.R.S.S. cherche à montrer comment, dans un état policier par excellence, des publications périodiques indépendantes ont pu naître et se développer sous le boisseau, contribuant à la formation des esprits, guidant les recherches de voies nouvelles et entraînant dans la lutte pour la défense des droits de l'homme les meilleurs éléments de l'intelligentsia.  

Michel Slavinsky, vu par la presse soviétique : Izvestia (27 février 1968). "M. Slavinsky, vos écrivains Guinzbourg, Galanskov et Dobrowolsky (ils ne sont d'ailleurs des écrivains que dans votre imagination) se portent bien. Je les ai même vus, mais...sur le banc des accusés..." ((extrait de la Lettre ouverte de N. Brocks-Sokolov). 
TitreLa presse clandestine en URSS, 1960-1970
Auteur SLAVINSKY (Michel)
ÉditeurNOUVELLES EDITIONS LATINES (NEL EDITIONS)
Date de parution1 juin 1970
Nb de pages256
EAN 139782723315814
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)16
Largeur (en mm)135
Hauteur (en mm)215
Poids (en Kg)0.30
Critique du libraire
8 pages d´illustrations hors-texte.
Les avis clients
Tout est dans le titre ...
5/5 Lectures Françaises / 1970
.----. Des poètes et des écrivains soviétiques contestataires ont publié, d'abord au vu et au su de tous, puis clandestinement, des plaquettes, des revues, des journaux d'opposition. Il y eut notamment KOLOKOL ( le Bourdon ), qui se présentait comme l'organe de l'Union des Communards, ROUSSKOYé SLOVO ( La parole russe ), se proclamant décabriste, TETRAD ( Le Cahier ), émanation d'un groupe de " socio-démocrates ",LA CHRONIQUE DES éVèNEMENTS EN COURS. Le livre, présenté par M. Michel Slavinsky, nous conte l'histoire de cette littérature clandestine et reproduit quelques-uns des textes les plus typiques ainsi publiés au nez et à la barbe des agents du K.G.B.,l'actuelle police secrète du régime soviétique . ( numéro 162 - octobre 1970 ).
Document accablant
4/5 Revue des cercles d'études d'Angers
.----. Comme l'écrit Jean-Luc Bayle dans "La France Catholique " du 20 novembre 1970, on peut distinguer quatre courants dans cette opposition, quatre courants que le livre de Slavinsky met en lumière : -- un courant culture représenté par les poètes et certains écrivains,-- un courant marxiste-léniniste en appelant d'un marxisme trahi à un marxisme authentique; -- un courant libéral réclamant le respect des libertés individuelles et des minorités nationales ; -- un courant chrétien protestant contre les persécutions exercées à l'encontre des Eglises....---...---....----.- .Ainsi la voix de l'intelligentzia, poètes, soldats, écrivains, prêtres, artistes et savants, ne cesse de se faire entendre et des échos de plus en plus fréquents nous parviennent en Occident. Le livre de Michel Slavinsky restera un document accablant pour le régime soviétique. ( numéro5, février1971 ).