Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

La voix de l´Occident, n°11 : L´Afrique trahie

Référence : 62642
1 avis
EAN 13 : 0000007626425
Nb de pages : 210
20.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
En stock expédié demain
Voir la disponibilité en magasin

Description
Ed. La Voix de l´Occident, n°11, s.d. - 14 x 19 - 208 p. Onzième fascicule des principaux éditoriaux de Jacques Ploncard d´Assac lus au micro de la ´Voix de l´Occident´. Au sommaire : Paralysie de la civilisation - Le carrefour des tentations - Episodes de la IIIème guerre mondiale - Les nouveaux missionaires - Une seule et même guerre - Le vent du sud - Le cardinal au jardin. Bon état. Article d'occasion, vendu dans la limite des stocks disponibles.
TitreLa voix de l´Occident, n°11 : L´Afrique trahie
Auteur PLONCARD D'ASSAC (Jacques)
ÉditeurLA VOIX DE L'OCCIDENT
Nb de pages210
EAN 130000007626425
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)10
Largeur (en mm)140
Hauteur (en mm)190
Poids (en Kg)0.21
Biographie
Jacques PLONCARD D´ASSAC (1910-2005)
Jacques PLONCARD D´ASSAC (1910-2005) Jacques Ploncard d'Assac est né en 1910 à Chalon-sur-Saône. Il collabore avant guerre comme chroniqueur de politique étrangère à la grande presse parisienne. Il adhère à la politique du Maréchal dont il reçoit la Francisque. Après la guerre, il s'établit au Portugal où il devient un conseiller écouté du Président Salazar dont il écrira la biographie. Il mûrit au Portugal une œuvre de doctrine et de critique historique importante. Voir plus
Les avis clients
Extraordinaire.
5/5 Lectures Françaises .
.----. Voici, à notre avis, le premier livre sur l'Afrique dite " libérée " qui donne une explication logique de la décolonisation. Nous sommes loin des thèses progressistes ou conservatrices. L'auteur de L'AFRIQUE TRAHIE, M. Jacques Ploncard d'Assac, sait remonter des effets aux causes et montrer que les progressistes communistes ne sont pas les seuls coupables des abandons que nous déplorons. Il ne craint pas de mettre en cause les trusts, leur néo-colonialisme et les politiciens conservateurs qui ont rendu possible une opération que les seuls marxistes n'auraient pu réaliser. " Ce qu'il y a de dramatique dans le problème africain, écrit M. Ploncard d'Assac, c'est que les choses ont été disposées de telle façon qu'elles doivent nécessairement tourner au détriment des indigènes et des anciennes Métropoles. L'idée de la spéculation néo-colonialiste était -- on le sait -- l'abandon de la souveraineté politique, reprise en sous-main par l'intermédiaire d'hommes de paille indigènes. L'opération semblait devoir être particulièrement intéressante : suppression de toutes les charges politiques et sociales qu'imposaient à la Métropole ses responsabilités de tête de l'Empire ; les richesses africaines subsistant, les indigènes étant incapables de les exploiter eux-mêmes, les trusts internationaux avaient donc la certitude de continuer à être les seuls bénéficiaires de la production indigène. " Lisez ce livre extraordinaire, et vous comprendrez pourquoi l'Afrique est trahie, comment et par qui elle l'est. ( numéro 93 décembre 1964 ).