Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

En raison des vacances, nous serons en effectif réduit jusqu'au 18 août, et serons fermés du 27 juillet au 4 août.

La vraie vie de Marie Heurtin sourde-muette et aveugle

Référence : 101461
4 avis
Date de parution : 12 mars 2015
Auteur : ARNOULD (Louis)
EAN 13 : 9782706712579
Nb de pages : 254
21.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
En stock expédié demain
Voir la disponibilité en magasin

Description
Voici le livre qui a inspiré le film de Jean-Pierre Améris. Écrit dans les années 1920 par un professeur d'université, Louis Arnould (1864-1949), il raconte la vraie histoire de Marie Heurtin.
Cette fillette de 14 ans, jugée "débile" et bonne pour l'asile, avait été confiée aux Filles de la Sagesse de l'Institut de Larnay, près de Poitiers. Elle trouva en sœur Marguerite, son éducatrice, la pédagogie et la confiance qui l'aidèrent à communiquer par le toucher et l'odorat avec le monde extérieur. Et à retrouver sa dignité.
Le "cas" extraordinaire de Marie Heurtin, relaté par Louis Arnould, suscita dans le monde entier la curiosité des scientifiques et des philosophes.
Forte de cette magnifique histoire d'éducation et d'amour, la Congrégation des Filles de la Sagesse continue aujourd'hui sa mission, en France, en Amérique latine et en Haïti, auprès des personnes victimes de handicaps sensoriels.
TitreLa vraie vie de Marie Heurtin sourde-muette et aveugle
Auteur ARNOULD (Louis)
ÉditeurSALVATOR (EDITIONS)
Date de parution12 mars 2015
Nb de pages254
EAN 139782706712579
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)20
Largeur (en mm)140
Hauteur (en mm)200
Poids (en Kg)0.33
Les avis clients
Une belle oeuvre de charité,
5/5 Le Sel de la Terre, n°98, automne 2016
Au début du 20e siècle, sept écoles spécialisées pour les sourdes-muettes étaient tenues, en France, par les Filles de la sagesse (fondées par saint Louis-Marie Grignion de Montfort). Les Frères de saint-Gabriel (qui se réclament aussi de saint Louis-Marie) avaient, de leur côté, une dizaine d'établissements pour les sourds-muets. Mais en 1895, Marie Heurtin arrive à l'institut de Larnay (près de Poitiers) avec un handicap supplémentaire : elle est aveugle. Le dévouement de soeur Marguerite (1860-1910) réussit à la sortir de son isolement. — Le film Marie Heurtin (2014), qui retraçait cette histoire, a fourni l'occasion de rééditer le livre de Louis Arnould, originellement intitulé Ames en prison (1934). Outre la description d'une belle oeuvre de charité, on y trouve matière à réflexion philosophique sur la distinction entre la connaissance intellectuelle (propre à l'homme) et la connaissance sensible. Si l'Église a été pionnière en matière d'éducation des sourds-muets (notamment avec l'abbé de l'Épée, 1712-1789), c'est en raison de sa charité, mais aussi grâce à sa nette compréhension de la nature humaine (dotée à la fois d'une connaissance animale — sensible —et d'une intelligence spirituelle). Le 19e siècle fournit à cet égard un contre-exemple en la personne du Dr Jean Itard (1774-1838), médecin-chef de l'Institution impériale des sourds-muets, qui mit au point de très utiles exercices pour développer les sensations et affiner les perceptions, mais ne parvint pas à mener le jeune Victor, dont il avait pris la charge, jusqu'à une vraie vie intellectuelle et morale. Il était adepte de la philosophie sensualiste de Condillac, confondant les idées avec les sensations. Son successeur Édouard Séguin (1812-1880) parvint à de tout autres résultats en se libérant de ces préjugés matérialistes.
Matière à réflexion philosophique...
5/5 Le Sel de la Terre, n°98, automne 2016
Au début du 20e siècle, sept écoles spécialisées pour les sourdes-muettes étaient tenues, en France, par les Filles de la sagesse (fondées par saint Louis-Marie Grignion de Montfort). Les Frères de saint-Gabriel (qui se réclament aussi de saint Louis-Marie) avaient, de leur côté, une dizaine d'établissements pour les sourds-muets. Mais en 1895, Marie Heurtin arrive à l'institut de Larnay (près de Poitiers) avec un handicap supplémentaire : elle est aveugle. Le dévouement de soeur Marguerite (1860-1910) réussit à la sortir de son isolement. — Le film Marie Heurtin (2014), qui retraçait cette histoire, a fourni l'occasion de rééditer le livre de Louis Arnould, originellement intitulé Ames en prison (1934). Outre la description d'une belle oeuvre de charité, on y trouve matière à réflexion philosophique sur la distinction entre la connaissance intellectuelle (propre à l'homme) et la connaissance sensible. Si l'Église a été pionnière en matière d'éducation des sourds-muets (notamment avec l'abbé de l'Épée, 1712-1789), c'est en raison de sa charité, mais aussi grâce à sa nette compréhension de la nature humaine (dotée à la fois d'une connaissance animale — sensible —et d'une intelligence spirituelle). Le 19e siècle fournit à cet égard un contre-exemple en la personne du Dr Jean Itard (1774-1838), médecin-chef de l'Institution impériale des sourds-muets, qui mit au point de très utiles exercices pour développer les sensations et affiner les perceptions, mais ne parvint pas à mener le jeune Victor, dont il avait pris la charge, jusqu'à une vraie vie intellectuelle et morale. Il était adepte de la philosophie sensualiste de Condillac, confondant les idées avec les sensations. Son successeur Édouard Séguin (1812-1880) parvint à de tout autres résultats en se libérant de ces préjugés matérialistes. <p align="right"> <a href= http://www.seldelaterre.fr// target=_blank>www.seldelaterre.fr</a>
Vibrant hommage.
5/5 L'Homme Nouveau.
.----. Renaître en parlant. Elle était née sourde-muette et aveugle. On croyait Marie Heurtin tout juste bonne pour l'asile. La jeune fille avait 14 ans lorsque ses parents, en désespoir de cause, l'amenèrent à Larnay où ,les Filles de la Sagesse accueillaient les sourdes-muettes. Elles acceptèrent Marie et élaborèrent avec et pour elle une pédagogie propre au triple handicap dont elle était atteinte. Celle qui ne faisait que grogner apprit peu à peu le langage des sourds-muets, le braille, l'écriture cursive, et même à articuler certains sons... De l'évocation des objets du quotidien, elle parvint en quelques années, accompagnée par la très pédagogue sœur Sainte-Marguerite, à des considérations sur Dieu et l'âme. Louis Arnould professeur d'université près de Larnay, écrivit en 1904 la vie de Marie Heurtin, vibrant hommage aux Filles de la Sagesse, dont le travail est internationalement reconnu. L'ouvrage est parcouru d'articles et réflexions parues à l'époque sur l'acquisition du langage, l'auteur y détaille également les étapes de l'éducation dispensée à Larnay. Un livre passionnant - quoiqu'exigeant certaines notions en philosophie qu'il est heureux de voir réédité [ signé Adélaïde Pouchol dans " L'Homme Nouveau " numéro 1590 du 9 mai 2015 ]
Âmes en prison.
5/5 L'Ange Gardien. Vie chrétienne au foyer.
.----. Le titre original de ce livre était " Âmes en prison - L'école française des sourdes-muettes-aveugles ". Cette réédition s'inscrit dans la suite du magnifique film de Jean-Pierre Ameris " Marie Heurtin ". [ Chronique : " accusés de réception " du numéro 1-2016 ; janvier-février 2016 de " L'ange gardien " ( 21 montée Saint-Laurent - 69005 - Lyon ) ]