Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

L´assassinat d´Henri IV

Référence : 32266
2 avis
Date de parution : 30 octobre 2008
Collection : JOUR QUI ONT FR
EAN 13 : 9782070123155
Nb de pages : 386
22.90
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié aujourd'hui
Voir la disponibilité en magasin

Description
On ne saura jamais si le coup de couteau de Ravaillac fut le geste d'un esprit déséquilibré ou l'œuvre d'une machination occulte dont il n'aura été que le bras armé. Roland Mousnier ne se contente pas de restituer le portrait moral de cet étrange meurtrier, sa foi ardente, sa piété, sa fragilité, ses hallucinations morbides. Pour éclairer le sens et la portée de cet événement inouï, il interroge aussi les passions politiques et religieuses qui travaillaient à l'époque tous les "Ravaillac de cœur" dont le moine régicide se serait fait sans le savoir l'instrument involontaire.
Balayant l'image du "bon roi Henri" aimé de ses sujets, ce livre décrit les tensions, les frustrations, les ressentiments suscités par la personne et la politique du monarque : sa légitimité contestée, l'incertitude sur la sincérité de sa conversion, les doutes sur sa volonté d'éradiquer la "souillure" hérétique ; ou encore la pression fiscale qui lésait beaucoup de monde, empiètement royal sur les prérogatives de la noblesse, l'exercice de plus en plus absolu du pouvoir... Autant de traits qui faisaient passer le roi pour un tyran et rendaient légitime, aux yeux de certains, l'impératif de le mettre à mort. Ces pulsions régicides conduisent l'auteur à proposer une analyse lumineuse, et jamais dépassés. des théories du tyrannicide depuis l'Antiquité.
La mort du roi n'a pas ressuscité la monarchie dont Ravaillac avait rêvé ; elle contribua au contraire, écrit Arlette Jouanna dans sa préface, à émanciper l'Etat de l'emprise des passions religieuses, à renforcer le pouvoir absolu et à sacraliser comme jamais auparavant la figure du prince. 
Roland Mousnier (1907-1993) a été l'un des plus grands historiens de la France moderne. Ce livre, salué dès sa parution comme un chef d'oeuvre, demeure une introduction irremplaçable à l'intelligence de l'histoire politique de la monarchie d'Ancien Régime.
TitreL´assassinat d´Henri IV
Auteur MOUSNIER (Roland)
ÉditeurGALLIMARD (EDITIONS)
Date de parution30 octobre 2008
Nb de pages386
CollectionJOUR QUI ONT FR
EAN 139782070123155
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)26
Largeur (en mm)150
Hauteur (en mm)220
Poids (en Kg)0.47
Critique du libraire
6 pages photos noir et blanc.
Les avis clients
Erudition et clarté
5/5 Revue des cercles d'études d'Angers
. -...Tels sont, à grands traits,les principaux thèmes développés dans cet ASSASSINAT D'HENRI IV,qui porte en sous-titre : LE PROBLEME DU TYRANNICIDE ET L'AFFERMISSEMENT DE LA MONARCHIE ABSOLUE. Ces thèmes sont traités avec l'érudition, la clarté et la fermeté que M. Mousnier, professeur à la Sorbonne, apporte dans tous ses travaux. De nombreux textes reproduits en appendice (entre autres, l'Edit de Nantes avec les brevets qui l'accompagnaient), de belles gravures, une abondante bibliographie et un précieux index onomastique complètent cet ASSASSINAT D'HENRI IV, qui demeurera l'un des meilleurs ouvrages des "Trente journées qui firent la France ". (numéro 3, décembre 1964 ).
Pour comprendre...le tyrannicide
5/5 Revue des cercles d'études d'Angers
. Ce livre appartient à la collection " Trente journées qui firent la France ". ( "Les journées qui ont fait la France " dans la nouvelle édition ). Le 14 mai 1610, à Paris, François Ravaillac, de deux coups de couteau, tua Henri IV. Pour l'histoire édifiante, ce fut l'acte d'un fou ; pour l'histoire romancée, d'un tueur à gages. Pour l'histoire, le cas Ravaillac pose un problème, celui du tyrannicide. L'assassin du roi était un bon catholique, assez instruit et certainement pieux : il était maître d'école et s'occupait de procès, après avoir été quelque temps religieux chez les Feuillants. Un peu visionnaire aussi. Mais, à une époque de sorcellerie envahissante, les visionnaires étaient légion. Il y eut un assassin, il y avait alors bien des "Ravaillac en puissance ", et pas seulement parmi d'anciens Ligueurs, qui tramèrent des complots avec des complicités à l'étranger.---.---.---.Pour comprendre comment ont pu se multiplier ces " Ravaillac en puissance ", il faut rappeler l'enseignement des théologiens, répandu par les prédicateurs, relatif au tyrannicide, et l'intérêt qu'on lui portait alors... ...( numéro 3, décembre 1964 ).