Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

Le comte de Chambord et sa mission

Référence : 124764
3 avis
Date de parution : 10 décembre 2022
EAN 13 : 9782372712217
Nb de pages : 400
25.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié aujourd'hui
Voir la disponibilité en magasin

Description
"Sachons reconnaître que l'abandon des principes est la vraie cause de nos désastres. Une nation chrétienne ne peut impunément déchirer les pages séculaires de son histoire, rompre la chaîne de ses traditions, inscrire en tête de sa
constitution la négation des droits de Dieu, bannir toute pensée religieuse de ses codes et de son enseignement public. Dans ces conditions, elle ne fera jamais qu'une halte dans le désordre, elle oscillera perpétuellement entre le césarisme et
l'anarchie, ces deux formes également honteuses des décadences païennes." Déclaration du 7 mai 1871
Personnalité emblématique d'un XIXe siècle tourmenté, le comte de Chambord, "Enfant du miracle", n'a jamais régné mais son magistère intellectuel demeure bien réel et son combat social toujours d'actualité. Il fut un repère moral pour ses partisans, autant que pour ses adversaires républicains et orléanistes, se heurtant sans cesse au principe qu'il s'efforça d'incarner : "Ma personne n'est rien ; mon principe est tout". Et s'il est vrai que l'essence doit s'actualiser dans
l'existence, le prince de Bourbon parvint à maintenir la royauté traditionnelle présente à l'esprit de tous, en particulier parmi les couches populaires, renouant ainsi avec la vieille alliance de la royauté et du tiers-état, du trône et du peuple.
Seize auteurs présentent le fruit de leurs travaux dont plusieurs inédits menés autour de la personnalité, de la pensée et de l'action du Prince. Entre le bicentenaire de sa naissance (29 septembre 1820) et le 140e anniversaire de sa mort (24 août 1883), ce livre qui puise aux sources les plus récentes de la recherche fixe pour plusieurs décennies une étape décisive dans l'historiographie du comte de Chambord. 
Philippe Montillet, juriste et historien, administrateur de l'Institut de la Maison de Bourbon, a dirigé en établissements publics et parapublics de nombreux travaux de recherche et d'étude. Éditeur de revues historiques, il a contribué à l'organisation de plusieurs expositions.
Diplômé de Sciences Po, Benoît Courtin a assuré la gestion des ressources humaines et la direction d'établissements sociaux. Aujourd'hui président de l'association culturelle bretonne Cercle Jean-Pierre Calloc'h, il anime des travaux historiques et de réflexion sur la société contemporaine
.
TitreLe comte de Chambord et sa mission
Auteur COURTIN (Benoît) , MONTILLET (Philippe)
ÉditeurVIA ROMANA (EDITIONS)
Date de parution10 décembre 2022
Nb de pages400
EAN 139782372712217
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)10
Largeur (en mm)160
Hauteur (en mm)240
Poids (en Kg)0.48
Critique du libraire
Une redécouverte de la haute figure humaine et politique de celui qui aurait pu être roi de France sous le nom de Henri V 

Contributions de : Mgr Louis de Bourbon, duc d'Anjou ; Benoît Courtin ; Michel David ; Patrick Guibal ; Antonin Macé de Lépinay ; Korantin Denis ; Jean-Paul Clément ; Rémy Hême de Lacotte ; Père Augustin Pic ; Philippe Pichot-Bravard ; Franck Bouscau ; Mathias Martin ; Patrick Delon ; Benoît d'Audiffret ; Yves Tillard ; Marie-Pauline Deswarte ; Guillaume Bernard .
-------------------------------------------------------------------
Contributions au colloque : 

Introduction, par Benoit Courtin et le colonel Jacques Hogard, représentant du Duc d'Anjou 

Le Comte de Chambord et sa popularité      

« Qui était le Comte de Chambord ? », par le lieutenant-colonel Michel David     
« L'attachement populaire au comte de Chambord en Morbihan », par Korentin Denis     
« L'enseignement des médailles dédiées au Comte de Chambord », par Matthias Martin 

Le Comte de Chambord et l'Église      

« Les idées religieuses du Comte de Chambord », par Rémy Hême de Lacotte     
« L'épiscopat français et le Comte de Chambord », par François Ars 

Les idées et les positions politiques et sociales du Comte de Chambord      

« Les idées politiques du Comte de Chambord », par Philippe Pichot-Bravard     
« Les tentatives de restauration monarchique », par Éric Anceau     
« Le Comte de Chambord, les légitimistes et la question sociale », par Franck Bouscau 

La signification pour notre temps du message du Comte de Chambord      

« Quel est le prolongement du message social du comte de Chambord », par Yves Tillard     
« La pensée politique du Comte de Chambord a-t-elle un avenir ? », par Marie-Pauline Deswarte
Conclusion du colloque, par Guillaume Bernard  
Les avis clients
Retourner à une politique naturelle ?
5/5 https://www.vexilla-galliae.fr/
.----. La publication des Actes des colloques tenus, à l’occasion du bicentenaire de la naissance du comte de Chambord (1820-2020), à Vannes et à Paris, Le comte de Chambord et sa mission (sous la direction de Benoît Courtin et Philippe Montillet, Via Romana, Paris, 2022, 296 p.) est l’occasion, inspiré par quelques-unes des excellentes interventions, de s’arrêter sur ce que doit être l’action du catholique légitimiste dans un monde franchement hostile au fait religieux et à la réalité monarchiste, ou bien seulement profondément inculte et indifférent mais faisant le jeu de ceux qui tiennent impunément un pouvoir volé et qui occupent des sièges ne leur appartenant pas. Chaque année, le douloureux anniversaire de la mort de Louis XVI nous renvoie à l’espérance qui l’habitait lorsqu’il monta sur l’échafaud, sans haine pour ses bourreaux et avec la certitude que ses peuples reverraient un jour la lumière. Philippe Pichot-Bravard, historien du droit, délivra une conférence éclairante sur la pensée politique du comte de Chambord, soulignant notamment ce qui devait être compris sous cette expression souvent employée : contre-révolution. Comme dans le domaine religieux, lorsque des dérives voient le jour, il ne suffit pas de s’opposer, encore faut-il agir pour essayer de contrer la décadence et d’aider à une reconstruction. Le 31 mars 1854, le comte de Chambord précisait que « la question révolutionnaire prime sur toutes les autres. » Il ne s’agissait pas là d’une simple référence historique d’un événement tragique passé entretenant depuis une nostalgie émotionnelle. Il parlait du principe révolutionnaire mis en place en 1789 et qui courait depuis, sous des formes diverses mais avec cette unique origine, en France et dans le monde. Il connut lui-même, enfant, la Révolution de Juillet qui poussa à l’exil son grand-père Charles X et il bénéficia des souvenirs de la duchesse d’Angoulême, seule rescapée de la famille royale martyre. Ses analyses rejoignent celles d’Alexis de Tocqueville quant à l’origine de la chute de la monarchie et à l’essence de l’esprit révolutionnaire. Ce dernier, député à la Chambre, prononça un discours devant Guizot, président du Conseil, le 27 janvier 1848, où il annonça l’approche d’une nouvelle révolution, ceci au spectacle de la corruption de la classe politique et du mépris de Louis-Philippe envers le peuple : « Il y a […] dans le pays, des symptômes de malaise, un vague sentiment de crainte, ce je ne sais quoi qui annonce les révolutions, qui souvent les fait naître. Ce sentiment dangereux, je crois que c’est le gouvernement qui l’a fait naître et qui l’entretient. Ce que je vois dans la classe qui gouverne m’inquiète, les mœurs publiques s’y altèrent. […] L’ancien régime était plus fort que vous et cependant il est tombé. Ne croyez pas que ce soit le Jeu de Paume, Mirabeau, Lafayette qui l’ont fait tomber : mais il y a eu quelque chose de plus fort que tout cela contre l’ancien régime, c’est la dégradation des mœurs publiques et des mœurs privées. » De telles paroles pourraient encore, plus que jamais, s’appliquer au régime qui nous gouverne, tout simplement parce que la Révolution de 1789 se poursuit, ayant semé dans tous les domaines de notre société, des ferments de violence, de décadence qui ne laissent rien d’intact. Le comte de Chambord fut un véritable contre-révolutionnaire, à la différence d’un Louis XVIII ou même d’un Charles X, car il rejeta partout et toujours toutes les expressions, toutes la variations d’un identique esprit révolutionnaire : anarchisme, césarisme, individualisme, libéralisme (y compris celui qui se prétendait catholique) ; Voilà pourquoi il affirmera avec force dans le Manifeste du 25 janvier 1875 : « Personne, sous aucun prétexte, n’obtiendra de moi que je consente à devenir le roi légitime de la révolution. » Quels sont donc les principes qui peuvent retourner l’habitude révolutionnaire française ? Pichot-Bravard note : « Être Roi implique, à ses yeux, de cultiver les vertus qui couronnent l’homme de bien. Les écrits du prince témoignent de cette préoccupation. Le comte de Chambord honore la dévotion à l’égard de Dieu, la piété filiale, la fidélité, la loyauté, la franchise, la justice, la générosité, le courage, la bravoure, la force et la charité. » La politique, pour Henri V, et ceci très justement fidèle à la tradition monarchique, ne peut être séparée de la morale. Ce prince n’est pas un admirateur du Prince de Machiavel, des ouvrages de Locke et de Montesquieu, mais revient au Miroir des Princes, rédigé à l’époque médiévale et inspiré par saint Augustin qui, dans La Cité de Dieu, écrivait : « Ceux même qui commandent sont les serviteurs de ceux à qu’ils paraissent commander. Car ce n’est point par la passion de dominer qu’ils commandent, mais par la loi du dévouement, non par l’orgueil d’être le maître, mais par le devoir de la Providence. » (XIX, XIV) Là encore, il est flagrant- que nos systèmes politiques actuels, dans la plupart des pays du monde, sont bien les directs héritiers de la Révolution et de tous les monstrueux qu’elle engendra, notamment au XXe siècle. L’absence de transcendance, la revendication d’une entière liberté, d’une autonomie vis-à-vis de toute loi venant d’en haut sont des caractéristiques nées dans notre Révolution mais, depuis, présentes dans toute révolte, y compris la plus réactionnaire, comme celle du bourgeois Louis-Philippe. Les constants refrains républicains, assénés à grand renfort de campagnes publicitaires et de journalistes aux ordres, ne sont que des transcriptions des slogans révolutionnaires. Le compromis instauré au XIXe siècle est également un enfant de l’idéologie révolutionnaire. Le comte de Chambord a vu juste lorsqu’il est convaincu que « ce qui est révolutionnaire en France, c’est encore plus les idées que les hommes. » (Daniel de Montplaisir, Le comte de Chambord, dernier roi de France) Dans ces Actes cités, Marie-Pauline Deswarte, universitaire émérite, analyse finement ce que doit être la résistance à l’idéologie républicaine, selon les conseils du comte de Chambord. Il faut nommer les causes du mal d’abord, puis, dans un second temps utiliser le remède de la politique naturelle. La cause essentielle du mal est l’esprit de révolte, fer de lance de la Révolution et de tous ses enfants. Notre société en souffre toujours profondément. Ce sont désormais ceux qui dirigent qui manipulent les foules pour leur indiquer ce contre quoi elles doivent se révolter. Le but, dès les premières années d’école républicaine, est de modeler l’esprit de révolte, toujours dirigé contre ce qui est beau, bon et vrai. D’où l’écroulement, de plus en plus rapide, de toute la morale naturelle. Lorsque le terme « République » remplace peu à peu celui du nom de « France », il est clair que l’objet du salut n’est plus le même et que toute l’organisation naturelle reçue de Dieu est rejetée. L’ennemi principal, « l’Infâme », l’Église catholique, devait être détruit, dans ses fondements et sa structure, afin que tout le reste s’écroulât à sa suite. Cette divine institution est également maintenant minée de l’intérieur par le même esprit de révolte qui se farde sous les atours de l’esprit de réforme. L’État omnipotent finit par dévorer ses « citoyens ». Le comte de Chambord, sans désespoir, considérait que l’ordre naturel légitime pouvait être de nouveau implanté dans nos mœurs et nos esprits. Il note dans son Journal : « L’abandon des principes est la vraie cause de nos désastres. Une nation chrétienne ne peut pas impunément déchirer les pages séculaires de son histoire, rompre la chaîne de ses traditions, inscrire en tête de sa Constitution la négation des droits de Dieu, bannir toute pensée religieuse de ses codes et de son enseignement public. Dans ces conditions, elle ne fera jamais qu’une halte dans le désordre. » (8 mai 1871) Pour défaire notre sac de nœuds, il faut résoudre les problèmes dans l’ordre. Croire que des lois et des mesures forgées par l’esprit révolutionnaire pourraient redonner à la France sa force et sa sagesse est un leurre, celui de la droite républicaine, pas différente dans ses principes de la gauche révolutionnaire. Rien ne peut être reconstruit sans, d’abord, retourner à une politique naturelle respectueuse de la morale naturelle et de la Loi divine. Tant que nous nous aveuglerons à ce sujet, nous continuerons à tourner en rond dans notre bourbier en nous persuadant que nous sommes les maîtres du monde. Le Roi ne pourra s’asseoir sur le Trône que si les cœurs et les esprits sont désireux de se convertir. [ Signé : P. Jean-François Thomas, s. j. le 1 février 2023 ] P.S. : Vexilla-galliae , Qui sommes-nous ? Un royalisme pour notre siècle Tenu et alimenté par des universitaires, des étudiants, des jeunes professionnels, des juristes, des intellectuels, des journalistes, ou encore des militants associatifs, Vexilla Galliae est et se veut un média Internet totalement indépendant. Plus qu'un simple vecteur d'information, l'équipe de Vexilla Galliae entend apporter un éclairage iconoclaste sur l'actualité que diffusent les grands médias.
Si Henri V avait régné.
5/5 https://www.lefigaro.fr/
.----. CRITIQUE - Des juristes se penchent sur la personnalité, les relations, le programme politique et social du comte de Chambord. Le dernier héritier de la maison de Bourbon n’a pas bonne presse. En se convertissant au catholicisme, son glorieux aïeul, Henri IV, avait fondé la dynastie sur un principe «réaliste»: «Paris vaut bien une messe». Celui qui devait régner sous le nom d’Henri V en 1873 a renoncé au drapeau tricolore (et par là même au trône) en affichant un principe flamboyant (et fort peu réaliste): «Ma personne n’est rien, mon principe est tout». Moyennant quoi, il a mis définitivement fin aux espoirs de restauration monarchique, alors que l’Assemblée élue en 1871 était majoritairement royaliste. Mais on sait, depuis les travaux sur cette question du drapeau, que la position du comte de Chambord n’était pas aussi caricaturale que la légende a voulu le laisser croire. Cet attachement au drapeau de la Restauration (car il n’existait pas avant 1789 de drapeau officiel de la monarchie) avait un sens politique que décryptent les juristes de ce collectif consacré au dernier des Bourbons... Original et dérangeant On y retrouve des études sur sa personnalité, sur ses relations, son lien avec la religion, son programme politique et social. C'est parfois un peu militant (ce travail se fait dans le cadre de cercles légitimistes), mais cela offre le mérite d'une réflexion parfois originale et même dérangeante. En 1865, le comte de Chambord avait publié une Lettre sur les ouvriers qui prévoyait des réformes que la République mettra près de trente ans à prendre, bien après l'empire de Bismarck ou la monarchie anglaise. En aurait-il été autrement si Henri V avait régné ? ( Signé :  Jacques de Saint Victor et publié le 04/01/2023 dans Le Figaro )
"Ma personne n’est rien ; mon principe est tout "
5/5 https://www.lesalonbeige.fr/
.----. Les éditions Via Romana viennent de publier les actes des colloques tenus à l’occasion du bicentenaire de la naissance du Comte de Chambord (1820-2020). Personnalité emblématique d’un XIXe siècle tourmenté, le comte de Chambord, «Enfant du miracle», n’a jamais régné mais son magistère intellectuel demeure bien réel et son combat social toujours d’actualité. Il fut un repère moral pour ses partisans, autant que pour ses adversaires républicains et orléanistes, se heurtant sans cesse au principe qu’il s’efforça d’incarner : «Ma personne n’est rien ; mon principe est tout». Et s’il est vrai que l’essence doit s’actualiser dans l’existence, le prince de Bourbon parvint à maintenir la royauté traditionnelle présente à l’esprit de tous, en particulier parmi les couches populaires, renouant ainsi avec la vieille alliance de la royauté et du tiers-état, du trône et du peuple. «Sachons reconnaître que l’abandon des principes est la vraie cause de nos désastres. Une nation chrétienne ne peut impunément déchirer les pages séculaires de son histoire, rompre la chaîne de ses traditions, inscrire en tête de sa constitution la négation des droits de Dieu, bannir toute pensée religieuse de ses codes et de son enseignement public. Dans ces conditions, elle ne fera jamais qu’une halte dans le désordre, elle oscillera perpétuellement entre le césarisme et l’anarchie, ces deux formes également honteuses des décadences païennes.» Déclaration du 7 mai 1871 Seize auteurs présentent le fruit de leurs travaux dont plusieurs inédits menés autour de la personnalité, de la pensée et de l’action du Prince. Entre le bicentenaire de sa naissance (29 septembre 1820) et le 140e anniversaire de sa mort (24 août 1883), ce livre qui puise aux sources les plus récentes de la recherche fixe pour plusieurs décennies une étape décisive dans l’historiographie du comte de Chambord. Philippe Montillet, juriste et historien, administrateur de l’Institut de la Maison de Bourbon, et Benoît Courtin, diplômé de Sciences Po, président de l’association culturelle bretonne Cercle Jean-Pierre Calloc’h, ont dirigé ces riches contributions de Mgr Louis de Bourbon, duc d’Anjou; Michel David; Patrick Guibal; Antonin Macé de Lépinay; Korantin Denis; Jean-Paul Clément; Rémy Hême de Lacotte; Père Augustin Pic; Philippe Pichot-Bravard; Franck Bouscau; Mathias Martin; Patrick Delon; Benoît d’Audiffret; Yves Tillard; Marie-Pauline Deswarte; Guillaume Bernard.. Philippe Pichot-Bravard montre notamment que les réactions engendrées par la publication du Syllabus le 8 décembre 1864 par le pape Pie IX mirent en lumière l’affaiblissement de la catholicité, révélant la soumission de la grande majorité de l’épiscopat concordataire à l’égard du pouvoir politique, et trahissaient la conversion d’une large partie des élites catholiques aux principes de la modernité philosophique : Ce sont ceux qui n’ont pas reçu le Syllabus en 1865 qui ont, entre 1871 et 1873, empêché la restauration d’Henri V. Les catholiques libéraux, tant du côté orléaniste que du côté légitimiste, ont voulu se prémunir contre la restauration d’un roi du Syllabus, d’un roi traditionnel, en lui imposant comme condition de sa reconnaissance par eux de l’acceptation, par lui, de ce que l’on appelait alors les “principes de 89”, expression aussi vague et mouvante que l’est aujourd’hui la notions de “valeurs de la République”. […] Le prince n’a jamais eu l’intention d’imposer sa volonté au peuple français, de le contraindre à la légitimité en usant de moyens contraires à l’esprit de la légitimité. La Contre-révolution n’est pas une révolution blanche mais le contraire de la Révolution. Elle ne peut pas s’opérer avec les moyens de la Révolution que sont la révolte, le mensonge, le coup d’Etat et le crime. Elle exige de s’opérer avec les moyens qu’enseigne la morale chrétienne. A l’instar du Christ qui offre son amour aux hommes mais se refuse à les contraindre à l’aimer, parce que cette contrainte annihilerait cet amour qui exige un engagement libre, le comte de Chambord offrait aux Français de se rallier à lui, refusant non seulement le marchandage, mais aussi la contrainte, parce que la restauration de la royauté traditionnelle devait reposer sur l’amitié entre le prince et son peuple, engagement réciproque qui exige la liberté. Cet antilibéral qu’était le comte de Chambord était bien plus respectueux de la liberté d’autrui que ne l’étaient les libéraux. Dans sa contribution, Marie-Pauline Deswarte souligne le caractère irrécupérable de la République issue de la Révolution : Pour contrer la République idéologique beaucoup croient à une République modérée conservatrice de l’ordre social : c’est le cas de Thiers. Voyant la faiblesse originelle d’une République sombrant dans l’anarchie, il pense corriger ce défaut en accroissant les pouvoirs du Président de la République ; pour lui, la monarchie orléaniste serait en fait une République orléaniste. La gauche évolue ainsi. Le comte de Chambord a compris le danger. Le 6 octobre 1873 il écrit : “En France Thiers se met décidément à la tête de toutes les gauches contre la monarchie”. Il comprend que la République est une idéologie, celle des droits de l’homme axée sur l’individualisme, qui a rejeté l’homme social. La déroute actuelle de nos partis de droite témoigne de la pertinence de cette analyse qui n’a pas prise un ride. Depuis le début de la Vème République qui voulait restaurer l’ordre social en donnant un pouvoir effectif au Président de la République, leur conservatisme n’a jamais su s’opposer efficacement à la Révolution triomphante […]. [ Proposé par Michel Janva le 17 décembre 2022 sur Le Salon beige ] P.S. : Salon Beige, qui êtes-vous ? Nous sommes quelques laïcs catholiques, dans la tranche d'âges 30-50 ans. Ce qui nous unit, c'est notre Foi catholique et notre désir, au fil de l'actualité, de réfléchir à voix haute sur la façon de l'appliquer dans la société actuelle.