Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Le comte de Chanteleine - Épisode de la Révolution

Référence : 12883
12 avis
Date de parution : 8 mars 2005
Auteur : VERNE (Jules)
EAN 13 : 9782848090474
Nb de pages : 112
19.27
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Epuisé chez l'Editeur
Voir la disponibilité en magasin

Description
Jules Verne racontant le passé : c'est à ce choix paradoxal de la part d'un écrivain visionnaire qu'appartient Le Comte de Chanteleine, roman historique publié dans la revue Le Musée des familles en 1864, la même année que son illustre Voyage au centre de la terre.
Tenté comme nombre de ses contemporains de livrer son épisode de la Révolution, l'écrivain, né à Nantes, reprend l'histoire au 24 février 173. En suivant le comte de Chanteleine que l'inquiétude presse de rejoindre ses terres, le lecteur traverse la presqu'île guérandaise avant d'embarquer pour Quimper, Fouesnant et Douarnenez.
A l'époque où il écrit ce récit, Jules Verne est encore, et avant tout, dramaturge : Le Comte de Chanteleine mené tambour battant ne fait l'économie d'aucun coup de théâtre. L'intérêt n'a guère l'occasion de faillir : le savoir-faire consommé de l'écrivain assure son lecteur d'un plaisir entier à suivre ces terribles péripéties.
TitreLe comte de Chanteleine - Épisode de la Révolution
Auteur VERNE (Jules)
ÉditeurJOCA SERIA (EDITIONS)
Date de parution8 mars 2005
Nb de pages112
EAN 139782848090474
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)10
Largeur (en mm)165
Hauteur (en mm)240
Poids (en Kg)0.24
Critique du libraire
Après la lecture de ce roman chouan passionnant (très favorable à l´épopée contre-révolutionnaire), la question lancinante est : le héros a-t-il véritablement existé ? L´abbé Rousselot, dans un précédent Lecture et Tradition (n°217/218), répond simplement qu´il y a de fortes ressemblances avec la vie de Mgr de Hercé, évêque de Nantes. Dans ce même numéro, Henri Servien donne un article élogieux sur l´ouvrage, gage indéniable de la qualité littéraire et historique du Comte de Chanteleine.
Les avis clients
Voir aussi ...
5/5 La Revue du Souvenir Vendéen.
.----. Le comte de Chanteleine a été réédité en 1994 aux éditions Roca Seria, et à cette occasion une analyse bibliographique en a été faite pp. 51-52 du n° 189 de la revue (septembre 1994). Michel Chatry y rappelle que dans le n° 122 de la revue (mars-avril 1978), le regretté médecin général Carré avait présenté, pp. 15-16, cette œuvre méconnue de Jules Verne : Le comte de Chanteleine. [ note du Souvenir Vendéen ]
Jules Verne et la Vendée !
5/5 La Revue du Souvenir Vendéen.
.----. Christian Robin, spécialiste de Jules Verne, présenta une nouvelle du grand romancier nantais : Le Comte de Chanteleine publiée en 1869 dans le "Musée des familles" alors dirigé par Pitre-Chevalier. Bien que se déroulant principalement dans le Finistère, cette histoire rappelle les épisodes de la Virée de Galerne et de la bataille de Savenay. Jules Verne a pu utiliser les Mémoires de Lucas Championnière encore inédite, mais utilisés par certains historiens, dont il aurait eu connaissance grâce à ses amis Paul et Just Lucas-Championnière, fils de l'ancien officier de Charette. La réédition de cette nouvelle envisagée avec Hetzel ne se réalisa pas, les opinions républicaines de l'éditeur des Voyages extraordinaires s'accommodant mal avec les sympathies légitimistes perceptibles dans la nouvelle. [ Echos sur " La 5e journée Historique de Legé le 3 juillet 1999, Les écrivains et la guerre de Vendée" dans le numéro 208 - septembre 1999 ] P.S. : Fondée en 1932, l’association du Souvenir Vendéen s’est donné pour mission d’entretenir la mémoire des héros et des martyrs de la Grande Guerre de 1793. En près de 90 ans d’action, elle a ainsi marqué les hauts lieux de cette épopée par plus de 200 plaques et monuments. Le Souvenir Vendéen soutient la recherche historique à travers sa revue trimestrielle devenue une référence, tout en offrant au grand public, par des expositions, des conférences ou des sorties, un accès à cet héritage toujours vivant. Vous pouvez écrire si possible de la part de Chiré. : Le Souvenir Vendéen BP 40612 - 49300 Cholet
Une autre source d'inspiration ?
5/5 Charte de Fontevrault .
.----. Le Comte de Chanteleine est un roman historique de Jules Verne publié en 1864 dans la revue Musée des familles. Jules Verne a tenté de le faire rééditer en 1879 mais s’est heurté au refus de l’éditeur Hetzel. C’est le seul roman de Jules Verne situé dans sa région natale. L’action se déroule entre Nantes et Douarnenez, du 14 mars 1793 au 9 Thermidor (27 juillet 1794). L’auteur se montre clairement favorable aux insurgés royalistes (le premier chapitre est intitulé Dix mois d’une guerre héroïque) et multiplie les notations hostiles à la répression républicaine (« Depuis ce jour, Quimper fut livré à l'arbitraire des républicains et de la Municipalité. ») Ce livre serait librement inspiré d’un personnage réel, Pierre-Suzanne Lucas de La Championnière, l’un des lieutenants de Charette pendant les guerres de Vendée. Le fait est que Jules Verne a souvent rencontré les enfants de Lucas-Championnière chez son oncle Prudent, à Brains près de Nantes, et qu’il a pu lire le manuscrit de ses Mémoires sur la guerre de Vendée bien avant leur publication en 1904.
Ma réponse à Antoine :
5/5 Jean Auguy.
Je me suis beaucoup intéressé à ce livre il y a des années .Je peux donc préciser que la première édition remonte à 1864 dans la revue » Le Musée des Familles « , puis en livre par ce même éditeur . Ensuite , à ma connaissance , il n’y a eu que 2 ou 3 clubs qui l’ont repris dans des œuvres complètes ( Rencontres – L’Ormeraie …) La première réédition en livre unique serait celle de l’éditeur nantais Joca Seria en 1994 puis en 2005 , cette édition est toujours disponible et c’est celle qui est en vente sur » chire.fr » . A l’époque en 1995 notre revue Lecture et Tradition avait publiée une présentation par Henri Servien l’auteur de la » Petite Histoire des Guerres de Vendée » complétée par une note de l’abbé Jean Rousselot présentant les similitudes entre le Comte de Chanteleine et le personnage historique Jean-François de Hercé évêque de Nantes. Le livre comme la revue sont disponibles sur » chire.fr « .
Du grand Jules Verne oublié ?
5/5 https://leslivresdantoine.com/
.----. En 1793, les combats font rage entre Vendéens et Républicains. Le Comte de Chanteleine participe à toutes les victoires puis les défaites, jusqu’au désastre de Savenay. Au soir de la bataille, il décide d’entraîner vers Guérande les milliers de femmes et d’enfants présents pour en sauver quelques-uns tandis que Marigny retarde l’ennemi avec les derniers hommes valides. Chanteleine avait quitté son château breton, sa femme et sa fille dès le début de la guerre pour rester fidèle à ses convictions monarchistes. Il se prépare maintenant à mourir sur ces routes pluvieuses mais un paysan ami, Kernan, le retrouve enfin. Il apporte de mauvaises nouvelles. Pendant la bataille, il a croisé le fer avec Karval, l’ennemi juré de Chanteleine, qui lui donne ironiquement rendez-vous au château du comte. Le pire est à craindre. Que s’est-il passé au château ? Chanteleine et Kernan parviennent à sortir de la nasse, achètent un bateau et voguent vers les terres du comte en pleine tempête. Le pire les y attend. Ce récit historique, un « Episode de la Révolution », est tout à fait atypique dans l’œuvre de Jules Verne. Roman de jeunesse, il souffre quelque peu d’une certaine naïveté, avec un sens de la rédaction encore insuffisamment maîtrisé. Mais le panache est là, avec les rebondissements qui feront le succès de ce grand écrivain et donneront le goût de la lecture à tant de jeunes gens. On ne connaissait pas Jules Verne sous ce jour monarchiste et catholique. Son éditeur emblématique, Hetzel, répugna d’ailleurs à éditer ce petit livre qui connut un long purgatoire, puisque sa première édition en volume séparé date de 1994. Le ton du roman heurtait certainement les convictions laïques de Hetzel mais il ne voulait pas non plus sortir son auteur emblématique du style qui avait fait son succès, « l’aventure scientifique, géographique et maritime ». C’est bien dommage car le lecteur passe un excellent moment à lire ce récit héroïque et touchant. [ Publié par https://leslivresdantoine.com/ le 26 août 2020 ]
Du grand Jules Verne.
5/5 Henri Servien/Lectures Françaises.
.----. Alors que tout le reste de l’œuvre de Jules Verne a été réédité de nombreuses fois, ce roman avait échappé à cette notoriété. La raison se comprend quand on plonge dans ce récit chouannique : le comte de Chanteleine a quitté sa Bretagne pour suivre l'armée vendéenne. Il combat auprès du grand Marigny jusqu'à Savenay et parvient à s'échapper. Il revient chez lui en se cachant, apprend le massacre de sa femme, l'arrestation et la prochaine exécution de Marie, sa fille. Grâce à quelques amis fidèles, il déjouera les traquenards des Jacobins, bretons et sauvera sa fille. C'est du grand Jules Verne, qui mérite une large diffusion. ( numéro 461, septembre 1995 ).
Comment expliquer ?
5/5 Revue des cercles d'études d'Angers
.----. Comment expliquer cet aspect "chouan et vendéen" du caractère de Jules Verne ? Un oncle de sa mère avait une propriété dans le pays de Retz, située non loin de la propriété Le Plessis... Et le jeune Jules Verne allait souvent dans cette maison, où l'on vivait dans le souvenir des Guerres de Vendée : c'est sans doute là que, lisant les documents de cette famille, et en entendant tant de récits, il s'est passionné pour l'épopée, montrant d'ailleurs, dans son récit, que Vendée et Chouannerie étaient deux moments du même combat. Et c'est ainsi que tout un aspect de Jules Verne a échappé aux commentateurs. Il ne pourra plus désormais rester méconnu. ( numéro 8, mai 1978 ).
Un traitre,bataille de Kerguidu...
5/5 Revue des cercles d'études d'Angers
.----. Mais, alerté par un espion, un bâtiment républicain survient, un grand nombrer d'assistants, arrêtés, sont voués à la guillotine, dont le comte. Celui-ci sera sauvé par le 9 Thermidor, et le traitre Karval, qui poursuit de sa haine la famille du comte, périra dans des circonstances dignes de Walter Scott ou d'Alexandre Dumas, et les nouveaux époux connaîtrons le bonheur. Le lecteur ne pourra qu'être frappé par la coïncidence de cette histoire avec les circonstances de la bataille de Kerguidu. Tout y est : Fouesnant, la résistance trop méconnue du Sud-Finistère, Kerguidu, la messe en mer. Quant au ton, il est totalement "vendéen". Le titre du premier chapitre est significatif : "dix mois d'une guerre héroïque". ( suite... ).
Messe en mer.
5/5 Revue des cercles d'études d'Angers
.----. Jules Verne, remarquablement précis, sait que le premier soulèvement de l'Ouest a été celui de Fouesnant, conduit par Nédelec, en juillet 1792, à quelques lieues de Chanteleine. Et de même nous voyons Marie de Chanteleine sauvée in-extremis de l'échafaud par Henri de Tregolan, un léonard, rescapé de la bataille de Kerguidu (19 mars 1793). Les deux hommes et la jeune fille réussissent à se cacher à Douarnenez. La population est terrorisée par la répression, mais elle refuse les prêtres jureurs, et elle fait appel au comte qui s'est fait secrètement ordonner prêtre dans la clandestinité. Et nous assistons à une "messe en mer" aux grottes de Morgat, où la population s'est rendue en embarcations pour assister au mariage des deux jeunes gens, célébré... par le comte qui se découvre alors prêtre à leurs yeux. ( suite... ).
Tenue quasi secrète.
5/5 Revue des cercles d'études d'Angers
.----. Les Editions Rencontres, ayant ces dernières années réédité en 49 volumes les "œuvres romancées" complètes de Jules Verne, ont en 1970 publié dans le dernier des 49 volumes, en même temps que"l'Etrange mission Barsac, le Comte de Chanteleine" : ainsi cette œuvre, si longtemps tenue quasi secrète, a reparu au jour. Nous ne pouvons, même brièvement, résumer ici ce petit roman. Disons seulement que le comte de Chanteleine, ayant quitté son château des environs de Plogastel Saint-Germain (près de Quimper, en pays Bigouden), pour se joindre à l'Armée Catholique et Royale dès le début de l'insurrection d'Anjou, participe à toutes les batailles, et réussit à échapper au désastre de Savenay, après avoir combattu jusqu'au bout aux côtés de Marigny. Accompagné de son fidèle frère de lait Kernan, il regagne sa demeure qu'il trouve saccagée, sa femme a été massacrée, et sa fille, Marie, arrêtée, doit être guillotinée. ( suite... ).