Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Le frérisme et ses réseaux, l´enquête

Référence : 128325
1 avis
Date de parution : 25 janvier 2023
EAN 13 : 9782415003555
Nb de pages : 416
24.90
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié à partir du 17 juin
Voir la disponibilité en magasin

Description
Ce livre présente le mouvement islamiste issu de l'internationalisation du mouvement des Frères musulmans, tel qu'il s'est développé en Europe : Florence Bergeaud-Blackler le nomme frérisme. Elle explore ici, de façon factuelle et documentée, l'origine du mouvement, son fondement doctrinal, son organisation et ses modes opératoires, ainsi que ses méthodes de recrutement et d'endoctrinement. Elle montre comment il étend son emprise au coeur même des sociétés européennes en s'appuyant sur leurs institutions, en subvertissant les valeurs des droits de l'homme ou en "islamisant" la connaissance.
Ni réquisitoire ni dénonciation complotiste ou militante, c'est le résultat d'une enquête de fond étayée et référencée, menée selon les méthodes des sciences humaines, et qui cerne précisément un objet, l'islamisme frériste, qui construit un système-islam décliné dans trois directions : une vision, une identité, un plan. Le propos ne vise ni une religion ni une communauté de croyants, mais décrit un mouvement qui cherche à se servir d'eux pour imposer une stratégie d'islamisation des pays non musulmans dans toutes sortes de domaines, de l'économie à l'écologie, de l'école à l'université.
Un document de référence, qui éclaire un phénomène souvent mal cerné. Un livre précieux pour sa mesure et sa lucidité, qui nourrit le débat de faits plutôt que d'anathèmes idéologiques. 
Florence Bergeaud-Blackler est anthropologue, chargée de recherche CNRS (HDR) au groupe Sociétés, religions, laïcité à l'Ecole pratique des hautes études.
TitreLe frérisme et ses réseaux, l´enquête
Auteur BERGEAUD-BLACKLER (Florence)
ÉditeurODILE JACOB (EDITIONS)
Date de parution25 janvier 2023
Nb de pages416
EAN 139782415003555
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)23
Largeur (en mm)155
Hauteur (en mm)240
Poids (en Kg)0.61
Critique du libraire
Préface de Gilles Kepel "Les Frères Musulmans ne tentent pas d'adapter l'islam à l'Europe, mais d'adapter l'Europe à l'islam."
Les avis clients
Une campagne de dénigrement ?
4/5 https://www.bvoltaire.fr/
.----. Chercheur au CNRS, docteur en sociologie, Florence Bergeaud-Blackler mène, depuis plus de vingt ans, un patient et remarquable travail d'analyse de l'islamisation de la société française. Sa thèse était déjà consacrée à l'islamisme à Bordeaux et à la manière dont il s'approprie le paysage sociétal et culturel. Par la suite, elle s'est plus particulièrement intéressée à la norme du « halal », tradition de neuve fabrique, alliance objective entre le capitalisme agroalimentaire et l'obsession de pureté rituelle des dictatures islamiques, notamment l'Iran chiite. Comme tant d'autres prescriptions islamiques, le halal n'est pas décrit dans le Coran. Florence Bergeaud-Blackler a été, évidemment, largement critiquée dans les années 2010 quand ses livres, pourtant rigoureusement sourcés, ont paru. Son dernier ouvrage, Le Frérisme et ses réseaux, vient de paraître. Il est à nouveau l'objet d'une campagne de dénigrement qui vire à l'insulte et pour laquelle - une fois n'est pas coutume - ses détracteurs utilisent le joker de l'antisémitisme en distribuant généreusement les points Godwin. Pour Rafik Chekkat, dans la revue Orient XXI, Florence Bergeaud-Blackler présente des convergences avec Drumont, l'auteur antisémite de La France juive. Cette revue, antisioniste voire antisémite (mais que les accusations de nazisme ne dérangent pas), ouvertement favorable à la cause palestinienne, est financée par l'Agence française de développement. On est ravi de l'apprendre, au passage. Arrivera-t-il à Florence Bergeaud-Blackler la même chose qu'à Robert Redeker ? Sera-t-elle physiquement menacée, dans l'indifférence totale des politiques, pour avoir dit la vérité, toute simple mais glaçante, sur ce qui est en train de se passer dans le « tissu social », comme on dit dans la recherche ? L'entrisme des Frères musulmans est au cœur de leur stratégie depuis leur création par Hassan al Banna. Leur devise (« Allah est notre objectif, le prophète notre chef, le Coran notre loi, le djihad notre voie, la mort sur la voie d'Allah notre plus cher espoir ») ne laisse pas beaucoup de place à la tolérance, mais ils ont très bien compris comment ils pouvaient copier les manières occidentales en créant des syndicats ou des associations, en reprenant des éléments de langage wokistes, en s'insurgeant contre « l'islamophobie » dès que leurs revendications ne sont pas satisfaites. En cela, ils sont bien plus malins que les salafistes purs et durs, qui utilisent l'argent pour corrompre, avec moins de subtilité, les diverses instances politiques, associatives ou sportives prêtes à se laisser acheter. Pour avoir mis au jour la vérité, pour avoir écrit et décrit comment les frères musulmans étaient en train de s'emparer de l'Union européenne ou du monde universitaire, comment ils stérilisaient et censuraient le débat dès qu'il est question des dérives de l'islam, Florence Bergeaud-Blackler est aujourd'hui menacée de mort. Nous verrons si quelqu'un, dans le monde clownesque de la « plus grande des fermetés », réagit à ce nouvel affront à la liberté d'expression - ou si, anesthésiées et ligotées, la France et l'Europe, telles que nous les avons connues pendant des siècles, sont prêtes pour l'euthanasie. [ Signé : Arnaud Florac le 16 mars 2023 ] P.S. : BOULEVARD VOLTAIRE c'est : œuvrer, petit à petit, à restaurer le vrai débat d'idées qui manque tant dans notre pays ; Donner la parole aux experts ou aux personnalités militantes qui s'opposent à la pensée unique et sont bannis des plateaux télé ou des émissions de radio ; Maintenir un espace de liberté d'expression et d'opinion, sur Internet, qui échappe à la censure du « médiatiquement correct » ; Continuer à diffuser sans relâche l'information alternative qu'on ne trouve pas dans les grands médias.