Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Le grand recrutement

Référence : 23764
Date de parution : 3 février 1993
Auteur : WOLTON (Thierry)
Éditeur : GRASSET (EDITIONS)
Collection : LITTERATURE
EAN 13 : 9782246448211
Nb de pages : 402
28.40
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
En stock expédié demain
Voir la disponibilité en magasin

Description

Pourquoi la France n'a-t-elle jamais connu de grandes affaires d'espionnage comme ses voisins britannique ou allemand avec les fameuses "taupes" de Cambridge ou le scandale Günther Guillaume qui a brisé la carrière du chancelier Brandt ? De telles affaires ont existé répond Thierry Wolton, et particulièrement un réseau d'espionnage soviétique dont les membres ont appartenu aux plus hautes sphères de l'Etat.

Thierry Wolton a eu accès pour la première fois aux archives secrètes de l'ex-URSS. A Moscou, il a pisté les traces de ce réseau ultra-secret qui prend ses racines dans les années trente mais dont certains membres étaient récemment encore en activité. Son enquête, qui l'a aussi amené dans les coulisses du renseignement aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Allemagne, lui permet également de reconstituer la fabuleuse destinée de l'homme par qui tout est arrivé : Henri Robinson, l'agent recruteur de ces "taupes" françaises.

TitreLe grand recrutement
Auteur WOLTON (Thierry)
ÉditeurGRASSET (EDITIONS)
Date de parution3 février 1993
Nb de pages402
CollectionLITTERATURE
EAN 139782246448211
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)21
Largeur (en mm)150
Hauteur (en mm)240
Poids (en Kg)0.56
Critique du libraire
C’est en 1961 que Léon de Poncins publia un ouvrage intitulé : Espions soviétiques dans le monde. Une étude truffée d’informations de première main sur la subversion communiste et ses ramifications internationales, représentée principalement par des agents d’origine juive (mais pas que) aussi intelligents que déterminés. Il eut notamment le mérite de souligner le rôle d’un certain Willy Münzenberg, funeste chef de la propagande stalinienne et expert en manipulation. Mais l’auteur étant considéré encore de nos jours, à l’instar d’un Henry Coston, comme un « antisémite fanatique » ou un « paranoïaque extrémiste assoiffé de sang », ses travaux devaient être jetés, comme bien d’autres, aux oubliettes de l’histoire et n’être lus que par quelques obscurs électrons libres qu’il faudra bien punir un jour ou l’autre pour avoir osé parcourir cette « littérature de mensonge et de haine ». Or trente années plus tard, c’est le chercheur juif spécialiste de la guerre froide Thierry Wolton qui se chargea, bien qu’indirectement, de donner raison à Léon de Poncins. Son ouvrage, fort intéressant au demeurant, était censé contenir des révélations « bouleversantes » qui furent en réalité autant de secrets de Polichinelle enfin dévoilés aux yeux du grand public. Il est vrai que l’auteur, de par son statut privilégié, eut accès à des sources confidentielles inédites et se livra à un travail minutieux solidement référencé. On fera (ou refera) la connaissance de personnages importants comme l’impitoyable Otto Katz, Ian Berzine, Leopold Trepper, le banquier Olof Aschberg, Jean Moulin et surtout un certain Henri « Harry » Robinson dont on appréciera le charmant portrait en guise de couverture de l’ouvrage. Cet homme joua un rôle déterminant en tant qu’agent soviétique en France, tout comme le mystérieux Eugen Fried, véritable chef du PCF derrière le pantin Maurice Thorez ou encore le sinistre Jean Jérôme (Feintuch). On retrouvera surtout Willy Münzenberg, chef d’un réseau d’espions internationaux ayant des contacts partout, en particulier dans les milieux intellectuels et artistiques qu’il sut infiltrer et manœuvrer habilement afin d’organiser un vaste mécanisme de séduction universelle et répandre en Occident le virus communiste, socialiste ou encore « gauchiste », la nuance dépendant de la personne que l’on cherchera à subvertir. Tout cela se fit au nom de la très noble et sacro-sainte « lutte contre le fascisme », une espèce de formule magique qui fit sombrer dans la folie des millions de personnes fanatisées et hypnotisées par les méthodes de Münzenberg (dont on finit par retrouver le cadavre dans une forêt française). Cet ouvrage sérieux rédigé par un historien pro-américain et démocrate aura néanmoins le mérite de lever, certes très timidement, le voile sur la réalité en nous faisant comprendre que les acteurs qui jouent un rôle déterminant dans le cours des événements qui ponctuent l’histoire contemporaine n’ont rien à voir avec ceux que l’on nous présente habituellement comme de grandes figures historiques. L’aperçu proposé ici est certes minime, il mérite toutefois d’être signalé et n’en demeure pas moins appréciable.I. C., dans Lectures Françaises n° 805 (mai 2024)