Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Le mythe de la violence religieuse

Référence : 22065
1 avis
Date de parution : 7 octobre 2009
EAN 13 : 9782915988291
Nb de pages : 384
29.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
En stock expédié demain
Voir la disponibilité en magasin

Description
C´est une idée dominante : la religion promeut la violence car elle est absolutiste, source de divisions et irrationnelle. Mais peut-on séparer la violence "religieuse" de la violence "séculière" ? C'est la question que pose William Cavanaugh dans cet essai magistral publié simultanément aux Presses de l'Université d'Oxford et en France.
Au coeur du problème, l'invention d'un concept universel de "religion" accompagnant l'émergence de l'Etat moderne et la marginalisation de l'Eglise. L'examen historique des " Guerres de religion " révèle qu'on ne peut isoler le facteur religieux de la résistance des élites locales face aux menées centralisatrices des souverains.
L'Etat-nation s'est approprié le sacré, devenant lui-même l'objet d'une nouvelle "religion" exigeant une loyauté exclusive conduisant à la guerre. En Occident, le mythe de la violence religieuse est une arme pour limiter le rôle public des chrétiens. En politique étrangère, il légitime la " guerre libérale de libération " contre les sociétés non-séculières. Cavanaugh déconstruit brillamment un mythe fondateur de la modernité et ouvre de nouvelles voies à la réflexion sur l'origine de la violence.   

William Cavanaugh, 47 ans, enseigne la théologie à l'Université Saint Thomas (Saint-Paul, Minnesota, Etats-Unis). Catholique, père de famille, il est notamment l'auteur d'Etre consommé, une critique remarquable du consumérisme.
TitreLe mythe de la violence religieuse
Auteur CAVANAUGH (William)
ÉditeurHOMME NOUVEAU (EDITIONS DE L') ED HN
Date de parution7 octobre 2009
Nb de pages384
EAN 139782915988291
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)20
Largeur (en mm)135
Hauteur (en mm)220
Poids (en Kg)0.48
Critique du libraire
C´est une idée dominante : la religion promeut la violence car elle est absolutiste, source de divisions et irrationnelle. Mais peut-on séparer la violence "religieuse" de la violence "séculière" ? En Occident, le mythe de la violence religieuse est une arme pour limiter le rôle public des chrétiens. En politique étrangère, il légitime la "guerre libérale de libération" contre les sociétés non-séculières.
Les avis clients
Le Myhe de la violence religieuse recensé par La Croix
5/5 L'homme nouveau .
.----. Le Père Marcel Neusch recense le livre de William Cavanaugh dans le journal La Croix du 19 novembre : "C’est entendu : la religion sème la violence. Cette thèse, largement répandue surtout depuis le 11 septembre 2001, s’appuie sur trois arguments : la religion est absolutiste, elle divise, elle est irrationnelle. À l’examen, aucun de ces arguments ne peut se prévaloir d’une preuve empirique. La violence religieuse, inséparable de la violence séculière, n’a aucun fondement, ni philosophique, ni historique. C’est un mythe. D’où vient alors son succès ? Selon William Cavanaugh, figure catholique de la « nouvelle théologie politique », le mythe de la violence religieuse sert en Occident à marginaliser le christianisme et à justifier les actions – y compris la guerre – contre le reste du monde. Il se nourrit du besoin d’avoir des ennemis, et de marquer la différence entre nous et eux. Cette étude, fort bien documentée, est l’une des plus pertinentes sur le sujet, en tous les cas l’une des plus originales." [ Rédigé par L'homme nouveau le 19 novembre 2009 dans Culture ]