Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Le naturalisme

Référence : 22753
1 avis
Date de parution : 1 janvier 1998
Auteur : EMMANUEL (Père)
EAN 13 : 9782856522370
Nb de pages : 79
7.50
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié à partir du 17 juin
Voir la disponibilité en magasin

Description
L'abbé Louis-Emile-Ernest André, célèbre sous le nom religieux de Père Emmanuel, naquit en 1826. Il fut nommé curé de Mesnil-Saint-Loup, au diocèse de Troyes, pour Noël 1849 et le resta jusqu'à sa mort, en1903. Par l'intervention de la Très Sainte Vierge Marie, il convertit sa paroisse qui devient exemplaire. Parallèlement à son impessionnant labeur pastoral, il conduisit de puissants travaux intellectuels. Parmi ceux-ci, la présente étude, qui est une contribution de premier ordre à la connaissance du naturalisme - théorique ou pratique -, erreur dont on voit clairement aujourd' hui qu'elle ne cesse pas de gagner du terrain, notamment parmi les croyants.
TitreLe naturalisme
Auteur EMMANUEL (Père)
ÉditeurDMM (DOMINIQUE MARTIN MORIN EDITIONS)
Date de parution1 janvier 1998
Nb de pages79
EAN 139782856522370
PrésentationBroché
Largeur (en mm)140
Hauteur (en mm)225
Poids (en Kg)0.11
Les avis clients
Grave erreur.
5/5 Mgr Williamson .
.----. La nature suffisait avant l’Incarnation, Mais maintenant, sans Jésus, reste la damnation. .*****. « Je suis un homme. Je me tiens sur mes deux pieds. J’ai un esprit, une volonté et un sens des responsabilités. Je peux avoir une vie correcte, voire noble, au niveau purement naturel, bien au-dessus du pauvre matérialisme. Mais voilà qu’en tant que Catholique, vous venez me parler d’une vie surhumaine et surnaturelle, supérieure à la vie naturelle, une vie qui requiert des vertus surnaturelles pour être vécue. Vous me dites qu’elle est bien supérieure à la vie naturelle, rendue possible par un Dieu incarné, avec des promesses d’une inimaginable béatitude. Or, tout cela est fort bien mais, en toute honnêteté, je trouve que la nature humaine est suffisante : je ne veux mener la vie ni d’un ange, ni d’une bête. Je ne veux ni le Ciel à venir, ni les demandes qu’il impose ici-bas. Je refuse le bénéfice avec le fardeau. Je me contenterai d’une vie naturelle et convenable que Dieu récompensera avec une vie naturelle et convenable ci-après. » .*****. Voici comment le Cardinal Pie (1815–1880) prêtait à un grand nombre d’honnêtes et respectables citoyens du milieu du XIXe la grave erreur du naturalisme, laquelle expédiait, et expédie toujours, un grand nombre d’âmes en Enfer. Le naturalisme est le déni ou, comme ci-dessus, le refus de l’ordre surnaturel tout entier. La nature est tout, ou au moins tout ce que je désire. Rien n’existe au-delà de la nature, ou s’il existe quelque chose, je le refuse poliment. [ Mgr Williamson sur " Commentaire Eleison " le 24/09/2015 ].