Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Le pavillon des cancéreux (poche)

Référence : 106509
1 avis
Date de parution : 14 avril 2016
Collection : PAVILLONS POCHE
EAN 13 : 9782221193341
Nb de pages : 782
12.50
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié aujourd'hui
Voir la disponibilité en magasin

Description
Le Pavillon des cancéreux raconte la vie quotidienne dans le bâtiment numéro treize de l'hôpital de Tachkent, où quelques hommes alités souffrent d'un mal que l'on dit incurable. Roussanov, haut fonctionnaire du Parti, y est contraint de partager sa chambre avec des patients de rang inférieur, comme Kostoglotov, un ancien prisonnier du Goulag. Et, très vite, il va se rendre compte que tous les titres et passe-droits dont il usait avant ne lui servent plus à rien. Comme les autres, il va devoir faire face à la vision de sa mort et éprouver son dénuement devant la vanité de sa vie. Aux côtés des malades, on découvre aussi peu à peu le personnel médical : Zoé, une jeune infirmière, Véra, le médecin, et Lioudmila, la chirurgienne. Tous sont unis, malgré leurs différences, par l'humilité de leur humaine condition.
"Qu'est-ce qui fait vivre les hommes ?" : c'est à cette éternelle question que Soljenitsyne a voulu répondre dans cette fresque intime, dramatique et pourtant pleine d'espoir.
TitreLe pavillon des cancéreux (poche)
Auteur SOLJENITSYNE (Alexandre)
ÉditeurROBERT LAFFONT (EDITIONS)
Date de parution14 avril 2016
Nb de pages782
CollectionPAVILLONS POCHE
EAN 139782221193341
PrésentationPoche
Épaisseur (en mm)35
Largeur (en mm)123
Hauteur (en mm)183
Poids (en Kg)0.47
Biographie
Critique du libraire
" Avec Le Pavillon des cancéreux, situé dans une époque, sous un régime politique et une partie du monde, il est parvenu à écrire un roman universel, qui parle à tous les hommes, où qu'ils soient. Véritable monument littéraire, Le Pavillon des cancéreux est le signe aussi d'un très grand romancier. "
Les avis clients
Un roman universel !
5/5 L'homme nouveau .
.----. Les livres d’Alexandre Soljénitsyne ont cette particularité d’avoir toujours une histoire. Même ses romans dont on aurait pu penser qu’objets typiquement littéraires ils ne représentent pas en soi un danger. C’est ignorer ce qu’est un pouvoir totalitaire, auquel rien ne doit échapper. Ni pensée, ni action. Ni littérature !… Alors que son roman Une journée d’Ivan Denissovitch avait eu la chance d’être publié en URSS, la première partie du Pavillon des cancéreux fut refusée par la revue soviétique Novy Mir. Puis ce fut au tour de la seconde partie. Finalement, le récit fut accepté en septembre 1967, mais rien ne bougea. Enfin si ! C’est à l’étranger que Le Pavillon des cancéreux commença à être publié. En Slovaquie d’abord, puis à Londres, en Italie, Allemagne et France. Mais quel danger pouvait bien représenter ce livre ? L’histoire est celle d’un service de cancérologie et des soins apportés à des malades, en 1955, dans la République de l’Ouzbékistan, pendant la déstalinisation. Vie quotidienne d’un hôpital, comme il en existait aussi en Europe de l’Ouest, échange entre les médecins, doutes des malades, angoisses, peurs et craintes et, bien sûr, la mort. Mais Soljénitsyne montre aussi le quotidien du personnel médical une fois qu’il rentre chez lui, dans les appartements collectifs ou la ligne de démarcation qui sépare les êtres, entre bien portants et malades, entre malades et médecins, entre les malades entre eux. On entre dans le roman, et au sens propre dans le pavillon des cancéreux, en suivant un personnage qui est un apparatchik, Paul Nikolaievitch Roussanov, révolté d’être traité comme un malade ordinaire. On croit un instant qu’il s’agit du personnage principal. Mais le véritable personnage central de cette histoire se nomme Oleg Filimonovich Kostoglotov. Il semble fruste. Il s’agit en vérité d’un ancien déporté, relégué à perpétuité en Ouzbékistan, personnage de composition, mais reflet en partie de l’auteur lui-même. La question que porte finalement Le Pavillon des cancéreux, et qui le rendit si subversif aux yeux du pouvoir soviétique, est tout simplement de déterminer ce qui fait vivre les hommes ? Les nombreux personnages permettent d’apporter une réponse variée, comme une photographie des pensées diverses des hommes à ce sujet. Plus fondamentalement, l’amour est mis en avant et aussi le sacrifice qu’il suscite ou qu’il appelle. Quoi qu’il en soit, à la manière d’un négatif, Soljénitsyne montrait ainsi, sans pourtant réduire son livre à un roman à thèse, l’échec du paradis soviétique et de ses promesses matérialistes. Déporté, puis relégué, Soljénitsyne connut réellement le combat contre le cancer et il sortit vainqueur de sa lutte contre le crabe. Avec Le Pavillon des cancéreux, situé dans une époque, sous un régime politique et une partie du monde, il est parvenu à écrire un roman universel, qui parle à tous les hommes, où qu’ils soient. Véritable monument littéraire, Le Pavillon des cancéreux est le signe aussi d’un très grand romancier. [ Rédigé par Philippe Maxence le 02 novembre 2018 ]