Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Le suicide français - Les quarante années qui ont défait la France

Référence : 84590
6 avis
Date de parution : 1 octobre 2014
Auteur : ZEMMOUR (Eric)
Collection : ESSAIS DOC.
EAN 13 : 9782226254757
Nb de pages : 534
22.90
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
En stock expédié demain
Voir la disponibilité en magasin

Description
Les Français ont perdu confiance. Ils ont le sentiment que le pays fait fausse route. Mais ils hésitent encore sur les raisons qui ont pu les conduire dans cette impasse. A quel moment se sont-ils égarés ? Ont-ils été trompés ? Pour les éclairer, Eric Zemmour se livre à une analyse sans tabou de ces quarante dernières années qui, depuis la mort du général de Gaulle, ont "défait la France". En historien et en journaliste qui a connu bien des protagonistes de cette triste épopée, il mobilise aussi bien la politique que l'économie ou la littérature, le cinéma et même la chanson.
Revenant sur des faits oubliés ou négligés, mais décisifs, comme la loi de 1973 nous obligeant à nous endetter auprès des marchés financiers, il nous réserve quelques surprises. L'auteur relit chronologiquement le passé pour démasquer une succession d'aveuglements technocratiques, de "politique spectacle" délétère, de faux débats et de mensonges, notamment sur la famille, l'immigration, l'Europe ou la mondialisation...
Il souligne notamment la responsabilité des élites dans ce fiasco. Quarante ans d'indifférence au sort des vrais "invisibles" de la République (ouvriers, paysans, employés et cadres "rurbains" chassés en grande banlieue) ont, avec la crise économique, engendré un peuple blessé et perdu, livré aux nouveaux despotes de Bruxelles. Il est temps de faire les comptes ! C'est le premier pas nécessaire pour espérer pouvoir un jour guérir de nos maux. 
Eric Zemmour est un des éditorialistes français les plus redoutés et les plus lus ou écoutés (RTL, Le Figaro Magazine et Le Figaro). Il coanime aussi "Ça se dispute" sur iTélé et conduit le talk-show "Zemmour & Naulleau" chaque vendredi soir sur Paris Première.
TitreLe suicide français - Les quarante années qui ont défait la France
Auteur ZEMMOUR (Eric)
ÉditeurALBIN MICHEL (EDITIONS)
Date de parution1 octobre 2014
Nb de pages534
CollectionESSAIS DOC.
EAN 139782226254757
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)4
Largeur (en mm)155
Hauteur (en mm)240
Poids (en Kg)0.74
Critique du libraire
On a beau ne pas être d'accord sur tout avec Zemmour, mais c'est quand même bon d'entendre régulièrement ses chroniques, pleines d'un bon sens populaire bien français ! Ce nouveau livre défraye la chronique et était déjà en rupture chez l'éditeur une semaine après sa parution ! Tout et tous y passent, tout ce qui de près ou de loin a participé à la déconstruction de la France est mis, ici, au pilori !
Les avis clients
arbona
5/5 georges
Une bouffée de liberté!
Réserve.
5/5 Jean Saumur 49.
Je viens de relire la présentation de l'éditeur que vous publiez en résumé, l'auteur semble faire partir " le suicide " de la fin du règne de DE Gaulle, c'est une erreur, le mal est beaucoup plus ancien et De Gaulle y a contribué plus que largement, je ne peux pas oublier l'abandon des harkis et de l'Algérie... ...et les crimes de la Libération !!!!.
Le meilleur livre que j'ai lu depuis longtemps
5/5 Jean Saumur 49.
Et oui, j'ai beaucoup aimé ! c'est même le meilleur livre que j'ai lu depuis longtemps car les idées exprimées viennent de quelqu'un qui, au premier abord, devrait être assez loin de nous ! Cela confirme leur bien-fondé. Certes, il y a bien d'autres titres a lire ( j'attends avec impatience le nouveau Forjoucq " Le Cardinal de l'aube " ) mais celui-ci, plus que d'autres, doit pouvoir servir de passerelle autour de nous.
Excellent livre, à un détail prêt…
4/5 Blog d'Anne Brassié.
.----. Nous répercutons une excellente critique du dernier livre d’Eric Zemmour Le suicide français, critique d’Aristide Leucate docteur en droit, journaliste et essayiste : « Maurras exalta jadis les quarante rois qui [en mille ans] ont fait la France ; il nous faut désormais conter les quarante années qui ont défait la France. » Contraction historique au contraste saisissant, cet aller-retour dans le temps, par une formule dont notre polémiste a le secret, veut frapper les esprits. À dessein. Pour, dit-il, « déconstruire les déconstructeurs ». Montrer comment le visage de notre beau pays s’est transformé, en deux générations, sous l’effet d’une folle idéologie post-chrétienne héritée de Mai 68, conjuguée à d’inconséquentes politiques mortifères, altérant durablement son âme profonde. Servi par une vaste culture historique et littéraire, le propos de l’essayiste, chronique de ces quarante dernières années, est une somme (plus de 500 pages) tout à la fois méditative et désabusée de « cette France qu’on abat » où « la Liberté est devenue l’anomie, l’Égalité, l’égalitarisme, la Fraternité, la guerre de tous contre tous ». Cette France des paires qui s’est substituée à celle, patiemment édifiée et bienveillamment transmise, de nos pères. Cette France de la diversité exotique que l’on préfère à l’incommensurable richesse de nos provinces bretonne, périgourdine, provençale, flamande, alsacienne ou auvergnate. Cette France de la parousie multiraciale qui a dégénéré en enfer sur terre multiraciste. Cette France dont, minablement, « BHL [est] le nom [celui] de la haine de soi française et de la sécession de ses élites ». Cette France qui, rapidement, a fait sauter, une à une, les digues de l’assimilationnisme, du patriotisme et de la décence commune. Cette France ouverte aux quatre vents d’une mondialisation débridée, dans laquelle notre ouvrier est sacrifié sur l’autel de la libre concurrence, au bénéfice du tourneur indien ou du manutentionnaire chinois. Depuis, la brèche est d’une noire béance et tout s’y engouffre en torrents incontrôlables : de SOS Racisme à la subversion du pouvoir gay, de l’émergence des banlieues aux traités de Maastricht et de Lisbonne, du voile islamique aux reniements de la gauche ralliée au marché, des racailles, du rap au collège unique, de l’antiracisme à l’immigrationnisme, etc. Jetez en plus, la coupe ne semble pas encore pleine. Pour Zemmour, tout commence le 9 novembre 1970 lorsque le général De Gaulle rend son âme à Dieu : « la France était en train de mourir mais ne le savait pas encore. Elle n’existerait plus sans le général De Gaulle ; il s’était épuisé à la ressusciter. » Bien que républicain, on ressent chez l’auteur une discrète mais ambivalente nostalgie monarchique, due à son tropisme napoléonien. Napoléon dont il note qu’il réalisa la « somptueuse synthèse historique entre l’Ancien Régime et la Révolution, […] entre la liberté individuelle et l’unité de la nation qui n’avait plus la personne sacrée du monarque pour rassembler ses peuples ». Mais la République du XXIe siècle n’est plus le Premier Empire ; quant à De Gaulle, « il a échoué », assène Zemmour concluant, en imprécateur amer, que « l’avenir de notre cher Hexagone se situe entre un vaste parc d’attractions touristiques et des forteresses islamiques, entre Disneyland et le Kosovo ». Si le titre n’avait été déjà pris, Éric Zemmour aurait pu tout aussi bien intituler son essai Voyage au bout de la nuit. Mais nous ajoutons que sa référence gaullienne attriste. De Gaulle ne s’est pas épuisé à ressusciter la France , il a accéléré son déclin par deux fois, la première avec la sanglante épuration sous la pression communiste qui a tué toute l’élite française, les maires, les prêtres, les notaires, les médecins, les avocats, les écrivains et les journalistes. La seconde fois, en 62 c’est l’armée française qu’il a essayé de décapiter en incarcérant ses brillants officiers. Depuis 50 ans tout individu décrivant cette situation est voué aux gémonies . Alors de grâce pas de révérence au statue en carton pâte. [ “Le suicide français”, excellent livre, à un détail prêt… Publié le 5 octobre 2014 par Anne Brassié ]
Le suicide français
4/5 Daniel
C'est une synthèse factuelle d'évènements précis qui depuis 1965 expliquent l'état de notre société française. La gauche et la droite sont concernées , mais moins que les groupements qui ont pris le parti des homosexuels, des immigrés pour assurer leur promotion et les imposer comme projets de société. Je n'ai pas trouvé de parti pris dans ce livre , tout le monde est concerné . Il pourrait servir de base à l'histoire de France entre 1965 et 2014.
Copieur !
3/5 Le cours des choses par Jacques Glieres
.----. " La France se meurt, la France est morte. Nos élites politiques, économiques, administratives, médiatiques, intellectuelles, artistiques crachent sur sa tombe et piétinent son cadavre fumant ( Eric Zemmour )." Copieur ! A t-on envie de s'exclamer à l'adresse de Zemmour en refermant son dernier succès de librairie, " Le suicide français ou les quarante années qui ont défait la France ". En effet, nos lecteurs se rappellent que Jean de Viguerie avait rédigé l'acte de décès de la France dès 1998 dans son essai historique sur l'idée de patrie en France " LES DEUX PATRIES ". Souvenez-vous : " Aujourd'hui nous n'avons que le désastre : la patrie disparue, la nation inconsistante et l'Etat qui exténue nos dernières forces. Comment la France pourrait-elle vivre encore ? Nous la voyons mourir sous nos yeux ( ... ) En fait, il n'y a plus de France et ce sont les gouvernants qui l'ont tuée. ( Jean de Viguerie )".le texte continue par une présentation du livre de Philippe de Villiers sur Jeanne d'Arc . ( numéro 25 - décembre 2014 - Vous pouvez demander un spécimen de cette revue à " Famille d'abord ", lettre du Mouvement Catholique des Familles, 77 rue Claude Bernard - 75005 - Paris ).