Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

En raison des vacances, nous serons en effectif réduit jusqu'au 18 août, et serons fermés du 27 juillet au 4 août.

Le témoin secret de la résurrection - La partie manquante du Saint-Suaire

Référence : 31459
Date de parution : 1 octobre 2001
Auteur : BABINET (Robert)
Collection : ARTICLES SANS C
EAN 13 : 9782865531455
Nb de pages : 250
20.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Epuisé chez l'Editeur
Voir la disponibilité en magasin

Description
Le soudarion, ou "serre-tête", est le linge qui a couvert la tête de Jésus à son ensevelissement, comme le rapporte l'Evangile selon Jean dans le récit de la découverte de son tombeau vide. C'est la deuxième pièce d'un vêtement sépulcral divisé en deux. La première pièce est le linceul qui a enveloppé le corps de Jésus.
Le sens étymologique du mot symbole renvoie à un objet unique brisé en deux parties qui pourront se rejoindre. Le symbole de la mort et de la Résurrection de Jésus est reconstitué par la réunion des deux linges sépulcraux, que sont le Saint-Suaire de Turin et la Sainte-Coiffe de Cahors. Telle est la nouveauté exégétique et historique, étonnante de vérité théologique, qu'expose Robert Babinet.
La prise de Constantinople en 1204 et son pillage par les croisés latins de la Quatrième croisade furent la cause des obscurités de l'histoire des deux linges sépulcraux de Jésus.
Les chrétiens d'Orient vénéraient le Mandylion, qui était l'image de la face du Christ imprimée sur le Linceul. Les derniers templiers, devenus dépositaires clandestins du Mandylion-Linceul, adorèrent la "tête" du Christ, et ce fut l'origine de leurs malheurs et de la fin de l'ordre du Temple.
Vers 1356-57, la relique fit son apparition en France, près de Troyes, et fut appelée "Saint-Suaire".
Le soudarion, "serre-tête qui était sur la tête de Jésus" dans son tombeau, subsistait aussi en 1204 à Constantinople. Les croisés s'en emparèrent et le transportèrent avant 1239 à Cahors, où il se trouve encore dans la cathédrale Saint-Etienne.
Authentique Saint-Graal de la Quête des chevaliers du Moyen Age, la Sainte-Coiffe que Robert Babinet a retrouvée à Cahors est le signe lumineux du Ressuscité. 
Robert Babinet a suivi les cours de christologie de l'Institut supérieur de théologie et de philosophie de la Compagnie de Jésus au Centre Sèvres. Auditeur-linguiste ou Symposium scientifique international de Rome sur le Linceul de Turin en 1993, sa communication y a été remarquée.
TitreLe témoin secret de la résurrection - La partie manquante du Saint-Suaire
Auteur BABINET (Robert)
ÉditeurGODEFROY JEAN-CYRILLE (EDITIONS)
Date de parution1 octobre 2001
Nb de pages250
CollectionARTICLES SANS C
EAN 139782865531455
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)20
Largeur (en mm)156
Hauteur (en mm)242
Poids (en Kg)0.41
Critique du libraire
Une étude scientifique sur la Sainte Coiffe de Cahors : la partie manquante (au niveau du visage et du cou) du Saint Suaire. Illustration.