Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Le Verbe s´est fait chair

Référence : 109852
3 avis
Date de parution : 14 juillet 2019
EAN 13 : 9782372711388
Nb de pages : 110
10.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié à partir du 24 juin
Voir la disponibilité en magasin

Description
« Pour vous, qui suis-je ? » (Mt 16)
Ici, la vérité n'est pas envoyée depuis le haut du Ciel, parlant par la bouche des prophètes, mais elle est déposée là, laissée au milieu des hommes, exposée à leur jugement : vulnérable.
C'est que le Verbe s'est fait chair, qu'il est venu habiter parmi nous. Il n'est pas la voix qui appelle Adam, il n'est pas le buisson ardent qui attire l'attention de Moïse, il est un homme parlant de sa voix d'homme aux autres hommes qui l'entourent. Cette extraordinaire humilité de Dieu élargit ainsi la liberté de la foi ; exposant le Verbe à l'arbitraire des hommes, jusqu'à la crucifixion décidée librement par les hommes, et acceptée librement par Jésus.
Parcourant l'histoire chrétienne jusqu'à nos jours, Yves-Marie Adeline montre que les hérésies ont la même racine : le rejet, conscient ou inconscient, du mystère de l'Incarnation. C'est le mystère de l'Incarnation qui fait du christianisme une foi perpétuellement nouvelle, toujours appelée à naître et à grandir, parce qu'en annonçant Jésus, vrai Dieu et vrai homme, elle ne peut ni vieillir ni mourir. 
Docteur de l'Université de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne), Yves-Marie Adeline est connu pour avoir publié plus d'une trentaine d'ouvrages tant universitaires que littéraires. Il est l'auteur des Angéliques et d'une Philosophie de la royauté chez Via Romana.
TitreLe Verbe s´est fait chair
Auteur ADELINE (Yves-Marie)
ÉditeurVIA ROMANA (EDITIONS)
Date de parution14 juillet 2019
Nb de pages110
EAN 139782372711388
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)10
Largeur (en mm)100
Hauteur (en mm)160
Poids (en Kg)0.06
Biographie
Critique du libraire
Une réflexion très accessible sur le mystère chrétien de l'Incarnation Un tour d'horizon de ce que disent les philosophes de Jésus en tant que Dieu incarné Les trésors spirituels, artistiques et littéraires liés à l'Incarnation du Verbe divin
Les avis clients
A lire sans retard, et surtout à méditer !
5/5 Rivarol .
.----. Mais l'auteur n'entend pas nous donner un simple cours d'histoire religieuse sur le christianisme des débuts . Ce qui l'intéresse, c'est de mettre en évidence l'éternel problème que le corps a constitué pour les religions du monde entier depuis l'aube des temps . Toutes ont été confrontées au problème de la chair et de l'esprit, le résolvant de cent manières différentes (depuis la distinction entre plusieurs registres du corps, chez les Egyptiens, jusqu'à sa réduction à une enveloppe charnelle sans importance, selon l'hindouisme),mais toujours par la minimisation de la première, et son opposition absolue au domaine de l'esprit . Selon lui, toutes les religions autres que chrétiennes et les diverses hérésies chrétiennes ont en commun de " renvoyer Dieu au ciel " et de le séparer absolument du monde terrestre, celui de la Chute . Et de conclure en rappelant que le christianisme est par excellence la religion de l'Incarnation et de la Rédemption par le Créateur lui-même, se faisant, dans ce double but, homme lui-même . Tout en gardant sa nature divine . A lire sans retard, et surtout à méditer . [ Signé André-Yves Delorme dans Rivarol , numéro 3409 du 29 janvier 2020 ]
Mystère de l'incarnation ?
5/5 Rivarol .
.----. Yves-Marie Adeline médite ici sur la difficulté des chrétiens eux-mêmes à admettre le magnifique mystère de l'Incarnation, l'irréductible spécificité du christianisme . Cette caractéristique, unique au monde, entre toutes les religions, est un atout électif, à rien n'en pas douter, mais également une source de critiques . Elle vaut au christianisme l'incompréhension des religions concurrentes, celles du Livre (judaïsme, islam), et les autres (hindouisme, boudhisme, etc.) . Mais surtout, elle provoque des débats permanents et des contestations incessantes au sein même de son clergé et de ses fidèles .Pendant longtemps, le dogme chrétien donna lieu à de violentes controverses, à l'origine de schismes . Yves-Marie Adeline nous expose à grands traits les différentes hérésies qui émaillèrent la vie de l'Eglise des premiers siècles (le sabellianisme, durant la première moitié du IIIème siècle, caractérisé par la croyance en l'unité ontologique de la Trinité, puis au IVème siècle, l'arianisme, postulant une différence de nature entre le Père et le Fils, ou encore le marcionisme, excluant totalement au IIème, l'Ancien Testament, sans oublier le donatisme, très diviseur de par son intransigeance, ou le nestorianisme avec sa croyance aux deux hypostases coexistant en Jésus-Christ) . ( suite ).
Le problème de l’incarnation
5/5 https://www.politiquemagazine.fr/
.----. Le problème de l’incarnation Yves-Marie Adeline médite ici sur la difficulté des chrétiens eux-mêmes à comprendre le mystère de l’Incarnation. Cette irréductible spécificité du christianisme est un atout électif mais également une source de critiques et donc de fragilité. Elle vaut au christianisme l’incompréhension des religions concurrentes, celles du Livre (judaïsme, islam) et les autres (hindouisme, bouddhisme, etc.). Mais surtout elle provoque des débats permanents et des contestations incessantes au sein même de son clergé et de ses fidèles. Pendant longtemps, le dogme chrétien ne fut pas rigoureusement défini et donna lieu à de violentes controverses, à l’origine de schismes. Yves-Marie Adeline nous expose à grands traits les différentes hérésies qui émaillèrent la vie de l’Église des premiers siècles (le sabellianisme, durant la première moitié du IIIe siècle, caractérisé par la croyance en l’unité ontologique de la Trinité, puis, au IVe siècle, l’arianisme, postulant une différence de nature entre le Père et le Fils, ou encore le marcionisme, excluant totalement, au IIe siècle, l’Ancien Testament, sans oublier le donatisme, très diviseur de par son intransigeance, ou le nestorianisme avec sa croyance aux deux hypostases coexistant en Jésus-Christ). Mais ce qui intéresse l’auteur, c’est de mettre en évidence l’éternel problème que le corps a constitué pour les religions du monde entier depuis l’aube des temps. Toutes ont été confrontées au problème de la chair et de l’esprit, le résolvant de cent manières différentes (depuis la distinction entre plusieurs registres du corps chez les Égyptiens, jusqu’à sa réduction à une enveloppe charnelle sans importance selon l’hindouisme) mais toujours par la minimisation de la première, et son opposition absolue au domaine de l’esprit. En ce qui concerne le christianisme, le concile de Nicée et les multiples conciles des IVe et Ve siècles en ont fixé l’orthodoxie, mais les tentations hétérodoxes subsistent, attestant de la pérennité de la propension, chez de nombreux fidèles, à admettre pleinement la réalité de l’Incarnation, qui est pourtant au cœur de la Révélation. Yves-Marie Adeline en voit une illustration contemporaine dans les nombreux exemples de dévotion mariale depuis le Moyen Age jusqu’à nos jours. Selon lui, les diverses hérésies chrétiennes et toutes les autres religions ont en commun de « renvoyer Dieu au ciel » et de le séparer absolument du monde terrestre, celui de la Chute. Et de conclure en rappelant que le christianisme est la religion de l’Incarnation et de la Rédemption par le Créateur lui-même, se faisant, dans ce double but, homme lui-même. À lire sans retard, et surtout à méditer. Yves-Marie Adeline, Le Verbe s’est fait chair. Essai sur la négation de l’Incarnation en milieu chrétien, Via Romana, 2019, 39 p., [ Le 02/03/2020 , signé Yves Morel Docteur ès-lettres, écrivain, spécialiste de l'histoire de l'enseignement en France, collaborateur de la Nouvelle Revue universelle ]