Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

Les deux Républiques françaises

Référence : 68067
2 avis
Date de parution : 1 juin 2015
Auteur : NEMO (Philippe)
Éditeur : PUF (EDITIONS)
Collection : QUADRIGE
EAN 13 : 9782130633839
Nb de pages : 336
16.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié à partir du 15 avril
Voir la disponibilité en magasin

Description
La gauche a lancé une OPA sur la République, ce qui lui permet de dire que la droite, quand elle n'est pas socialisante et étatiste, est anti-républicaine.
Si l'OPA a plus ou moins réussi, c'est que la gauche détient l'école depuis des décennies. Elle a donc pu diffuser un catéchisme "républicain" largement fondé sur des mythes : que la gauche jacobine aurait été l'origine de l'Etat de droit et de la démocratie, alors qu'en réalité elle a toujours usé de violences et n'a jamais pratiqué de bonne foi les élections ; qu'elle aurait été laïque, alors qu'elle a été laïciste, c'est-à-dire fanatique d'une religion de substitution, le millénarisme ; qu'elle aurait été seule à défendre Dreyfus et donc les droits de l'homme, alors que c'est elle qui a fourni les gros bataillons de l'antidreyfusisme et de l'antisémitisme avant de s'amender, au dernier moment, par tactique politicienne ; enfin, qu'elle aurait seule lutté contre le nazisme, alors qu'en réalité des radicaux, des socialistes et des communistes ont joué un rôle moteur à Vichy et dans la collaboration.
Si l'on veut que la République redevienne le bien commun de tous les Français, il convient donc d'analyser et de rectifier ces mythes. C'est ce que fait ici Philippe Nemo, à la faveur d'un examen critique de la vie politique française depuis deux siècles. 
Philippe Nemo, professeur de Sciences sociales et politiques à l'ESCP Europe, est notamment l'auteur d'une Histoire des idées politiques dans l'Antiquité et au Moyen Age (PUF, 1998, Prix Koenigswarter de l'Académie des Sciences morales et politiques) et d'une Histoire des idées politiques aux Temps modernes et contemporains (PUF, 2002). Son essai Qu'est-ce que l'Occident ? (PUF, 2004) a été traduit en onze langues.
TitreLes deux Républiques françaises
Auteur NEMO (Philippe)
ÉditeurPUF (EDITIONS)
Date de parution1 juin 2015
Nb de pages336
CollectionQUADRIGE
EAN 139782130633839
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)16
Largeur (en mm)126
Hauteur (en mm)190
Poids (en Kg)0.30
Les avis clients
Etat de droit ou projet de société étatiste ?
4/5 Réseau Regain .
.----. Dans cet essai, l’auteur relit l’histoire de la république et de la révolution. En réalité, notre Marianne nationale ne représente pas une seule et unique République pour tous les Français. Ceux-ci se font de ce régime deux conceptions bien différentes, qui reflètent des discordes politiques, sociales, économiques et culturelles. Pour les uns, la République serait un État de droit démocratique et libéral, pour les autres,un projet de société étatiste et socialiste. Comment pourrait-il y avoir en France un consensus dès lors qu’on s’en fait des représentations aussi antagoniques ? Le propos de cet essai est d’étudier cet antagonisme, sa nature exacte, ses origines historiques et son devenir au cours des deux derniers siècles. Pour l’auteur, 1793 et la 1ère République ont aboli l’oeuvre constitutionnelle et législative de 1789, représentative de l’esprit des Lumières, car "la Révolution et la République sont deux choses différentes", et "1793 est une religion honteuse, non consciente d’elle-même qui se présente comme un athéisme, un laïcisme et un matérialisme qui fonctionne sociologiquement comme une religion […] Pour son malheur, la France a donné à cette religion [que l’auteur appelle la Gauche, en expliquant ses raisons] l’église dont elle avait besoin, c’est l’Éducation nationale". D’où, selon lui, la reproduction des mythes identiques d’une génération à l’autre et l’impossibilité d’un véritable débat. L’auteur revisite les mythes liés à la révolution. 1793 aurait été démocrate; 1793 aurait fondé la République; 1793 aurait été laïque (de belles pages sur l’anticléricalisme) ; 1793 aurait été dreyfusard. Le cinquième mythe : les adversaires de 1793 auraient été nazis. Enfin, il n’y aurait de républicains qu’à gauche. [ Notes de lectures de Georges Leroy rédigée à partir de l'édition de 2008 - Rentrée littéraire 2008 ( Octobre ) ]
Friedrich Hayek ?
3/5 Réseau Regain .
.----. Philippe Nemo est, avec Henri Lepage, l’auteur français qui a réussi à initier le monde francophone à la philosophie de Friedrich Hayek, grâce à sa thèse sur la Société de droit selon F. A. Hayek. Parallèlement à la vulgarisation des thèses du savant d’origine autrichienne, il a poursuivi des recherches sur l’éthique (dans le prolongement de l’oeuvre d’Emmanuel Lévinas), la philosophie politique. Il s’est aussi consacré à examiner les maux qui, d’après lui, sclérosent l’enseignement en France. Au milieu des années 90, il a entrepris un travail de réflexion sur l’histoire des idées politiques en Occident. Il estime que le libéralisme constitue l’aboutissement politique de l’idée occidentale de progrès. À cet égard, il forme un pôle à part dans la topographie des philosophies politiques. Ses récentes recherches l’ont conduit à étudier les raisons de l’émergence du paradigme libéral en Occident et à examiner ses relations étroites avec le christianisme. [ suite ... ]