Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Lettre aux dirigeants de l´Union Soviétique et autres textes

Référence : 1703
5 avis
Date de parution : 1 avril 1974
Collection : H.C. ESSAIS
EAN 13 : 9782020022040
Nb de pages : 140
15.90
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié aujourd'hui
Voir la disponibilité en magasin

Description
"Quand la violence fait irruption dans la vie paisible des hommes, son visage flamboie d'arrogance, elle porte effrontément inscrit sur son drapeau, elle crie : "Je suis la violence ! Place, écartez-vous, ou je vous écrase !" Mais la violence vieillit vite, encore quelques années et elle perd son assurance, et pour se maintenir, pour faire bonne figure, elle recherche obligatoirement l'alliance du mensonge. Car la violence ne peut s'abriter derrière rien d'autre que le mensonge, et le mensonge ne peut se maintenir que par la violence. Et ce n'est ni chaque jour, ni sur chaque épaule que la violence pose sa lourde patte : elle n'exige de nous que notre obéissance au mensonge, que notre participation quotidienne au mensonge et c'est tout ce qu'elle attend de ses loyaux sujets.
Et c'est là justement que se trouve, négligée par nous, mais si simple, si accessible, la clef de notre libération : le refus de participer personnellement au mensonge ! Qu'importe si le mensonge recouvre tout, s'il devient maître de tout, mais soyons intraitables au moins sur ce point : qu'il ne le devienne pas par moi !"
Alexandre Soljénitsyne, Moscou, 12 février 1974.
TitreLettre aux dirigeants de l´Union Soviétique et autres textes
Auteur SOLJENITSYNE (Alexandre)
ÉditeurSEUIL (EDITIONS DU)
Date de parution1 avril 1974
Nb de pages140
CollectionH.C. ESSAIS
EAN 139782020022040
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)11
Largeur (en mm)140
Hauteur (en mm)205
Poids (en Kg)0.20
Biographie
Critique du libraire
" Soljenitsyne le dénonce . La terreur, la lâcheté, le mensonge, l'idéologie, c'est sur ces mots qu'est bâtie la société soviétique ; Soljenitsyne refuse d'en être complice ."
Les avis clients
Idéologie du mensonge !
5/5 Plaisir de Lire .
.----.Pour celui qui nourrirait encore quelqu' illusion sur la doctrine du régime soviétique ou même chinois, cet ouvrage du "dissident" Soljenitsyne est un démenti fulgurant . Ce livre propose au lecteur non seulement une lettre aux dirigeants de l'Union Soviétique mais aussi d'autres textes dont deux intéressantes interviews accordées à des correspondants de presse occidentaux . La lettre aux dirigeants de l'Union Soviétique expose les dangers réels qui menacent l'URSS si elle ne renonce pas à l'idéologie du mensonge qui imprègne toute la société soviétique : ces dangers sont une guerre contre la Chine et une décadence rapide et déjà en cours de la civilisation et des traditions russes . Dans ces différents textes, l'auteur stigmatise le régime soviétique sous tous ses aspects mais aussi la conjuration du silence en Occident : les moyens de communication de masse s'évertuent à dénoncer des tortures isolées dans des régimes autoritaires dis de droite alors que, sur les nombreuses victimes de l'arbitraire en Union soviétique, la devise de cette même presse, c'est "motus" . Les condamnations "occidentales" sont toujours unilatérales ; Soljenitsyne le dénonce . La terreur, la lâcheté, le mensonge, l'idéologie, c'est sur ces mots qu'est bâtie la société soviétique ; Soljenitsyne refuse d'en être complice . POUR QUI CE LIVRE ? : 17 ans . [ " Plaisir de Lire " , numéro 30 , Pâques 1975 ]
Police secrète.
5/5 Revue des cercles d'études d'Angers
.----. D'où la nécessité absolue de leur interdire toute comparaison avec le monde libre, de maintenir en permanence au diapason le plus haut une propagande éhontée, de conserver un climat de fièvre obsidionale, et de faire régner entre tous les citoyens une atmosphère de méfiance, de suspicion, qui interdise toute communication et rende impossible tout mouvement libre d'opinion. D'où également la présence constante d'une innombrable police secrète, agissant hors de toute règle et de tout contrôle. N'importe qui peut être arrêté n'importe où, avec ou sans prétexte, et disparaître pour des années dans les prisons et les camps de travaux forcés. ( numéro 2, - novembre 1974 ).
Un pamphlet.
5/5 Revue des cercles d'études d'Angers
.----. La "Lettre aux dirigeants de l'Union Soviétique" est un pamphlet, dans la meilleure tradition de la lettre ouverte. On sait combien le système soviétique est compliqué : derrière une façade, faite d'assemblées fantoches, élues par vote obligatoire pour une liste unique, faite aussi de commissions et de comités aux attributions enchevêtrées, se déroule dans la coulisse une lutte de tous les instants, sous tous les prétextes, où tous les coups sont bons. ( suite...).
Révolution Universelle.
4/5 Revue des cercles d'études d'Angers
.----. En outre, les dirigeants de l'U.R.S.S. se sont attelés à la tâche de créer, d'animer, de financer dans toutes les parties du monde, des partis ou des conspirations, avec le but final d'instaurer des gouvernements satellites. Le peuple russe doit donc travailler non seulement pour gagner sa vie, mais pour financer la Révolution Universelle, pour entretenir une armée pléthorique, tandis que les producteurs traînent comme un boulet, non pas les organes de direction, de comptabilité et de recherche, mais une foison de faiseurs de plans et de techniciens de la statistique. Ces innombrables parasites expliquent le niveau très médiocre de la vie des citoyens russes. ( suite...).
Une place assiégée
3/5 Revue des cercles d'études d'Angers
.----. L'immense empire soviétique, ses vastes ressources, l'inexistence de ses adversaires, ne rassurent pourtant pas les détenteurs du pouvoir : à leurs yeux et aux yeux des victimes de leur propagande, l'U.R.S.S. EST (OU DOIT PARAÏTRE) UNE PLACE ASSIéGéE SANS TRËVE PAR D'INNOMBRABLES ENNEMIS. Sur ce point, il y a identité absolue entre les attitudes successives des chefs du Parti Communiste (quelles que soient leurs variations et leurs contradictions) et la remarque la plus insignifiante, la critique la plus bénigne, est un crime impardonnable, car elle apporte une aide puissante aux machinations de l'adversaire. ( suite ).