Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

Lève-toi et tue le premier - L´histoire secrète des assassinats ciblés commandités par Israël

Référence : 113022
1 avis
Date de parution : 5 février 2020
Auteur : BERGMAN (Ronen)
Éditeur : GRASSET (EDITIONS)
Collection : ESSAIS ETRANGER
EAN 13 : 9782246821397
Nb de pages : 944
29.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié à partir du 04 mars
Voir la disponibilité en magasin

Description
"Face à celui qui vient te tuer, lève-toi et tue le premier. " C'est par cette citation du Talmud que s'ouvre le livre-événement de Ronen Bergman, le premier ouvrage exhaustif sur les programmes d'assassinats ciblés menés par les services du Mossad, du Shin Bet et de l'armée israélienne. Depuis les mois qui ont précédé la création de l'État jusqu'aux menaces les plus contemporaines, Israël s'est appuyé sur le renseignement et les opérations secrètes pour préserver sa sécurité en exécutant, sur son sol ou à l'étranger, ses ennemis. Depuis la Seconde Guerre mondiale, les Israéliens ont ainsi éliminé de manière ciblée plus d'individus que n'importe quel autre pays occidental.
Il a fallu plusieurs décennies d'enquête à l'auteur pour réunir ces milliers de documents - dont beaucoup sont encore aujourd'hui classifiés - et pour mener des centaines d'entretiens avec des responsables du Mossad, des anciens Premiers Ministres israéliens, ou encore des membres de commandos parfois célèbres, remontant ainsi toute la chaîne depuis les agents exécutants jusqu'aux plus hautes sphères politiques. Bergman nous fait revivre les grands succès de ces opérations secrètes, certains échecs également, et écrit ainsi une histoire parallèle de l'État hébreu. Une histoire de l'ombre dont on comprend dès les premières pages qu'elle est ancrée dans l'ADN de la nation israélienne.
Il s'agit d'un projet extrêmement ambitieux mais aussi d'un fabuleux page-turner qui se dévore, chapitre après chapitre, à l'instar des meilleures séries télévisées. Et pourtant nous ne sommes pas du côté de la fiction, Bergman nous raconte un monde secret mais bien réel qui continue, encore aujourd'hui, de modeler le Moyen-Orient et les relations internationales. 
TitreLève-toi et tue le premier - L´histoire secrète des assassinats ciblés commandités par Israël
Auteur BERGMAN (Ronen)
ÉditeurGRASSET (EDITIONS)
Date de parution5 février 2020
Nb de pages944
CollectionESSAIS ETRANGER
EAN 139782246821397
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)45
Largeur (en mm)153
Hauteur (en mm)235
Poids (en Kg)1.11
Les avis clients
Dans les sombres méandres de la guerre secrète
4/5 Synthèse nationale
.----. Enquête sur les actions secrètes d'Israël En 2018, la prestigieuse maison d'édition étatsunienne Random House publiait un ouvrage remarquable désormais disponible en français. Avec Lève-toi et tue le premier (Grasset, 2020, 944 p.), Ronen Bergman s'intéresse au rôle majeur des différentes agences de renseignement d'Israël à travers l'exemple des assassinats ciblés ordonnés par le gouvernement de Tel Aviv au nom de la sécurité nationale. Qualifiées pudiquement de « liquidations », ces exécutions remontent à la préhistoire de l'État juif en Terre Sainte. Les organisations sionistes constituent très tôt un appareil clandestin de collecte des informations, puis d'élimination des opposants. Dans les années 1930 - 1940, certaines d'entre-elles telles l'Irgoun de Menahem Beguin ou le Lehi (« Combattants pour la liberté d'Israël »), plus connu sous le nom de « Groupe Stern », avec Yitzhak Shamir, montent des attentats contre les Arabes et/ou contre les Britanniques. Dès son accession à l'indépendance en 1948, le nouvel État mise sur ses services de sécurité intérieure et extérieure, car il entend aussi protéger dans le monde entier les communautés de la diaspora juive. Si Ronen Bergman mentionne le YANAM, l'unité anti-terroriste de la police, ou le Lakam, le département d'espionnage du ministère de la Défense, il se concentre en particulier sur l'AMAN, la Direction du renseignement militaire de Tsahal, l'« Institut pour le renseignement et les opérations spéciales », le Mossad, et l'« Agence israélienne de sécurité », le Shin Bet ou Shabak, en pointe dans le contre-espionnage. Outre les moyens propres à l'« Armée de défense d'Israël », ces trois instances disposent des unités spéciales « Baïonnette » et « Césarée », de la Flottille 13 (les unités spéciales de la marine) et du fameux « commando d'état-major », le Seyeret Matkal. La nécessaire coordination lors des opérations combinées compliquées n'empêche pas la persistance d'une rude concurrence entre elles… L'auteur éclaire la longue histoire du renseignement israélien. Les désastres les plus cinglants restent l'attentat aux Jeux Olympiques de Munich en 1972, l'absence de prévision de la Guerre du Kippour en 1973, l'exécution d'un innocent dans la ville norvégienne de Lillehammer en 1974, l'enlisement militaire au Liban dans la décennie 1980, l'assassinat du Premier ministre, Yitzhak Rabin, en 1995 ou la tentative ratée d'empoisonnement d'un dirigeant du Hamas, Khaled Mechaal, en 1997. Quant aux succès, les services secrets israéliens empêchent les spécialistes allemands en balistique de donner des missiles à l'Égypte de Nasser, réussissent le raid d'Entebbe en Ouganda en 1976 et réalisent une grande action-commando contre le siège de l'OLP en Tunisie en 1988. Ronen Bergman confirme par ailleurs que le héros de la Seconde Guerre mondiale, Otto Skorzeny, et le magnat de la presse, Robert Maxwell, collaboraient avec le Mossad. Il explique par ailleurs que l'armée et le Shin Bet ont d'abord toléré l'essor du Hamas dans les territoires occupés pour mieux briser la popularité du fer de lance de la résistance palestinienne, l'OLP nationaliste, marxisante et laïque. Lève-toi et tue le premier insiste principalement sur l'exécution préparée et planifiée d'individus estimés dangereux par les services spéciaux. L'auteur constate un peu candidement qu'il est possible « avec l'assentiment tacite du gouvernement, de perpétrer des actes d'assassinats pour le moins sujets à caution, sans aucun contrôle des assemblées parlementaires ou des citoyens, et provoquant la mort de nombreux innocents (p. 22) ». L'Occident a beau avoir aboli la peine capitale, le bourreau poursuit sa tâche essentielle et prend maintenant les traits des professionnels du service Action. Cette lecture moraliste occulte le caractère souverain de l'ordre donné. Ce n'est pas un hasard si, au lendemain du 11 septembre, les États-Unis s'inspireront des procédures israéliennes pour les appliquer en Afghanistan, en Irak et en Syrie au moyen de drones plus en plus perfectionnés. L'hypocrisie qui sous-tend le monde occidental doit toutefois cesser. Appréhender ces meurtres programmés sous l'angle de la morale et du sacro-saint respect des droits de l'homme conduit à l'impolitique. Les États occidentaux ne s'indignent pas quand les forces israéliennes assassinent le fondateur du Hamas, le cheikh Yassine, ou un très haut-gradé syrien qui ne fait qu'accomplir son devoir de militaire. Si une autre puissance tentait d'empoisonner par exemple avec une substance radio-active des traîtres, cette même communauté occidentale s'en scandaliserait ! L'amateur d'interprétations symboliques apprécie enfin d'apprendre que les quartiers généraux de l'armée et des services de renseignement résidaient à « Kirya-Sarona, le vieux quartier de Tel Aviv créé par la Société des Templiers allemands (p. 222) ». Influente en Palestine pendant l'entre-deux-guerres, la Société des Templiers œuvrait dans une perspective pangermaniste liée au projet ferroviaire Berlin - Byzance - Bagdad et, éventuellement, mystique en mêlant la rémanence de l'Ordre proscrit du Temple et un courant folciste secondaire qui concevait le Christ comme un Aryen de Galilée. Pourquoi donc cette implantation ? Y aurait-il dans ces salles un égrégore sevré de formules kabbalistiques ? Malgré les obstacles posés par la censure militaire en vigueur, Ronen Bergman qui a néanmoins bénéficié d'un feu orange officieux, ne dévoile pas tout et présente son travail selon un point de vue progressiste israélien. Si Lève-toi et tue le premier plonge le lecteur dans les sombres méandres de la guerre secrète, il permet une certaine persuasion mentale. À l'instar des films d'action à grand budget d'Hollywood produits en accord avec le Complexe militaro-médiatique, ce livre cherche peut-être à survaloriser l'efficacité redoutable des structures de force de l'État hébreu afin d'instiller dans les esprits un avantage psychologique certain. http://synthesenationale.hautetfort.com/ [ Signé : Georges Feltin-Tracol ]