Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

Libéralisme et catholicisme

Référence : 32933
4 avis
Date de parution : 21 juillet 2017
Collection : LES MAITRES DE LA CONTREREVOLUTION
EAN 13 : 9782851902276
Nb de pages : 224
20.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
En stock expédié demain
Voir la disponibilité en magasin

Description
« Jésus-Christ ne doit régner sur les sociétés qu'à la condition qu'il ne les gouverne pas ; qu'à son Eglise doit suffire la liberté de droit commun ; mais qu'en nulle hypothèse, elle ne doit revendiquer pour elle l'autorité, si ce n'est intérieure » Ainsi s'exprime l'abbé Ange Roussel dans son ouvrage concernant le libéralisme. Il ajoutait pertinemment : « Le libéralisme est justement la négation de l'ordre, de la règle et de l'autorité qui l'impose ». 

Pour le libéral, on part toujours de la « liberté de conscience » et l'on aboutit, qu'il le veuille ou non, à la neutralité ou laïcité de l'Etat. L'abbé Roussel dit encore que « voulant être à la fois catholique et libéral, il n'est plus désormais assez catholique au regard de l'Eglise et il n'est pas encore assez libéral au gré des non catholiques ». Le catholique libéral a peur des définitions ; on ne le verra que trop avec l'Encyclique Quanta Cura et le Syllabus de Pie IX. Il veut être du « juste milieu », ennemi des extrêmes, c'est-à-dire de la vérité, ennemi de toute intransigeance, modéré par principe, ayant surtout un goût modéré pour la Vérité et une haine médiocre pour l'erreur. Le catholique libéral recherche la paix qui se fait toujours aux dépens de la vérité, des droits de Dieu et de l'Eglise. Il cherche une attitude charitable mais en refusant au prochain l'aumône de la vérité. On pourrait appliquer au catholique libéral la célèbre formule de Bossuet : « il déplore les effets dont il chérit les causes ». 

Le libéralisme serait-il le cheval de Troie utilisé par les "ennemis de Dieu" pour obscurcir les intelligences, affaiblir les volontés, et, à terme, pour effacer toute trace de Dieu en ce monde ? Peut-il y avoir rapprochement, compromis, voire alliance entre libéralisme et catholicisme ? L'abbé Roussel répond avec une grande clarté et une prévoyance étonnante à cette question. Rédigé dans un style clair et facilement accessible, rappelant à l'occasion les grandes vérités dans l'ordre spirituel, politique et social, ce livre est un ouvrage indispensable pour qui veut comprendre le mal qui, aujourd'hui, affecte si douloureusement l'Eglise et notre société.   

L'abbé Ange Roussel est né en 1888 à Fougères, il a été ordonné prêtre en 1914. Il fut professeur au Grand Séminaire de Rennes et Docteur en philosophie

Sommaire : 

Le libéralisme en général 

Origine du libéralisme - Développement historique - État actuel.
Développement logique et synthèse du libéralisme.
Le libéralisme politique et social. 

Réfutation du libéralisme : « foi laïque » ou foi catholique. 

Le libéralisme catholique
Origine et développement du libéralisme catholique.
La mentalité « catholique libérale ».
Les relations entre Église et État d'après le catholique libéral. 

Conclusion 

Danger du catholicisme libéral.
Remèdes au catholicisme libéral. 

Appendices
TitreLibéralisme et catholicisme
Auteur ROUSSEL (Abbé Ange)
ÉditeurCHIRE (EDITIONS DE)
Date de parution21 juillet 2017
Nb de pages224
CollectionLES MAITRES DE LA CONTREREVOLUTION
EAN 139782851902276
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)12
Largeur (en mm)135
Hauteur (en mm)210
Poids (en Kg)0.28
Critique du libraire

Date de la première édition : 1926 (Ed. Aux bureaux de la Ligue apostolique).

"Parmi les bonnes raisons qui doivent nous pousser à l'étude de cet ouvrage, on trouve :

  • Un vocabulaire et une formulation simples qui permettent de comprendre facilement. II n'y a pas de digressions théoriques réservées aux initiés. Ceci est lié au style « parlé » du texte. Il semble, à le lire, qu'on écoute une conférence bien structurée et sans fioriture, et qui va à l'essentiel. 

  • Un plan et une démonstration limpides : l'abbé Roussel explique facilement en quoi le libéralisme, déjà excessivement dangereux en soi, est particulièrement nocif pour le catholique et pour sa foi. II prend soin de présenter la doctrine catholique d'un coté et la thèse libérale de l'autre. 

  • L'importance de la question du catholicisme libéral. C'est une erreur qui préconise une mauvaise application de la doctrine sociale. Elle a des conséquences sur le comportement privé et sur l'action politique.

  • La bibliographie rajoutée à la fin est très complète. Mais elle aurait mérité une hiérarchisation entre les titres pour guider le novice.
    Seule limitation : L'abbé Roussel justifie la politique du Ralliement sans nuances. Pour en savoir plus sur ce sujet, voir « l'Église occupée » de J. Ploncard d'Assac, Diffusion de la Pensée française, pages 115 à 131." (avis de Civitas pour de l'édition de juin 2000)

    Recension AFS N° 288 août 2023 :

    "Ce n’est pas à la découverte d’une publication récente que nous invitons nos lecteurs. Paru en 1926, ce titre a été récemment sorti des oubliettes. C’est un maître-ouvrage auquel nous nous référons depuis longtemps, mentionné dans nos publications ; l’analyse rigoureuse menée par l’abbé Roussel est d’un réalisme limpide et simultanément d’une actualité omniprésente.

    À la lecture, on se surprend à l’illustrer mentalement par des situations, des événements, des propos des autorités religieuses ou civiles, des engagements ou des comportements de personnes de notre entourage, difficilement intelligibles si l’on n’a pas cette grille de lecture. 

     

    En une langue très claire et de façon didactique, l’auteur présente les origines de l’idéologie libérale à l’assaut progressif du catholicisme. Il recense les caractéristiques du tour d’esprit libéral affectant le catholicisme : tour d’esprit, manière d’être, tendances, plutôt que système ; car le catholicisme libéral pourrait entrer, si cela existait, dans l’espèce des idéologies molles, inconsistantes. La seule certitude est que la vérité est malléable, au gré des circonstances. Le relativisme ambiant que nous constatons en est une conséquence.

     

    Ce tour d’esprit se manifeste essentiellement dans l’action. Du fait d’un réel désir d’apostolat, d’un manque de formation et d’une volonté d’agir (activisme ?) sur le domaine politique et social, peu à peu, les pratiques prennent le pas sur la Vérité catholique qui est écornée, puis neutralisée, enfin éliminée du quotidien. La philanthropie, le désir de ne pas choquer, la crainte de déplaire prennent la place de la Charité, oubliant que la charité est d’abord amour de Dieu, donc amour et affirmation de la Vérité. La Charité se confond alors avec la tolérance, l’erreur ayant droit de cité au même titre que le vrai.  

    En accommodant la Vérité à la sauce des circonstances, en appariant les droits de Dieu et les prétendus droits de l’homme, en se complaisant dans une neutralité religieuse de l’État, en écartant le règne de Notre Seigneur sur nos sociétés, la prétention du catholicisme libéral ravale l’Église au rang de n’importe quelle secte. 

    Enfin, soutenant, ou du moins acceptant, la "bienveillante neutralité" de l’État, il ouvre grandes les portes à des pouvoirs occultes, car tout pouvoir sur les hommes et les sociétés s’exerce tant au temporel qu’au spirituel. Il y a chez le catholique libéral quelque manque de bon sens et d’intelligence du réel. 

    L’étude de l’abbé Roussel est propice à la réflexion et peut être un bon support pour un cercle d’étude." YT

    Les avis clients
    Indispensable
    5/5 Franck ABED
    L'abbé Ange Roussel naquit en 1884 à Fougères. Il fut ordonné prêtre en 1914. Il devint professeur au Grand Séminaire de Rennes et docteur en philosophie. Son ouvrage, sous-titré « le libéralisme serait-il le cheval de Troie utilisé par les ennemis de Dieu ? », conserve toute sa pertinence, bien que sa première publication date de 1926. En effet, l’erreur qui consiste à se dire catholique et libéral, ou libéral et catholique persiste encore de nos jours. Comme l’écrit l’auteur : « de nombreuses erreurs vieillissent bien ». Certains oxymores sont malheureusement trop courants et ils empoisonnent l’esprit. Catholique et libéral n’est pas le seul contre sens intellectuel qui pullule dans notre époque. Effectivement, nous entendons et lisons encore des personnes qui se disent de droite républicaine. Ceci est un autre sujet, quoique… L’auteur commence son propos de la manière suivante : « le terme libéral, comme celui de liberté d’où il procède, plaît à une foule attentive ; à cause de son imprécision sonore elle-même, en effet, il est facilement entendu et pourtant il permet à chacun de choisir et d’applaudir, parmi les multiples sens qu’il revêt, celui qui répond mieux à ses convictions, à ses sentiments, à ses intérêts. » Il poursuit : « le libéralisme pris dans son ensemble, est quelque chose de vague, d’incertain, d’indéterminé, qui s’étendant à tous les domaines, philosophie, théologie, morale, droit, économie… apparaît comme essentiellement variable au gré des personnes et des circonstances ». La capacité de séduction du terme libéralisme tient au fait que chaque individu peut l’adopter, car il a la liberté de donner à ce terme le sens qui lui convient le mieux. Le libéralisme en tant que concept se montre donc difficile « à saisir, car il prend à volonté toutes les formes, tous les visages, y compris le masque de la vérité et de la vertu. » Il développe sa pensée de la manière suivante : « le catholique libéral n’est pas en effet un type uniforme ; c’est plutôt un portrait composite qui autorise des différences considérables ». Pourtant l’abbé Roussel arrive malgré tout à le démasquer. Le libéralisme, notamment en France, s’appuie sur une histoire intellectuelle et politique connue : « Sous la Restauration, le parti libéral comprenait les disciples de Voltaire et de Rousseau, tout imbus des principes de 89, ennemis de la monarchie catholique et de l’Eglise romaine, dévots des libertés modernes conçues comme une conquête définitive, comme un idéal intangible dont ils se faisaient les ardents prosélytes. » La liberté est sans cesse revendiquée, martelée, criée et mise à toutes les sauces. Elle figure même au premier rang de la trinité républicaine : liberté, égalité, fraternité. La notion de liberté se comprend souvent comme une jouissance sans entrave reposant sur les seuls instincts humains. L’auteur rappelle que : « le catholique affirme et maintient deux principes : la réalité du libre arbitre de l’homme contre les déterminismes ; sa nécessaire dépendance vis-à-vis de Dieu, de ses lois et des autorités qui procèdent de Lui. Venant de Dieu, il retourne à Dieu librement mais obligatoirement et conformément à ses prescriptions, il doit obéir à la nécessite morale, au devoir et à la loi. C’est là, ce qu’on appelle l’usage rationnel du libre arbitre. » En comparaison : « le libéral, au contraire, commence par brouiller ces notions, et, à la faveur des équivoques ainsi rendues possibles, ne manque pas d’ériger en droits absolus, ses désirs, ses volontés, ses caprices. Du libre arbitre, souvent il n’a cure ; il est même volontiers déterministe ; mais s’il rejette le libre arbitre, ce n’est que pour étendre davantage la liberté morale en se soustrayant ainsi à toute autorité, à toute responsabilité. Il finit de sorte par confondre parfaitement liberté et indépendance. » Concrètement, comme l’expose l’abbé Roussel : « la liberté catholique se divinise en se soumettant à Dieu, la liberté libérale se détruit en se faisant Dieu. » Toutefois, il ne faudrait pas tomber dans le piège de penser que le libéralisme émane de la pensée philosophique du XVIIIème siècle : « le terme de libéralisme est assez récent ; il paraît dû à Madame de Staël, mais la chose est vieille comme le monde. Le père du libéralisme fut naturellement le premier révolté, Satan lui-même. Refusant avec orgueil le don surnaturel et obligatoire de la grâce pour ne pas dépendre davantage de son Auteur et Bienfaiteur, prétendant y atteindre par ses propres forces, considérant avec complaisance l’excellence de sa splendide nature, il lança dans les profondeurs du Ciel le premier cri de rébellion : « non serviam », je n’obéirai pas. » Léon XIII également rattache à Satan l’origine du libéralisme : « mais il en est un grand nombre qui, à l’exemple de Lucifer, de qui est le mot criminel « je ne servirai pas », entendent par ce mot « liberté », ce qui n’est qu’une pure et absurde licence. » Après avoir expliqué les erreurs fondamentales du libéralisme, l’abbé Roussel détaille les différents avatars de ce dernier : protestantisme (Luther et Calvin), naturalisme (Renaissance), rationalisme (Kant), philosophisme (Voltaire Diderot), philosophie révolutionnaire (Rousseau), romantisme (Staël, Chateaubriand, Hugo, Michelet), le libéralisme moderne (Jaurès, Tolstoï), pour mieux expliquer leurs erreurs et les contre-sens intellectuels qu’ils promeuvent. Aujourd’hui, mais déjà hier, les libéraux reconnaissent : « la Déclaration des Droits de l’Homme comme leur Credo. Au nom de la liberté de conscience, ils tentent d’absorber l’Eglise par la Constitution Civile du Clergé. Ayant échoué en somme, ils instituent une savante et odieuse persécution légale et poursuivent la religion catholique sur tous les terrains ; une seule puissance doit demeurer debout au milieu du désert des libertés en ruine, la leur. » Ces mots renvoient à notre triste actualité, avec les attaques incessantes contre tout ce qui touche de près ou de loin au catholicisme : vols dans les Eglises au milieu de l’indifférence générale, la République par la voix du Conseil d’Etat qui interdit les crèches dans les mairies pendant que les islamistes prient dans les rues de grandes villes de France sans la moindre contrariété et avec la protection des forces de police, associations « humanistes » qui désirent faire retirer les croix et autres calvaires de nos paysages, attaques continuelles contre les écoles catholiques, etc. L’abbé Roussel poursuit la justesse de son analyse en dénonçant le constat suivant : « les forces gouvernementales, la presse, l’enseignement, etc, sont au service du libéralisme. Nous n’avons ni argent, ni pouvoir, ni influence ! Nous sommes si peu de choses en face d’un mal si grand ! » Pour rappel, ce livre est paru pour la première fois en 1926. Depuis la situation s’est dégradée à une telle vitesse… De fait, le libéralisme catholique continue malheureusement de prospérer en ce début de XXIème siècle en dépit des vicissitudes de son historie troublée : « Depuis le Ralliement, surtout les catholiques libéraux malmenés par Pie IX se sont-ils empressés de changer de nom. Ils s’intitulent aujourd’hui catholiques sociaux ou démocrates-chrétiens ; mais la mentalité demeure la même parce que les principes et l’attitude n’ont point changé. Le Démocratisme continue authentiquement le libéralisme. » A ce titre, nous conseillons la lecture et l’étude de Charles Maignen intitulée La souveraineté du peuple est une hérésie qui permet d’enrichir notre réflexion sur la forme du gouvernement, les rapports entre le peuple et l’Etat, l’Etat et Dieu, le peuple et Dieu… Il convient donc de préciser que le problème doctrinal des libéraux reste entier. Ils estiment que l’homme et son jugement personnel peuvent être la source et la justification de toutes les questions métaphysiques d’ici bas. Ils se trompent lourdement car : « Il n’est pas vrai que la raison humaine soit source de vérité et mesure des choses. Dans l’ordre naturel l’intelligence est soumise à l’objet, au réel, aux lois de la logique, à la direction des premiers principes. Dans l’ordre surnaturel, elle est tenue de se soumettre à la parole de Dieu, elle a l’obligation rigoureuse d’adhérer aux mystères de la foi, d’écouter l’Eglise et d’accepter son enseignement. » Ainsi le catholique libéral est très dangereux : « en cherchant toujours des accommodements impossibles entre la vérité et l’erreur, entre le bien et le mal, entre la pure doctrine et les prétendues exigences d’une science hypothétique, en substituant les expédients aux principes, les compromis douteux aux jugements fermes, il obnubile les esprits, entrave leur rectitude d’appréciation, fausse la conscience… » En réponse à ses pertinentes remarques, les libéraux avancent leur libéralité et leur générosité. Pour autant, comme le dit l’adage : « l’enfer est pavé de bonnes intentions. » L’abbé Roussel répond fermement mais avec douceur à l’argument des bons sentiments en expliquant que : « la pureté des intentions, la générosité du coeur, l’ardeur de l’éloquence, ne remplaceront jamais une solide doctrine ». Le souci réel avec les libéraux dits catholiques reste leur prétention à se dire amis des catholiques authentiques. Or, comme l’écrit justement l’abbé Roussel : « un franc ennemi, un adversaire déclaré est moins dangereux que ces faux amis, ces lâcheurs de l’intérieur. » Il faut comprendre, selon lui, que « le libéralisme est encore moins une doctrine cohérente, un système formulé, qu’une malade de l’esprit, une perversion du sentiment à base d’orgueil, une orientation plutôt qu’une école, un état d’esprit avant d’être une secte. Le libéralisme apparaît alors comme l’affection déréglée de l’homme pour la liberté-indépendance qui le rend impatient de la limite et du lien, du joug et de la discipline, de la loi et de l’autorité. » Il demeure vital : « de ne pas point confondre la vraie liberté qui est une liberté ordonnée avec la fausse liberté ou licence qui n’est qu’une liberté anarchique, liberté de perdition. Loin que l’homme soit libre absolument, il est soumis à toutes sortes d’autorités, entouré de liens tutélaires ; se conformer à l’ordre tel est son devoir essentiel, et la condition de sa perfection suprême. » Il n’y a rien à rajouter tant les propos sont limpides et conformes à la doctrine catholique de toujours. L’abbé Roussel nous offre un livre doctrinal remarquable, par la qualité et la pertinence de son analyse à l’endroit de cette chimère nommée catholicisme libéral. Ce livre est divisé en deux parties : la première traite du libéralisme en général, la seconde du libéralisme dit catholique. Cette saine distinction se montre pertinente, car elle permet de comprendre les dégâts causés par le libéralisme dans le courant philosophique, et de constater les dérives intellectuelles qu’il engendre dans la pensée catholique. Roussel définit les erreurs du libéralisme et mentionne les fondements doctrinaux du catholicisme. Les deux pensées se révèlent diamétralement opposées, nonobstant les fanfaronnades des libéraux dits catholiques qui prétendent le contraire. Nul besoin d’être un docteur en philosophie ou en théologie pour apprécier et comprendre les idées développées par l’auteur. L’ensemble se veut accessible au plus grand nombre, grâce à un style direct qui ne s’embarrasse guère de formulations abstraites et alambiquées. Cependant cette facilité pédagogique ne donne pas un livre simpliste voire peu profond intellectuellement. Bien au contraire, l’auteur balaie les différentes erreurs libérales en étant constamment pédagogue, et en fondant ses démonstrations sur les penseurs les plus surs - notamment Saint Thomas d’Aquin et Saint Pie X - non suspects de sympathie pour le libéralisme. Néanmoins sa position concernant Inter sollicitudines de Léon XIII étonnera plus d’un catholique authentique, mais elle peut éventuellement se comprendre dans le contexte, sans forcément l’approuver… Au demeurant, elle ne se montre guère dérangeante concernant la justesse intellectuelle de ce livre, car elle n’en constitue ni le coeur, ni un thème majeur. Pour conclure, nous recommandons vivement la lecture de cet ouvrage qui permet de comprendre la nature profonde du catholicisme et de dévoiler les moultes erreurs du libéralisme, ce cheval de Troie utilisé par les ennemis du catholicisme… Franck ABED
    Une grande clarté !
    5/5 Lecture et Tradition .
    .----. Le livre de l'abbé Roussel présente la qualité rare d'être d'une grande clarté pour le lecteur qui prend la peine d'en effectuer la lecture. Dès les premières lignes de son introduction, il indique les principales questions auxquelles il se propose de répondre : Qu'est-ce que le libéralisme ? Quelles sont ses origines ? Ses principales manifestations, son développement logique ? Comment le qualifier et le réfuter ? .****. . Pour ce faire, il a découpé sa démonstration en deux parties : 1/ Ce qu'est le libéralisme en général, 2/ Ce qu'est le libéralisme dit " catholique ". Cette séparation est très pédagogique, car le terme de libéral ou de libéralisme est très ambigu, très équivoque ... [ Jérôme Seguin en introduction de sa présentation du livre dans le numéro 77 ( nouvelle série ) de septembre 2017 de Lecture et Tradition . Tous les numéros de notre revue sont signalés sur ce site et même, le plus souvent, encore disponibles ]
    Un écheveau difficile à expliciter !
    5/5 Lecture et Tradition .
    .----. Cet ouvrage est la réimpression de l'édition parue initialement en 1926. Son auteur, né en 1888 ( à Fougères, Ille-et-Vilaine ), fut ordonné prêtre en 1914 et, titulaire d'un doctorat en philosophie, exerça la fonction de professeur au Grand séminaire de Rennes. . Sur la couverture, en guise de sous-titre, figure la question suivante : Le libéralisme serait-il le Cheval de Troie utilisé par les " ennemis de Dieu " ? à laquelle M. l'abbé Roussel donne la réponse dans son analyse magistrale de ce qu'il considère comme un fléau. Une étude qui conserve toute son actualité, presque un siècle après son édition d'origine, tant elle rappelle combien il est nécessaire d'être antilibéral pour demeurer réellement catholique. . Et, aujourd'hui, plus que jamais, il est devenu indispensable de le rappeler, de l'exposer et de l'exprimer, tant cette notion imprègne la grande majorité des fidèles catholiques en toute bonne foi, car pratiquement plus personne dans les milieux " autorisés " n'est en mesure de déméler un écheveau qui paraît très difficile à expliciter. ( suite ... )
    Danger du catholicisme libéral
    5/5 Mgr Lefebvre
    "Le livre de l´abbé Roussel donne une parfaite idée du libéralisme et du danger du catholicisme libéral qui a proliféré à l´occasion du ralliement, s´est développé dans le sillonisme, le modernisme et le progressisme, pour triompher à l´occasion du concile pastoral d´aggiornamiento de Vatican II et enfin détruire tout ce qui restait de spécifiquement catholique dans la foi, la morale, la liturgie, les institutions de l´Église par l´application de l´esprit œcuménique et démocratique" ( en introduction d'une réimpression réalisée dans les années 1980 par le séminaire de la Fraternité Saint Pie X )