Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

L´impossible bonne République

Référence : 89319
2 avis
Date de parution : 7 février 2017
Collection : PENSER LA CONTREREVOLUTION
EAN 13 : 9782851902085
Nb de pages : 36
6.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié à partir du 15 avril
Voir la disponibilité en magasin

Description
Nous avons choisi une succession de tableaux où les catholiques ont été largement majoritaires au sein des institutions démocratiques, trois circonstances où cette majorité d'hommes non corrompus ont été corrupteurs, où ces contrerévolutionnaires ont produit non le bien par leur présence au sein d'institutions vicieuses, mais où le vice des institutions a produit le règne des Droits de l'homme, malgré la présence d'hommes vertueux. 

Il m'importe peu d'établir que les révolutionnaires favorisent la révolution lorsqu'ils sont les plus nombreux dans les institutions démocratiques : non, ce qu'il importe de voir, c'est que les contrerévolutionnaires, même en immense majorité au sein des institutions démocratiques, font eux aussi l'oeuvre de la révolution.  


Le Cercle légitimiste Paul Barillon a pour objet l'étude de la politique dans l'esprit de saint Thomas d'Aquin, ainsi que la restauration de la cité catholique, par l'étude et le retour aux principes fondateurs de toute cité ordonnée.
TitreL´impossible bonne République
Auteur PINIEUX (Louis-Edgard de)
ÉditeurCHIRE (EDITIONS DE)
Date de parution7 février 2017
Nb de pages36
CollectionPENSER LA CONTREREVOLUTION
EAN 139782851902085
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)2
Largeur (en mm)148
Hauteur (en mm)210
Poids (en Kg)0.04
Critique du libraire
"Il m'importe peu d'établir que les révolutionnaires favorisent la révolution lorsqu'ils sont les plus nombreux dans les institutions démocratiques : non, ce qu'il importe de voir, c'est que les contrerévolutionnaires, même en immense majorité au sein des institutions démocratiques, font eux aussi l'oeuvre de la révolution." 
Les avis clients
des faits
5/5 Ravand
Depuis longtemps les catholiques rêvent de détourner la république vers une orientation chrétienne, persuadés que nos malheurs ne sont dû qu'aux loges et autres groupes de pression. Voici recensé des occasions où nous mêmes n'avons pas réussi alors que nous étions aux commandes...de quoi se demander s'il ne faudrait pas changer de tactique! une preuve s'il en était besoin que le problème n'est pas simplement la valeur de nos gouvernants, mais les institutions elles mêmes.
Monarchie, seule solution valable !
5/5 Altaïr .
.----. Couverture : un vieux drapeau bleu blanc rouge, fripé et abîmé, surlequel se détache une guillotine... Brr.... La thèse de l'auteur est celle-ci : les contre-révolutionnaires ne doivent pas participer aux jeux démocratiques, car ils font ainsi le jeu de la révolution. A l'appui : trois moments historiques : la Restauration, où le comte Joseph de Villèle ( étiqueté Villèle tout court par l'auteur ! ),président du conseil des ministres, ne parvient pas, selon les dires de l'auteur, à faire passer ses idées. ( Ici, l'auteur exagère : le comte de Villèle fut un authentique champion des idées contre-révolutionnaires ). Deuxième tableau : l'assemblée royaliste issue de la défaite française de 1870, qui ne parviendra pas à restaurer la monarchie et débouchera sur la république anticléricale des Jules. Troisième tableau : la chambre de droite qui succède à la première guerre mondiale, et qui n'aboutira qu'au cartel des gauches. L'auteur évoque ensuite trois exemples de ce qui est généralement considéré comme " bonne république " : l'Equateur de Garcia Moreno, le Portugal de Salazar et la Suisse de toujours, et démontre que leurs vertus ne proviennent pas de l'idéologie républicaine. Conclusion de l'auteur : la monarchie est la seule solution valable. On est parfaitement d'accord, sauf que cela ne nous empêchera pas de voter, sans illusion aucune, pour le parti considéré comme les plus " mal pensant " par les bonzes du politiquement correct. Rien que pour les faire enrager . [ Notice publiée par " Altaïr " ,Périodique trimestriel dirigé par Jean-Pierre Hamblenne et sous-titré " Poésie et Tradition " . Numéro 172 - juin 2017 . Vous pouvez demander un spécimen de notre part à l'adresse : BP 19 - B - 1420 - Braine l'Alleud - Belgique ]