Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Lumière sur l´échafaud suivi de cellule 18 - Lettres de prison de Jacques Fesch

Référence : 34508
3 avis
Date de parution : 1 mai 2014
Auteur : FESCH (Jacques)
EAN 13 : 9782740313954
Nb de pages : 288
19.90
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié aujourd'hui
Voir la disponibilité en magasin

Description
Lorsque le 25 février 1954, à Paris, Jacques Fesch assomme un changeur pour le voler, puis tire sur un agent de police avant de fuir, il vient de signer son arrêt de mort.
Trois ans et demi après, au terme de six mois de procès, J. Fesch est guillotiné le 1er octobre 1957.
Qui pouvait savoir alors que la mort de Jacques allait révéler au monde entier la vertigineuse ascension spirituelle du prisonnier ? Jésus était venu le rejoindre au fond de la Cellule 18. Ses nombreuses lettres et confidences, véritable journal de son âme, ont bouleversé autant les "bien portant" qu'une multitude plongée dans l'épreuve ou nombre de prisonniers croupissant au fond de leur prison.
Jacques, toi "le bon larron du XXe siècle", comme on t'appelle de par le monde, toi l'enfant du Coeur miséricordieux du Père, sauvé par pure grâce, tu es la preuve vivante qu'il n'est pas une nuit qui ne puisse être illuminée par la lumière de Jésus, pas une impasse qui ne puisse déboucher sur un pays sans frontières, pas une solitude qui ne puisse être visitée, habitée...
TitreLumière sur l´échafaud suivi de cellule 18 - Lettres de prison de Jacques Fesch
Auteur FESCH (Jacques)
ÉditeurPIERRE TEQUI (EDITIONS)
Date de parution1 mai 2014
Nb de pages288
EAN 139782740313954
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)20
Largeur (en mm)135
Hauteur (en mm)210
Poids (en Kg)0.35
Critique du libraire
Jacques Fesch en 1954 commet un forfait et tue un agent de police. Il va passer 3 ans et ½ en prison avant d´être exécuté (guillotiné en 1957). Pendant ce laps de temps, il allait connaître une vertigineuse ascension spirituelle et une conversion bouleversante ! Ce volume contient la réimpression de deux textes qui ont fait le tour du monde et sont devenus des classiques de la spiritualité chrétienne. Cet ouvrage réunit deux livres, à partir des lettres de Jacques Fesch "Lumière sur l´échafaud" et "Cellule 18". Ce livre a été réalisé grâce au travail effectué par le père Augustin-Michel Lemonnier sur les écrits de Jacques Fesch. Il existait deux livres "Lumière sur l'échafaud" et "Cellule 18" qui sont ici réunis.
Les avis clients
Une grande densité spirituelle .
5/5 Plaisir de Lire .
.----. Lecture du seul " Lumière sur l'échafaud " : Le 25 février 1954, un jeune dévoyé, Jacques Fesch, attaquait un changeur de la rue Vivienne, M. Silberstein à coups de marteau et lui dérobait une somme importante . Poursuivi par les passants, il ouvrait le feu et tuait un gardien de la paix . Arrêté, il fut condamné à mort et exécuté le 1er octobre 1957 . Il avait 27 ans . Garçon sans caractère, il a grandi dans un foyer désuni . Son père est cynique : il ne croit à rien et il s'en vante . Sa mère, une femme faible, tente en vain d'élever Jacques . Il fait la connaissance d'une jeune fille qu'il épouse car elle attend un enfant de lui . Mais très vite il l'abandonne . Conscient du vide de son existence, il a une idée fixe : acheter un bateau et s'en aller tenter l'aventure... C'est pour réaliser ce projet insensé qu'il a volé, puis tué... Or en prison, Jacques Fesch va tout d'un coup s'ouvrir à la foi . Son avocat, Maître Baudet, aidé de l'aumônier, sera l'artisan de cette rencontre avec Dieu . Ce petit livre est le recueil des lettres que Jacques Fesch écrivit de prison à ses proches et à un camarade religieux : on y voit la montée spirituelle de ce garçon, son retournement complet . A la lettre on saisit ce que signifie la parole de Saint Paul : "Ce n'est pas moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi." Jacques Fesch ira au supplice avec la sérénité et la joie des martyrs, certain de retrouver le Christ qui, depuis plusieurs mois, l'a "saisi" tout entier . Nous recommandons la lecture de ce petit livre qui est non seulement un document hors du commun, mais surtout un témoignage d'une grande densité spirituelle . POUR QUI CE LIVRE ? : 18 ans et au-dessus . [ " Plaisir de Lire " , numéro 22 , Pâques 1973 ]
Extraordinaire ascension spirituelle !
5/5 L'appel des pins .
.----. " CELLULE 18 ", correspondance de Jacques Fesch - " Lumière sur l'échafaud " a déjà donné certains détails biographiques, rendu publique une partie de la correspondance et ainsi soulevé le voile de l'extraordinaire itinéraire spirituel de notre héros. L'échafaud, le 1er octobre 1957, ne fut pas l'injuste dénouement d'une vie de désordre, ce fut un Golgotha renouvelé... où la miséricorde triompha dans l'ordre de la justice... " Dieu s'est emparé de ma petite âme... Un voile s'est déchiré. Si je continuais à vivre, jamais je ne pourrais rester sur les hauteurs où je suis parvenu. Mieux vaut que je meure. Je crois maintenant que tout est grâce et que ce n'est pas vers la mort que je vais, mais vers la Vie... Jacques Fesch, 27 ans, n'a du moine que la vie en cellule, mais pas celle d'un couvent. C'est un homme sans " éducation " autre que celle fournie par trois ans de détention à la suite d'un " crime " . Encore un fou mystique ! Personne n'avait plus que lui les pieds sur la terre. Aux élévations les plus sublimes vers l'invisible se trouve mêlée la description la plus réaliste de la vie quotidienne d'un détenu, des tortures d'une conscience au sens aigu des responsabilités surtout familiales, et d'états d'âme tout humains qui le font passer du fol espoir de vivre au découragement et à la révolte d'un être broyé dans la fleur de l'âge. Nouveau Saint Paul, il est passé brutalement, comme l'Apôtre, des ténèbres à la lumière. Or, ce passage, le lecteur le fait avec lui, en vivant avec lui, jour après jour, heure après heure, ses moments de paix ou d'angoisse, il monte avec lui. Jacques Fesch l'entraîne vers " autre chose chose " que l'abjecte réalité d'une captivité humainement dégradante. On lui a fermé toutes les portes, matériellement et socialement parlant, mais on lui a fourni par là-même la possibilité d'en découvrir une autre, insoupçonnée jusque là, celle du " Royaume des Cieux ", la mystérieuse " porte étroite " qu'on ne peut franchir qu'après avoir été purifié dans le creuset de la souffrance. A une époque où la Peine de Mort est tant controversée - elle fait pourtant partie de la plus authentique Doctrine Catholique - , ce livre amène à reconsidérer le problème profondément, honnêtement et de manière catholique, d'une tout autre façon qu'habituellement et actuellement... Il est, en effet, bon et régénérant d'assister et d'accompagner Jacques Fesch en cette extraordinaire ascension spirituelle qui n'aurait pu être si notre héros n'avait pas été destiné à l'échafaud ! [ Numéro 49 - octobre 1981 de " L'appel des pins " ; bulletin trimestriel des Amis de Garabandal " ; Directeur-gérant : Abbé Jehan de Bailliencourt ]
Q'en penser ?
5/5 Le forum catholique,une question ?
.----. Une question du " Forum Catholique " : J'ai lu il y a quelques temps les "Lettres de prison" de Jacques Fesch, le dernier guillotiné de la République française. Son histoire de conversion et ses écrits après celle-ci sont vraiment impressionnants. Un livre a été publié en espagnol, "del crimen a la santidad" (Du crime à la Sainteté) .Une brève présentation de wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Fesch --- Il s'agit d'un assassin justement condamné qui vit une véritable rencontre avec le Christ en prison et une très forte conversion. La lecture de ses lettres est vraiment à recommander, on parle d'une béatification. Que pensez-vous de cette figure en temps que (peut-être) futur Bienheureux de l’Église? [ Question du 16/01/2016 ]