Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

En raison des vacances, nous serons en effectif réduit jusqu'au 18 août, et serons fermés du 27 juillet au 4 août.

Mon journal de sage-femme. Ma vie pour 2283 enfants

Référence : 9577
2 avis
Date de parution : 1 novembre 2004
Auteur : BURGER (Lisbeth)
EAN 13 : 9782851901408
Nb de pages : 280
19.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Epuisé chez l'Editeur
Voir la disponibilité en magasin

Description
Cette édition est épuisée mais en 2013 il y en a eu une nouvelle qui est disponible .
Ce livre de Lisbeth Burger est un ouvrage sain et d'une qualité exceptionnelle, proposant des perspectives hautement bénéfiques. Une force saisissante émane de ces pages rédigées d'une façon simple et humble, dont le ton est à la fois objectif et sincère. Douée d'un esprit clair, d'un cœur sensible et d'un sens aigu de l'observation, elle vérifia, durant ses quarante années de pratique, comment le caractère et les erreurs des parents, comment les conditions défavorables et les carences, comment les opinions et usages erronés, comment les prétendus conceptions dites "modernes" deviennent la source de toute sorte de malheur irréversibles, "sans marche arrière". Avec elle, nous faisons la connaissance de paysans avares, de filles frivoles, de femmes vaniteuses et sottes, de matrones vulgaires, de mères imprudentes, de sages-femmes et de docteurs incompétents, d'hommes rudes, d'êtres dépravés, d'enfants abandonnés et gâtés, en même temps que de femmes courageuses, d'hommes forts et de gens honnêtes, tout cela au milieu du drame de toutes les complications morales, familiales et physiques de la grossesse et de l'enfantement, de la séduction, de la contraception et de l'avortement, au sein des conditions sociales concrètes de notre époque, telles qu'elles sont réellement dénoncées et telles qu'elles doivent l'être. Vraiment, un livre plein de réalités tragiques racontées de façon directe, sincère et courageuse (ce qui est à la fois un devoir et un grand mérite), un livre plein de cris d'angoisses concernant des situations trop souvent cachées, et aussi des descriptions d'une surprenante puissance d'évocation dans le réel, d'une valeur d'un exceptionnel témoignage "in vivo" intéressant au plus haut point tous les hommes, jeunes et vieux, célibataires ou mariés, toutes les jeunes filles, toutes les mères, toutes les femmes, tous les hommes exerçant une profession sociale, et en particulier les médecins, sages-femmes et infirmières. Les hommes y puiseront des sentiments fortifiants les incitant au respect de la femme et de la maternité, les femmes elles-même y trouveront une meilleure appréciation de la chasteté et de la noblesse de leur condition féminine, les mères une appréciation plus exacte, plus précise de leur magnifique responsabilité, et enfin les travailleurs médicaux sociaux une estimation plus claire de leur noble mission accomplie par eux, en particulier par la sage-femme. Nous aimerions que ce livre soit lu par tous les jeunes gens et jeunes filles de 18 à 20 ans, par tous les hommes et femmes, surtout par ceux qui sont mariés, et en particulier par tous nos élèves infirmières et sages-femmes. Ecrit par une praticienne hautement qualifiée, cet ouvrage mérite l'attention de tous : nous ne lui connaissons aucun équivalent. (D'après l'appréciation du Pr Frans Deals de Gand).
TitreMon journal de sage-femme. Ma vie pour 2283 enfants
Auteur BURGER (Lisbeth)
ÉditeurCHIRE (EDITIONS DE)
Date de parution1 novembre 2004
Nb de pages280
EAN 139782851901408
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)19
Largeur (en mm)140
Hauteur (en mm)210
Poids (en Kg)0.36
Critique du libraire
Le témoignage extraordinaire d'une femme au service des jeunes mamans. Ce livre ne s'adresse pas uniquement aux jeunes filles voulant s'orienter dans les métiers de la santé. Il est à mettre entre les mains de tous les jeunes gens à qui il est parfois difficile d'expliquer simplement les lois de la vie et de la bioéthique. "Cette sage-femme a accouché 2 283 enfants et a parcouru à pied pour ce faire trois fois le tour du monde. C´est en 1887 qu´elle devait commencer son œuvre. Son livre fut réédité plus de 40 fois de 1900 à 1950, et on n´en trouvait plus depuis trente ans. Ces récits se lisent comme un roman à la gloire de l´humanité et de son Créateur. Ils sont à la fois précis et lyriques. C´est absolument étonnant de catholicisme populaire flamboyant. Vous ne sauriez rien offrir de plus efficace à des adolescents d´aujourd´hui, matraqués qu´ils sont par le sexisme ambiant. Ce sont les "fioretti du bon sens". (Texte figurant lors de la sortie de la précédente édition, en 1980, dans la publication Encore Fatima, qui ne paraît plus aujourd´hui). "Des sujets délicats traités avec tant de tact... Que ce journal soit lu par les jeunes filles et les mères, aussi et surtout par les hommes ; il se situe à un niveau infiniment plus élevé que des informations médicales ou scientifiques, contenant une multitude de faits vécus allant du comportement entre jeunes fiancés ou mariés à la contraception, l'avortement, l'éducation des enfants. Vraiment, un livre franc, direct, ne cachant rien et pourtant honnête" (V.B.M.) (Edition numéroté sur ivoire).
Les avis clients
Nous ne lui connaissons aucun équivalent !
5/5 Plaisir de Lire .
.----. Quand une sage-femme accouche plus de 2000 enfants et sait dégager derrière les événements quotidiens des leçons d'une portée universelle, on peut dire que deux pages de lecture vous laissent déjà subjuguée . Rassemblant ses observations en une cinquantaine de tout petits chapitres qui représentent autant de types d'amour conjugal, Lisbeth Burger expose les faits calmement, avec lucidité et la miséricorde qui sont l'apanage d'une authentique catholique . Car il en faut de la bienveillance et de fermes convictions quand un bébé naît d'une fille séduite, ou bien coupé en morceaux après que sa mère ait avorté déjà treize fois, ou encore de parents décidés à l'aduler, donc à le pourrir ou bien dans un foyer nanti d'un mari volage...etc. Vous allez me dire : "Mais ce livre est sinistre". Nullement . Sont décrits des époux modèles qui acceptent le bébé comme un don du ciel, des ménages pour lesquels l'arrivée de l'enfant est une montée vers la sainteté . Mais une idée se discerne aisément : la volonté de Lisbeth, d'éduquer par le récit, et de mettre en garde contre la fleur bleue . Aussi délicate que réaliste, elle dit suffisamment de choses pour éclairer les jeunes filles les plus romantiques . Et aucune de celles qui ouvriront ce livre ne le refermera sans que sa foi ne soit avivée, son intelligence éclairée, son cœur fortifié .C'est la magnifique démonstration de l'instinct subordonné à la raison au-dessus de laquelle la foi projette sa lumière divine - ou du moins la preuve que sans cela tout va de travers . Et je souhaite de tout mon cœur que toutes les mères connaissent cette joie que j'ai eue, de découvrir cet authentique chef-d'oeuvre en même temps que ma fille de 21 ans avec laquelle des échanges fructueux ont tissé des liens supplémentaires et durables . Car les idées nouvelles qui cheminent et qui sont arrivées à leur paroxysme, influencent, que nous le voulions ou non, notre jeunesse . Ce livre a le mérite de regarder la réalité désastreuse en face et d'enfoncer plus profondément le décalogue dans l'âme de nos enfants . J'ajouterai qu'un jeune homme devra lire ce livre et le méditer en sachant que ses parents le connaissent . Il y a des tournants à ne pas manquer . Le professeur Daëls, de Gand, le loue en ces termes : "Nous ne lui connaissons aucun équivalent". [ " Plaisir de Lire " , numéro 84 , juin 1989 ]
SUBSTANTIFIQUE MOËLLE
5/5 REVUE DES CERCLES D'ETUDES D 'ANGERS
.----. Ce journal, oeuvre d'une sage-femme allemande, a connu plus de quarante éditions. Chacun des quarante-six chapitres qui le constituent contient, sous forme d'une nouvelle, le récit d'une expérience vécue par Lisbeth Burger durant sa longue vie professionnelle ("à cheval" sur la Grande-Guerre 1914-18). S'il y a des critiques à formuler, il faut le faire d'emblée pour ne pas nuire ensuite à l'analyse de l'essentiel : on peut, d'une part, redouter qu'une certaine uniformité des "beaux sentiments" exprimés ne lasse, à la longue, le lecteur et, d'autre part, regretter que sur quelques problèmes (anesthésie au cours de l'accouchement ; rapports conjugaux pendant la grossesse) les solutions apportées soient discutables, sans doute par souci moralisateur outrancier de l'auteur. Cela ne risque-t-il pas, à tort d'ailleurs, de compromettre dans l'esprit de certains la fiabilité des autres chapitres ? Or, il importe d'adhérer à l'essentiel de cette fresque : éloge de la pureté et de la pudeur, éducation sexuelle, dignité de la femme, délicats rapports entre fiancés, valorisation du couple, faillite du mariage à l'essai, contraception, avortement, adoption, réalisations sociales liées au travail des femmes, influence des guerres sur les moeurs, etc. Rien ne semble oublié et tout est traité avec beaucoup de fraicheur et un robuste bon sens. Que l'on ne s'y trompe pas, ce petit livre contient la "substantifique moêlle" d'une loi morale... que l'on n'ose plus nous prècher, ou si prudemment, si"en deça"... sauf en quelques glorieuses exceptions ! Si le lecteur sait échapper à cette uniformité dont nous parlions, et le travail lui sera facilité puisque chaque chapitre est autonome, il ne pourra pas ne pas être marqué par cette impérieuse doctrine du dépassement de soi-même exaltée page après page ; dépassement de soi-même qui est l'expression de notre obéissance à la loi divine, la condition de nos justes rapports avec les hommes et en définitif la seule clef de notre bonheur terrestre. N'en avons-nous pas, tous les jours, la contre-épreuve sous les yeux ? C'est d'ailleurs Lisbeth Burger qui nous le précise : "Dieu Bon, qu'elles sont sages, malgré tout, les prescriptions apparemment vieillottes et surannées de Ta loi morale, de Tes commandements ! De quelles douleurs, de quelles détresses elles préservent les hommes qui les observent fidèlement, même sans en admettre immédiatement la la profonde portée ! ". On ne saurait mieux conclure ( Numéro 4 de la Revue des Cercles d'études d'Angers --- Mars 1981 ).