Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

En raison des vacances, nous serons en effectif réduit jusqu'au 18 août, et serons fermés du 27 juillet au 4 août.

N° 38 (nouvelle série), juin 2014 : Vatican II, une histoire à réécrire - L´étrange pontificat du pape François

Référence : 83765
Date de parution : 21 juin 2014
EAN 13 : 0000000837651
Nb de pages : 32
3.50
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié aujourd'hui
Voir la disponibilité en magasin

Description
SOMMAIRE :
- Éditorial, par Jérôme Seguin (2e de couverture)
- Vatican II. Une histoire à écrire, de Roberto de Mattei, par Jean-Baptiste Geffroy (p. 1) : I. Les chemins du Concile (p. 4) - II. La révolution conciliaire (p. 6) - III. La postérité conciliaire (p. 11)
- L'étrange pontificat du pape François, d'Alexandre Marie (par Jérôme Seguin) (p. 16) : La question de l'Islam (p. 18) - La question du judaïsme (p. 19) - François et la « laïcité » de l'État (p. 20) - L'idéologie homosexualiste (p. 21) - François et la Franc-maçonnerie (p. 22) - Conclusion (p. 23)
- Les cadeaux de Tante Anne (la bibliothèque des petits Chouans) (p. 25) : Mon petit-frère Jésus (La prière des tout-petits) - Marguerite-Marie, l'amour du Cœur de Jésus - Les musiciens de Brême - Grand-Cœur.
- Legenda (Le monde du livre et de l'édition) (p. 27) : Le coin du philologue, par Philologus - Nous avons reçu : Bleu caraïbe et citrons verts (de Jean Raspail) - Du tac au tac. Chroniques d'Aspects de la France, tome II (de Jacques Perret) - René Benjamin journaliste (Les Cahiers René Benjamin, Cahier n° 3).
Critique du libraire
Éditorial « Nous ne sommes pas prêts de sortir du bourbier conciliaire ». Par cette phrase, Jean-Baptiste Geffroy conclue la recension qu'il vient d'effectuer du livre de Roberto di Mattei, Vatican II. Une histoire à écrire. Bien entendu, de prime abord, elle peut paraître abrupte et sera certainement l'objet de quelques désaccords ou de virulentes désapprobations. Cependant, le constat, pour très sévère qu'il puisse être, est sans appel. Malgré les sympathies et les marques d'estime que nombre de nos amis accordent aux derniers papes qui ont occupé le trône de saint Pierre, il suffit de relever quelques extraits de l'article de notre rédacteur, pour observer une certaine réserve : « L'aile marchante du progressisme est à la barre : Congar, Daniélou, de Lubac, Häring, Küng, Rahner, Semmelroth, Schillebeekx, Ratzinger, Chenu entrent en guerre contre la "théologie Dentziger'' ». Un peu plus loin, nous lisons : « En 1967, autre promotion - ô combien stratégique et significative - celle de Mgr Wojtyla qui reçoit le cardinalat et devient membre de quatre congrégations (Clergé, Education, Culte divin et Eglises orientales) ; il est, de plus, nommé consulteur et membre du Conseil des laïcs ». Lorsque nous méditons sur les canonisations récentes de Jean XXIII et de Jean-Paul II, puis la béatification annoncée prochainement de Paul VI, nous sommes en droit d'être aussi dubitatifs que stupéfaits, car, s'il en était besoin, il est nécessaire de souligner ce que rappelle J.-B. Geffroy : « Les propos récents du pape François sur Vatican II semblent traduire une conception pour le moins "rétrogressive'' du Concile, considéré comme "une relecture de l'Evangile en ... l'actualisant'', selon une manière que le pape considère comme "irréversible''. De tels propos, qui sentent une vulgate conciliaire très "seventies'', n'ont rien de rassurant ». Or, la confirmation de cette inquiétude est exposée et développée dans l'étude que fait Alexandre Marie de L'étrange pontificat du pape François. Car, on ne peut nierqu'il existe, aujourd'hui « une nouvelle Eglise conciliaire en construction depuis cinquante ans, avec sa doctrine, sa liturgie, son droit canon, qui s'est installée comme un chancre dans l'Eglise catholique. On peut craindre, aussi, que le pouvoir des "medias'' aux mains de l'ennemi et l'habileté diplomatique du nouveau pape ne parviennent à tromper, s'il était possible, une partie des traditionalistes » (extrait de la préface). Et nous ne pouvons mieux dire que de réfléchir sur ces mots d'Alexandre Marie : « L'heure est grave. La confusion règne. Le mal est profond. Se taire, c'est devenir complice. L'enjeu est de taille : il s'agit tout simplement de garder la Foi. Et de continuer à la professer publiquement. A l'intérieur de l'Eglise comme au dehors. A témoigner de la Vérité face à nos contemporains en proie aux erreurs et aux mensonges devenus système ». Jérôme SEGUIN (pour la rédaction de Lecture et Tradition)