Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

N° 687/688 - Juillet-août 2014 : Les européistes submergés

Référence : 83970
Date de parution : 5 juillet 2014
EAN 13 : 0000000839709
Nb de pages : 64
6.50
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
En stock expédié demain
Voir la disponibilité en magasin

Description
SOMMAIRE :
- Éditorial (par Jérôme Seguin) (p. 1)
- Les brèves (p. 3)
- L'humeur de François Folace (p. 4)
- Le coup de patte de Tongg (p. 5)
- 44èmes Journées Chouannes (p. 6)  

Politique française
- L'armée une nouvelle fois sacrifiée ? (par Jacques De Kremer) (p. 7)
- Vers l'implosion de l'UMP (par Pierre Romain) (p. 12)
- Taubira et la réforme pénale (par Michel Leblanc) (p. 14) 

*
- Dans notre courrier (par Jean Augy et J.S.) (p. 16) 

*
- Il y a 50 ans... dans Lectures Françaises. N° 88 de juillet 1964 : L'agriculture assassinée - mort de la civilisation rurale (par François-Xavier d'Hautefeuille) (p. 27)  

Bioéthique
- Les cellules souches (par le docteur Luc Perrel) (p. 29) 

*
- Échos et rumeurs (par P.R., J. De K. et M. L.) (p. 35) : Changement de direction au Monde - Une version payante du site Atlantico - Hamon cède-t-il sur le voile ? - Les revenus de la drogue et de la prostitution dans le PIB - La caisse noire du Sénat - Twitter et transmission de pensée - Un directeur d'IUT menacé de mort - Le placement des camarades - Fantaisies comptables aux Caraïbes - Baisse des rentrées fiscales.  

Géopolitique 
- Élections européennes. Le Front national, premier parti de France. Progression des partis eurosceptiques en Europe (par Olivier Destouches) (p. 43)
- Liste des députés (français) européens (p. 50)
- Le bouleversement des européennes (par P. R.) (p. 51)
- Le mondialisme en marche (par Claude Vignon et Winston Smith) (p. 53) 

*
- Ils nous ont quittés (p. 57) : Jean-François Mattei, Ahmed Kaberseli.
- La vie des livres (par J. S.) (p. 59) : Au capitaine de Diên-Biên-Phu - Requiem pour l'Algérie française - Passé sous silence - 19 mars 1962 ? Waterloo ! - Proust digest - À propos de Sergei Chepik.
- Catalogue et bon de commande (p. 64).
Critique du libraire
ÉDITORIAL : Vers où va la France ? Les différents sujets abordés dans ce numéro ne sont pas très engageants pour donner une réponse réconfortante à une telle question. Tant du côté de l'actuelle majorité présidentielle et l'incapacité de François Hollande (p. 52) que de celui de l'opposition dite « officielle » (ou républicaine...), incarnée par l'UMP en pleine « déconfiture » (p. 12), les nuages s'amoncellent au dessus de nos têtes, laissant présager un très probable et violent orage dans un proche avenir (des semaines ou quelques mois ?). Et si cet orage provenait des « infréquentables » du Front national qui vient, il faut bien l'admettre, de secouer notre paysage politique qui, depuis un demi siècle, se complaisait dans une espèce de balancement convenu (dénommée « alternance » par les tenants de la démocratie salvatrice) entre « droite » et gauche ? Le vocabulaire contemporain à la mode applique à un tel phénomène le terme de « tsunami ». Vous vous rendez compte que le pays des Droits de l'Homme et de l'immigration accueillie à bras ouverts, vient de placer en première place d'une élection importante (selon tout ce qui avait dit et ressassé pendant des semaines de campagne) le parti honni, le parti pestiféré, le parti du retour aux « heures les plus sombres...», le parti de la honte et du déshonneur, le parti dont la victoire est Un choc à l'échelle mondiale (sic), selon les propres termes de l'égérie Ségolène Royal (cf. p. 51). Et pourtant, la vérité est aujourd'hui, là, sous nos yeux : le Front national est devenu le premier parti de France, n'en déplaise à ceux qui, depuis trente ans le vouent aux gémonies. Les raisons n'en sont pas spécifiquement françaises : lisez les dernières pages de l'étude de notre ami Olivier Destouches : la cause principale de ce bouleversement n'est que le résultat direct et immédiat des inconséquences des dirigeants « européistes » inclinés (pour ne pas dire avachis) sous les fourches caudines du mondialisme, qui ont accumulé, durant ces trente dernières années une somme de méfaits qui ont provoqué le rejet auquel nous venons d'assister. Dans nos précédents numéros, nous avons évoqué le portrait de Jacques Bordiot qui fut un très pertinent « politologue », car lui, dès 1979, avait prédit, analysé et annoncé ce qui se tramait dans les coulisses du Parlement européen : Une utopie, une imposture, un danger. La tâche sera désormais extrêmement rude pour réparer de tels dégâts ! Jérôme SEGUIN