Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

N° 705 - Janvier 2016 : France, pays malade : état d’urgence

Référence : 104251
3 avis
Date de parution : 4 janvier 2016
EAN 13 : 0000001042511
Nb de pages : 64
6.50
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
En stock expédié demain
Voir la disponibilité en magasin

Description
SOMMAIRE : 

- Éditorial (par Jérôme Seguin) (p. 1)
- Les brèves (p. 3)
- L'humeur de François Folace (p. 4)  

Politique française
- Régionales : victoire en trompe-l'œil de l'UMPS (par Olivier Destouches) (p. 7)  

Actualité
- L'attaque terroriste éclair du 13 novembre (par Jacques De Kremer) (p. 11)
- 3e Fête du Livre de Nantes (13 décembre) (par Louis Gravêthe) (p. 17)  

Media
- La police de la pensée médiatique (par Pierre Romain) (p. 19)
- Silence étrange des media alignés (par Jacques De Kremer) (p. 21)  

*
- Dans notre courrier (par Jean Auguy et J. S.) (p. 23) 
Attentats - Satanisme - Mgr Lefebvre - La guerre et l'armée - La Griffe - Rivarol matraqué - Oskar Freysinger - Révisionnisme - René Mayer - Montfermeil - Abbé Carmignac - L'Échelle des valeurs - La Chine et l'Amérique - Pesticides et vie saine - Radio Courtoisie - Carrefour de l'Horloge - La Consolation - Nouvelle concentration dans la presse... 
- Courrier des lecteurs (p. 31) 

*
- Il y a 50 ans... dans Lectures Françaises. N° 106-107 de janvier-février 1966 : Les pour et les contre de l'élection présidentielle (par François-Xavier d'Hautefeuille) (p. 33)  

Tribune libre
- France, pays malade : état d'urgence (par Jean Lauxerois) (p. 35) 

*
- Échos et rumeurs (par P. R. et Jacques De Kremer) (p. 45) 
Les petits calculs des « Sages » - La ruée sur les fréquences - Curieuse décision du CSA - L'agrégation comme cadeau du gouvernement ? - Habillés pour l'hiver - Des journalistes militants contre le F.N. - Le nouveau président du CESE et son prédécesseur - L'opinion de l'État Islamique sur l'école française - La réforme de la DGF vers les oubliettes ? - Où conduit la haine politique.  

Géopolitique
- Le mondialisme en marche (par Claude Vignon et Winston Smith) (p. 55) 
L'ONU autorise « toutes mesures » contre l'EI - Un geste du FMI à l'égard de la Chine - Les retards du TTIP - L'insupportable indépendance polonaise - Une boussole incompréhensible  

*
- Ils nous ont quittés (par J. S.) (p. 59) 
Simone Roger-Vercel - René Pillorget. 

*
- La vie des livres (par J. S.) (p. 60)
Prix Renaissance des Lettres 2015 (Roger Holeindre) - Les politiques doivent sauver la France (de François de Chassey) - Paul Durand - Édouard Drumont - Commentaires de lecteurs...
Critique du libraire
ÉDITORIAL : 

Nous sommes « à la rue » ! La France est à l'agonie ! Les événements et péripéties des dernières semaines montrent et démontrent que les dirigeants politiques (dans leur ensemble) sont, non seulement incapables de gouverner correctement, mais pourraient même être assimilés à des criminels (si nous en croyons les révélations parues dans le Canard enchaîné du 16 décembre, la tuerie du Bataclan était prévue dans les « milieux islamistes » depuis environ trois ans ! Et les services de renseignements n'y ont vu que du feu ! C'est tout de même effarant). 

Quant au grotesque spectacle des joutes électorales, il est proprement indigne et révoltant. Ces pitoyables marionnettes et pantins qui l'ont interprété devraient être à jamais déconsidérés, tant ils sont indignes de diriger la France. Quel gâchis !  

À l'image de Philippe de Villiers, nous insistons : « Le désastre ne peut plus être maquillé ». 

*
Nous l'avons annoncé dans notre précédent numéro : nous publions nos analyses et commentaires des attentats du 13 novembre. Nous vous recommandons de lire attentivement la tribune libre « France, pays malade : état d'urgence » (pages 35 à 44) qui corrobore ce que nous venons d'exprimer ci-dessus, en ne retenant que cette seule phrase : « Nous nous demandons pourquoi jamais un homme politique, en France, n'a le courage de dire sa responsabilité et d'avouer s'être trompé ». 

Quant au scrutin des élections régionales, il fut, une fois encore, une formidable supercherie pour déboucher sur le sempiternel constat : « Rien ou presque rien ne va changer dans les Régions qui continueront à être gérées par la pratique du clientélisme et l'augmentation des impôts », dit Olivier Destouches (pp. 7 à 10). 

Mais tout cela est bel et bon puisque nous sommes soulagés : la démocratie a surmonté l'épreuve et la République n'est plus en danger !... Dormez en paix, tout va bien... 

NB. La suite de l'article d'Olivier Destouches « Face à la bombe migratoire » (dont la première partie a été publiée dans le n° 704) paraîtra au mois de février.   


Jérôme SEGUIN
Les avis clients
Bravo, pour moi, de même.
5/5 Luc.
Pour répondre à Pedro qui imagine je ne sais quelle définition, il est toujours possible de dire n'importe quoi ! " Lectures Françaises " n'a jamais été une revue de formation mais la " Revue de la Politique Française " comme il est dit sur sa couverture et comme le voulait Henry Coston le fondateur en 1957 et Jean Auguy qui l'a dirigé de 1977 à 2011 ( dates non précises ) ; elle fait ainsi indirectement de la formation, ce qui est beaucoup plus utile . Continuez de la même façon, j'attends avec impatience votre revue de Janvier. D'ailleurs , Pedro n'a parlé que par son imagination, il n'a pas pu encore lire ce numéro, il n'est pas paru, nous sommes encore en Décembre et non en Janvier ! ! ! !
Bravo
5/5 anne.
Bravo pour cette nouvelle présentation, elle sera beaucoup plus facile à glisser dans les mains des jeunes générations, il ne faut pas rester statiques et savoir orienter votre travail dans un monde qui change tout en gardant le cap ! Bravo , continuez ...
Stop
1/5 Pedro
Arrêtez de tout changer, Lectures Françaises est une revue de formation et non pas d'actualité... ou d'information... Avec les images, vous avez déjà considérablement réduit la place du texte, (qui heureusement n'a pas changé), mais il semble que ce soit votre volonté... Vous n'êtes pas et ne devez pas être le " Valeurs actuelles " de l'extrême droite.