Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

N° 97 (nouvelle série), mai 2019 : La crise de l'autorité dans l'Église - La question du sédévacantisme

Référence : 108640
Date de parution : 17 mai 2019
EAN 13 : 0000001086409
Nb de pages : 32
3.50
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
En stock expédié demain
Voir la disponibilité en magasin

Description
SOMMAIRE :  

- Éditorial (par Jérôme Seguin) (p. 2 de couverture)
- La Crise de l'autorité dans l'Église : Les papes de Vatican II sont-ils légitimes ? Entretien avec Maxence Hecquard (p. 2)
- Entretien avec Dominicus sur le livre de M. Hecquard (p. 21)
- Les cadeaux de Tante Anne (la bibliothèque des petits Chouans) (p. 31) 
L'Île d'Arthur (de Dominique Poussielgue) - José Luis. Un Cristero de 14 ans (de Mauricette Vial-Andru) - Se préparer à la première communion comme sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte-Face (de Madeleine de Gourcuff) - Saints de France, tome VI (de Mauricette Vial-Andru) - La Marmotte (de Pierre Maël).
Critique du libraire
ÉDITORIAL : « Notre Seigneur a prévenu que cette crise de l'Église dans laquelle nous sommes plongés arriverait et, avant Notre Seigneur, les prophètes de l'Ancien Testament avaient prévenu que les saints seraient défaits et dispersés. Saint Paul déclare que l'apostasie sera universelle. Notre Seigneur, dans l'Évangile, nous met en garde contre les faux frères et les pseudo-prophètes et Il pose la question avec tristesse : Quand je retournerai sur la terre, retrouverai-je la foi ? ». Ces propos sont prononcés par Maxime Hecquard dans le cours de l'entretien qu'il nous a accordé pour expliciter le contenu du livre qu'il vient de publier : La Crise de l'Église. Les papes de Vatican II sont-ils légitimes ?, dont le seul titre laisse planer, il faut bien l'admettre, une grande inquiétude, sinon un désarroi, au sein de l'ensemble des fidèles catholiques aujourd'hui. Certaines de ses prises de position vont assurément provoquer quelques réactions de protestation ou d'incompréhension auprès d'une partie de nos lecteurs, tant elles affichent une forte sévérité à l'égard des plus récents successeurs de saint Pierre sur le siège pontifical. Nous avons, toutefois, estimé qu'un tel ouvrage ne pouvait être passé sous silence tant il apporte un certain nombre d'arguments pour nous aider à essayer de comprendre pourquoi et comment une telle crise a-t-elle pu se répandre jusqu'à la tête de l'Église. Nous l'avons mentionné dans le texte d'introduction : « Les thèses de l'auteur n'engagent ni Lecture et Tradition, ni les Éditions de Chiré qui n'entendent pas prendre position sur cette question particulièrement épineuse ». C'est la raison pour laquelle nous avons demandé au frère Dominicus (du couvent de La Haye-aux-Bonshommes, à Avrillé) de bien vouloir nous faire part de l'analyse qu'il porte sur le livre de Maxence Hecquard. Il a bien volontiers accepté de donner suite à notre souhait lors d'un entretien qui constitue la seconde partie de notre numéro. Vous le constaterez, il réfute un certain nombre des dires de M. Hecquard et apporte, par exemple, une explication bien différente sur la question de l'infaillibilité pontificale et de l' « illégitimité » supposée des derniers papes. Pour notre part, nous redisons qu'un tel livre ne pouvait être ignoré du public catholique ; c'est bien là une illustration du but que nous nous sommes fixé depuis plus de cinquante ans : Faire connaître les livres et les auteurs, victimes de la conspiration du silence, quand ils n'ont pas droit de cité dans les milieux de la critique littéraire contemporaine. Malgré tout, il y a tout de même une réalité à laquelle nous ne pouvons échapper et qui nous conduit à envisager avec sérénité cette situation d'apparence inextricable. M. Hecquard le rappelle : « Nous voyons se dérouler sous nos yeux le plan que Dieu a annoncé. Les prophéties servent à rassurer les fidèles lorsqu'arrivent des événements [...] Notre Seigneur lui-même nous encourage à la vigilance et nous donne des instructions dans son sermon eschatologique (Matthieu 24) « Quand vous verrez l'abomination de la désolation décrite par le prophète Daniel » [...] Saint Paul nous avertit que ces prophéties ne doivent pas être méprisées (1 Thess 5,20). Saint Jean interdit de rien retrancher de l'Apocalypse et il nomme " bienheureux " celui qui conservera cette prophétie dans son cœur (Apoc 22,7) ». Puis il achève l'entretien par ces mots : « L'Église revit la passion du Christ. Elle semble morte, éclipsée. Loin de nous troubler, la crise actuelle doit renforcer notre foi. Les prophéties se réalisent. Dieu n'abandonne pas le petit troupeau. Il aura le dernier mot. Il en tirera une plus grande gloire. Nous devons pratiquer la charité entre nous, car les temps sont difficiles. Nos conversations doivent être patientes et douces. Ne craignons pas la lumière. " La vérité vous libérera " (Jo 8, 32) ». À la place que le Bon Dieu nous a réservée dans notre destinée, conservons lui notre confiance et prions avec ferveur pour qu'Il nous aide à ne pas nous égarer vers des chemins qui risquent de conduire à une impasse. Jérôme SEGUIN * Confrontés à ces incertitudes, il nous semble opportun de prendre à témoin, une fois encore, notre cher cardinal Pie, lorsqu'il occupait le siège épiscopal de Poitiers au XIXe siècle (1849-1880). Le 14 janvier 1872, il prononça une homélie, en l'église cathédrale de Poitiers, en la solennité de saint Hilaire, qui fut lui-même évêque de notre ville au IVe siècle, homélie dans laquelle il aborda la question de l'infaillibilité pontificale. Nous y avons relevé ce passage : « Pierre est ici-bas le vicaire, le représentant, la personne continuée du Christ. Et si l'heure de l'agonie sonne de nouveau pour le Christ dans la personne de son vicaire, si le chef de la chrétienté est frappé de mort civile, il y aura pour la terre des commotions, des secousses, des convulsions sans pareilles : car, quelles que soient les dimensions de notre planète, elle n'a point de place pour une telle mort : Movetur terra : capax enim hujus mortui non erat » Extrait des Oeuvres de Monseigneur l'évêque de Poitiers, septième édition, tome VII (H. Oudin & Cie, libraires-éditeurs, 1884).