Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

N°323 Janv 2004 - La repentance

Référence : 65011
Date de parution : 1 janvier 2004
EAN 13 : 00100296
Nb de pages : 28
3.50
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
En stock expédié demain
Voir la disponibilité en magasin

Description
SOMMAIRE
La Repentance. "Pourquoi nous ne demandons pas pardon".
- La lecture de Claude Mouton-Raimbault.
- La lecture de Jacques Villemonais.
La France et l´origine de la tragédie palestinienne, de Philippe Prévost, par Pascal Bernardin.
A propos de la polémique sur la gnose.
Nous avons reçu
Contre-Encyclopédie : Marie-Anne Gauffreau (par Juliette Colange)
TitreN°323 Janv 2004 - La repentance
Auteur LECTURE ET TRADITION
ÉditeurDIFFUSION DE LA PENSEE FRANCAISE
Date de parution1 janvier 2004
Nb de pages28
EAN 1300100296
Épaisseur (en mm)3
Largeur (en mm)148
Hauteur (en mm)210
Poids (en Kg)0.05
Critique du libraire
La Repentance "Pourquoi nous ne demandons pas pardon"
(Actes de l'Université d'été 1999 de Renaissance Catholique)
La lecture de Claude Mouton-Raimbault
Comme le dit Jean-Pierre Maugendre, président de Renaissance Catholique, il s'agit de "défendre l'honneur de l'Eglise". Depuis que le Saint-Père Jean-Paul II s'est lancé dans des actes de repentance, les ennemis de l'Eglise, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur, en ont profité pour essayer d'abattre ses colonnes en reprenant à l'infini les vieux réquisitoires haineux des fameuses Lumières. Ils ressortent l'affaire Galilée, les Croisades, l'Inquisition, la Saint-Barthélemy, les négriers, les méchants Blancs, les pauvres Noirs, les chers Luther et Calvin, les bons Juifs, etc. Tout cela, selon eux, serait le fruit d'un triomphalisme obscurantiste imposé par une culture bien particulière propagée par Rome. "Les adversaires de l'Eglise ont immédiatement senti, signale Michel De Jaeghere, tout ce que l'initiative de Jean-Paul ll avait de fragile, d'imprudent, de dangereux. Et combien il serait facile de la faire aller très au-delà de son objectif initial en la transformant en machine de guerre contre tout l'héritage doctrinal du catholicisme". Eh bien ! Ne fût-ce qu'à cause de cela, Renaissance Catholique dit : "Non possumus".
Ce qui ressort surtout de ce colloque sur la Repentance, c'est que l'intention de Jean-Paul II a été subvertie. En se fondant sur les discours du Saint-Père,
il apparaît que "loin de toute mise en cause unilatérale de l'Eglise, le mot d'ordre (du Pape) est celui d'un pardon mutuel du passé".
(...)