Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Oeuvres religieuses

Référence : 12040
5 avis
Date de parution : 1 décembre 2010
EAN 13 : 0000007120404
Nb de pages : 64
15.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
En stock expédié demain
Voir la disponibilité en magasin

Description
Préface de dom Louis-Marie, o.s.b., abbé de Sainte-Madeleine du Barroux. Composé principalement d´illustrations des oeuvres religieuses de l´auteur, les textes sont en français, italien et anglais.
TitreOeuvres religieuses
Auteur BARRY (Daphné du)
ÉditeurCANTAGALLI (EDIZIONI)
Date de parution1 décembre 2010
Nb de pages64
EAN 130000007120404
Épaisseur (en mm)7
Largeur (en mm)240
Hauteur (en mm)300
Poids (en Kg)0.47
Biographie
Critique du libraire
La courageuse madame Du Barry a fait de la défense (et de la pratique !) du Vrai et du Beau, son cheval de bataille. Elle offre ici pour un prix dérisoire son catalogue d'œuvres religieuses, préfacé par Mgr Wach (supérieur du Christ-Roi) et Dom Louis-Marie (supérieur du Barroux), et c'est un vrai régal pour les yeux, pour l'esprit et pour l'âme. La Vierge du Pollino, le Christ en Croix, Charles de Foucauld, le baptême de Clovis... - Pour info. complémentaire :en 2019 Liana Marabini propriétaire du " Grand Hôtel des Ambassadeurs " à Menton a fait ériger devant son entrée une grande statue de bronze, de Daphné du Barry, intitulée " Notre Dame des Innocents " .
Les avis clients
Conclusion de l'entretien .
5/5 La Nef .
.----. Mais que faire pour réhabiliter une telle vision de l'art dans notre société et dans l'Église catholique? .******. À brûle pourpoint et à l'exemple de Notre-Seigneur face aux marchands du temple, je demanderais d'interdire l'art sacré à celui qui n'a pas reçu de don, afin que sa maladresse ne soit pas une offense à Dieu ! Mais cela risquerait assurément de vider nos églises de ce dont on les a affublés depuis quelques années! Alors peut-être vaut-il mieux commencer par rappeler que l'art est avant toute chose un apprentissage. Vous connaissez le proverbe : « l'oiseau qui veut partir avant de savoir voler tombe à terre! » N'est-ce pas là la principale faute de nombres de sculpteurs qui n'ont pas su, ou pas voulu, se mettre rapidement sous l'égide d'un maître et apprendre en premier lieu le dessin. Il faudrait aussi remettre en perspective l'art et la prière: sans la prière, il n'est point d'art possible et l'art reste avant toute chose une forme de prière. L'artiste doit métamorphoser la terre pour obtenir sa place au ciel. Le sculpteur est là au cœur de sa mission ici-bas, à la fois humble et magnifique. Dieu prend d'avantage en compte l'édification d'une église, d'un monastère ou d'une statue de saint que le pouvoir politique exercé dans une préfecture ! .******. En bref, le sculpteur ne se contente pas de copier la création de Dieu, il la continue et c'est là toute sa grandeur... .******. Oui, en effet ! Pour ma part, je tire mon inspiration de la nature, de cet immense trésor des choses créées. La beauté de la nature est une preuve de Dieu, n'est-ce pas? C'est pourquoi j'utilise toujours des modèles, l'œuvre en devient plus vivante. Mais jamais je ne copie servilement, mon œil est greffé sur mon cœur comme disait Rodin, et c'est ainsi que j'amplifie le modèle. Je tire aussi mon inspiration du monde intérieur de mon âme. Il ne suffit pas, en effet d'être l'élève des maîtres, il faut aussi être l'élève de Dieu. La vertu d'art et les dons innés ne suffisent pas. Il faut que le cœur de l'artiste soit possédé par la grâce, car la première fonction de l'art est d'être le messager de l'Au-delà. Une sculpture doit, pour éviter l'ennui et pour donner la lumière, faire sentir dans sa fonction la présence de Dieu. La présence de Dieu est l'arôme qui empêche l'œuvre d'art de tomber en putréfaction. La mauvaise œuvre d'art est toujours la négation de la présence de Dieu. D'ailleurs ces mauvaises œuvres tombent toujours, peu à peu, en pourriture. C'est pourquoi les artistes d'aujourd'hui ne produisent que des cadavres. .******. Cocteau affirmait que « le malheur de notre siècle est que la bêtise s'est mise à penser ». Cela semble particulièrement vrai en matière artistique? .******. Hélas, oui! Aujourd'hui l'artiste a perdu le monopole du goût dans la société. Ce sont les fonctionnaires de l'art qui décident de ce qui mérite d'être admiré. Or, il faut réapprendre à voir l'homme à travers les héros et les saints. Par mes sculptures, je propose un modèle d'idéal pour que le public se transcende et se familiarise avec la vertu et non la bêtise! Je déteste les personnages crasseux, morbides et décadents. Il faut une bonne fois pour toute ouvrir le ciel et fermer l'égout. .******. Un dernier mot... .******. Si vous voulez comprendre mon œuvre, il vous faut savoir que je ne me borne pas aux formes grecques et romaines. Ces formes constituent une grande partie du beau, mais le beau complet ne peut être que dans la piété de l'âme. Je suis donc d'Athènes, de Rome et de l'Église catholique. [ conclusion d'un entretien dans " La Nef " si vous voulez le lire en entier voir le site de Daphné du Barry ]
Le beau ?
5/5 La Nef .
.----. Vous parlez de beau, voilà qui ferait hurler bon nombre de nos contemporains pour qui le beau ne peut-être que subjectif ! .******. Ah la belle erreur! Saint Thomas d'Aquin préconisait trois conditions pour qu'une chose soit belle et délectable à l'intelligence: en premier lieu, l'intégrité - le fait qu'une chose soit complète, entière, achevée - car l'intelligence aime l'être, puis la proportion et l'harmonie car l'intelligence aime l'ordre et l'unité, enfin la clarté car l'intelligence aime la lumière et l'intelligibilité. Les platoniciens affirmaient que la beauté est resplendissement d'intelligibilité. Autrement dit la beauté est la splendeur du vrai. Certes, la beauté est aussi le parfait perçu par les sens, mais devant une œuvre d'art c'est l'intelligence qui doit jouir à titre principal et la vue à titre secondaire. Le beau est ce qui donne la joie dans le connaître, c'est ce qui exalte et délecte l'âme comme l'a si bien dit le philosophe Jacques Maritain. [ La Nef ]
Au service exclusif du beau .
5/5 La Nef .
.----. Justement, quelle place peut trouver une artiste figurative classique dans le naufrage esthétique de l'art contemporain ? .******. Je pourrai vous répondre en citant Ingres: « Prétendre se passer de l'étude des antiques et des classiques, ou c'est folie, ou c'est paresse. Oui l'art anticlassique, si tant est que ce soit un art, n'est qu'un art de paresseux. C'est la doctrine de ceux qui veulent produire sans avoir travaillé, savoir sans avoir appris; c'est un art sans foi comme sans disciple, s'aventurant privé de lumière dans les ténèbres, et demandant au seul hasard de le conduire là où l'on ne peut avancer qu'à force de courage, d'expérience et de réflexion. » Pour moi tout artiste est au service exclusif du beau, c'est-à-dire au reflet de l'infini dans le fini, à l'incarnation de l'idéal dans le réel. L'art figuratif classique me semble parfaitement servir le beau : il est accessible à la raison et peut donc être proposé à l'intelligence. [ extrait d'un entretien dans " La Nef " ]
Présentation.
5/5 La Nef .
.----. Pourriez-vous vous présenter en quelques mots pour ceux de nos lecteurs qui ne vous connaissent pas ? .******. Je suis née à Arnhem, cité rhénane de l'ancien duché de Gueldre, aux Pays-Bas. Ma première intuition fut de me lancer dans l'étude des langues à l'université de Munich puis à celle de Montreal au Canada. Aussi ma rencontre avec Salvador Dali fut-elle déterminante car elle m'initia au monde de l'art et m'ouvrit un horizon jusque là insoupçonné. Après plusieurs années d'étude de dessin avec le Maître hongrois Akos Szabo à Paris, j'ai rencontré à Florence, Marcello Tommasi, l'un des plus grands maîtres de la sculpture figurative classique en Italie. J'ai eu la chance d'entrer comme élève dans son atelier et de suivre ainsi un enseignement classique sans équivalent. En même temps, je suis entrée à l'Académie des Arts du Dessin de la Cité des Médicis. Cette formation figurative classique se retrouve bien évidemment dans la totalité de mon œuvre sculpturale. [ extrait d'un entretien dans " La Nef " ]
En admiration.
5/5 Jean Saumur (49)
Dans le monde actuel il est presque impossible de trouver des artistes chrétiens !En voila un et de très haut niveau, j'aime beaucoup... ... Serait-il possible d'avoir plus de renseignements sur elle ?