Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

Patries - DVD

Référence : 103459
3 avis
Date de parution : 1 novembre 2015
Auteur : DVD , CARRON (Cheyenne)
EAN 13 : 3760166347766
25.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié aujourd'hui
Voir la disponibilité en magasin

Description
Sébastien et ses parents viennent d'emménager en banlieue parisienne. A son arrivée, il essaie de se faire accepter par un groupe de jeunes issus de l'immigration Africaine. Malgré le rejet qu'il subit, une amitié complexe se noue avec Pierre, un jeune Camerounais en quête d'identité.
Critique du libraire
Où l'on voit toute l'importance de l'enracinement.
Les avis clients
Enracinement interdit !
5/5 https://www.annebrassie.fr/
.----. Après l’Apôtre évoquant la conversion d’un musulman en France, Cheyenne Caron réalise un nouveau film intitulé Patries. Son sujet est l’enracinement interdit aux français comme aux Africains. Sébastien doit quitter son village d’enfance, quitter ses amis et vivre dans une banlieue pour suivre sa mère qui y trouve enfin du travail. Pierre a quitté le Cameroun à 5 ans, à la mort de son père, suivant sa mère qui fuit la guerre , la pauvreté et les traditions trop contraignantes . Les deux jeunes deviennent amis au grand dam de la bande des copains noirs de Pierre dont certains vont cogner le petit blanc. Film dur d’une vérité poignante. Images très belles en noir et blanc ! Et bande son magnifique, avec un chant religieux, Anima Christi dont les paroles révèlent la volonté missionnaire de Cheyenne. Hors de la conversion il n ‘y a pas de salut sur terre. [ Publié le 14 octobre 2015 par Anne Brassié sur son blog ]
Cheyenne-Marie Carron la franc-tireuse
5/5 Valeurs Actuelles 22 oct 2015
"Patries", son nouveau film, évoque des questions aussi chaudes que le racisme anti-Blancs et le déracinement des populations d'origine immigrée. Rencontre avec une cinéaste qui ne recule devant rien. Il y a deux choses que personne ne pourra dénier à Cheyenne-Marie Carron : l'audace et la passion. L'audace, c'est celle qui, après avoir tourné l'Apôtre, un film évoquant les persécutions que doit subir un musulman qui se convertit au catholicisme, lui fait évoquer dans son nouveau film, Patries, sorti le 21 octobre, les clivages ethniques qui traversent la société française, à travers l'itinéraire d'un jeune Français de souche qui, s'installant en banlieue, subit le racisme anti-Blancs, et celui de l'un de ses persécuteurs qui, secoué par cette affaire, en vient à s'interroger sur ses racines africaines. Si Patries n'est pas tout du long convaincant, avec notamment des dialogues parfois maladroits et une seconde partie trop idéologique, le film est de ceux, trop rares, qui donnent à réfléchir sur la France d'aujourd'hui, dont la jeune cinéaste a le courage de regarder en face les plus cruelles fractures. Et la qualité du regard porté sur chacun des protagonistes dont, suivant le précepte de Jean Renoir, elle essaye avec respect de pénétrer les raisons, devrait suffire à l'exonérer - du moins de la part des critiques honnêtes - du soupçon de racisme : "j'ai une amie qui a dû quitter la banlieue à cause du racisme anti-Blancs, le fait d'être une femme n'ayant pas arrangé les choses. Puis je me suis demandé qui étaient ces gens qui rejettent ces petits Blancs, habitants d'un pays qui les a accueillis. Ça me fascinait autant que ça me terrifiait. Je voulais comprendre." D'où la seconde moitié du film, qui cherche à cerner l'origine de cette violence aveugle. "J'ai développé une des causes tout en étant persuadée que ça n'est pas la seule : ce déracinement, ce mal-être, cette honte de gens qui ont dû, à un moment donné, abandonner leur terre. Lorsque, à l'occasion d'un match de football, les jeunes portent des drapeaux étrangers, cela veut dire que, même s'ils le refoulent, inconsciemment ils savent d'où ils viennent. Ils ne viennent pas de nulle part, ils sont d'un lieu qu'eux ou leurs parents ont dû quitter, mais qu'ils partent en eux. C'est sublime, c'est un trésor, mais quand on ne peut pas en prendre soin c'est une force qui peut se retourner négativement." <p align="right">Laurent Dandrieu <a href= http://www.valeursactuelles.com/ target=_blank>www.valeursactuelles.com</a>
Destins croisés !
3/5 Blog " Petrus Angel ".
.----. Il y a, dans le cinéma "à l'arrache" de Cheyenne Carron, quelque chose d'un John Cassavetes au féminin, voire d'une Maïwenn encore confidentielle. Soit les destins croisés de deux ados des cités : l'un, blanc, qui tente de s'intégrer dans un monde inconnu, l'autre, noir, de plus en plus habité par ses origines camerounaises... [ Blog Petrus Angel le 14 septembre 2015 ]