Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

Procidamus ! À genoux, courbons-nous, prosternons-nous devant le Seigneur qui nous a faits !

Référence : 110812
1 avis
Date de parution : 18 octobre 2019
EAN 13 : 9782856524206
Nb de pages : 172
13.50
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié aujourd'hui
Voir la disponibilité en magasin

Description
"Je fléchis les genoux en présence du Père de qui toute paternité, au ciel et sur la terre, tire son nom" dit saint Paul dans la lettre aux Éphésiens (3, 14-15). Ce geste physique d'adoration, est le sujet de ce très dense ouvrage du Père Paul Cocard, qui n'hésite jamais à se placer sur le registre d'une prédication radicale, préconisant même, en l'espèce, la prosternation face contre terre.
Le P. Cocard souligne que cette adoration de l'âme et du corps est pour l'homme la "reconnaissance de sa dépendance métaphysique, ontologique, radicale à l'égard de Dieu comme Créateur". Du point de vue de la prière, elle est l'essence de ce que les spirituels français du XVIIe siècle qualifiaient de religion - le propre de la vertu de religion est de rendre à Dieu le culte d'honneur et de révérence qui lui est dû -, laquelle atteint sa perfection dans la religion de Jésus-Christ, parfait adorateur du Père : "L'adoration et ses gestes sont la porte d'entrée dans la prière et à la base de la relation à Dieu, écrit le P. Cocard. Ils sont plus fondamentaux que la louange, l'action de grâces et la contemplation. Ils sont l'humus de toute prière".
Ainsi, si le P. Cocard prend la peine d'enseigner l'adoration de manière très pratique, ses dispositions et ses gestes, c'est à la manière d'un maître d'oraison. Il affirme qu'il ne peut y avoir de renouveau de l'Église catholique sans un retour, avant tout personnel et privé à l'adoration de Dieu à travers le Christ, et aux gestes adéquats à son égard !
(extraits de la Préface de l'abbé Claude Barthe) 

Voir le mot d'encouragement du cardinal Robert Sarah dans l'onglet suivant.
TitreProcidamus ! À genoux, courbons-nous, prosternons-nous devant le Seigneur qui nous a faits !
Auteur COCARD (Père Paul)
ÉditeurDMM (DOMINIQUE MARTIN MORIN EDITIONS)
Date de parution18 octobre 2019
Nb de pages172
EAN 139782856524206
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)10
Largeur (en mm)130
Hauteur (en mm)185
Poids (en Kg)0.18
Biographie
Critique du libraire
Mot d'encouragement
L'ouvrage du Père Paul Cocard Procidamus ! aborde un sujet essentiel : l'adoration, porte d'entrée dans la prière, avec ses gestes, dont l'agenouillement. Il suffit d'évoquer l'apparition de l'Ange à Fatima pour constater l'importance d'une pédagogie dans ce domaine. Envoyé par Dieu, l'Ange a enseigné aux petits pastoureaux l'adoration en n'hésitant pas à leur montrer les gestes qui l'expriment. Avant les apparitions de la Vierge, au printemps de l'année 1916, l'Ange de la Paix était apparu à Lucie, Jacinthe et François et leur avait dit : "N'ayez pas peur, je suis l'Ange de la Paix. Priez avec moi." L'Ange s'était agenouillé, et il avait touché le sol de son front. Alors, saisis d'une force surnaturelle, les enfants l'avaient imité et avaient répété, après l'Ange, cette prière : "Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je vous aime, je vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, n'adorent pas, n'espèrent pas et ne Vous aiment pas." Puis l'Ange les avait quittés. Au printemps de 1916, à la troisième apparition de l'Ange, les enfants virent que l'Ange, toujours le même, tenait dans la main gauche un calice, au-dessus duquel était suspendue une hostie. Quelques gouttes de sang tombaient de cette hostie dans le calice. Laissant le calice et l'hostie suspendus en l'air, l'Ange s'approcha des enfants et se prosterna à terre, en répétant trois fois cette prière : "Très Sainte Trinité, Père, Fils, et Esprit-Saint, je vous adore profondément et je vous offre le très précieux Sang, Corps, Âme et Divinité de Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles du monde, en réparation des outrages, des sacrilèges, et de l'indifférence par lesquels II est Lui-même offensé ; Et par les mérites infinis de Son Sacré Coeur et par l'intercession du Cœur Immaculé de Marie, je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs." Puis, se relevant, l'Ange prit de nouveau dans ses mains le calice et l'hostie, donna la sainte Hostie à Lucie, et le Sang du calice à Jacinthe et François, qui restèrent agenouillés pendant qu'il disait : "Prenez et buvez le Sang de Jésus-Christ, horriblement outragé par les hommes ingrats. Réparez leurs crimes, et consolez votre Dieu." L'Ange se prosterna de nouveau à terre, en répétant encore trois fois la même prière avec Lucie, Jacinthe et François.
L'Ange de la Paix nous indique donc comment nous devons adorer en fléchissant les genoux en présence du Père de qui toute paternité, au ciel et sur la terre, tire son nom (cf. Ep 3, 14-15).
L'Eucharistie est sacrée, parce qu'elle contient le Sacré par excellence, le Trois fois Saint, ce Dieu qui est Charité, le plus sacré et le plus saints des amours ; ce n'est pas pour rien que l'Eucharistie est appelé le "Sacramentum caritatis". Ainsi, avoir le sens du sacré signifie percevoir cette présence toute spéciale, d'où l'adoration qui lui est due.
Je souhaite donc que ce livre de grande qualité ait la diffusion qu'il mérite auprès des prêtres et des fidèles. 

Robert Card. Sarah
Préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements
Les avis clients
Rendre à Dieu (ce) qui lui est dû...
5/5 Lecture et Tradition .
.----. Préface de l'abbé Barthe. Le Père Cocard est frère de Saint-Jean ("petit gris" comme on les surnomme) et nous a fait plusieurs fois l'honneur de sa présence aux Journées Chouannes(*). Loin du religieusement correct, il n'hésite pas à dénoncer les abus dans l'Eglise et il disserte aujourd'hui sur le geste d'adoration afin de rendre à Dieu le culte d'honneur et de révérence qui lui est dû... [ " Sous les feux de la rampe par M. Savigny dans " Lecture et Tradition " , numéro 102 - nouvelle série , octobre 2019 . Tous les numéros de notre revue - qui parait depuis 1966 - sont présentés sur ce site et le plus souvent encore disponibles ] (*)Chiré organise chaque année , début septembre une " journée chouanne " , en 2020 ce sera la cinquantième .