Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

En raison des vacances, nous serons en effectif réduit jusqu'au 18 août, et serons fermés du 27 juillet au 4 août.

Profil de la nuit - Un itinéraire en poésie 1956-2004

Référence : 9139
2 avis
Date de parution : 10 novembre 2005
EAN 13 : 9782952421423
Nb de pages : 199
35.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié aujourd'hui
Voir la disponibilité en magasin

Description
"Je suis partie au-devant de moi
comme la source au-devant de son cours"

Ainsi commence, à la fin de l'enfance, mon itinéraire en poésie. La poésie, je l'ai choisie comme une voie privilégiée dans laquelle on s'engage pour une navigation au long cours, une ascension au long souffle. Dès Terre Promise, le sort est jeté : l'aventure humaine n'a d'intérêt que si elle se fonde sur la parole. Le "qui suis-je pour l'autre" des premiers poèmes va bientôt devenir le "puis-je être sans l'autre" de Malabata, pour s'achever avec le "pouvons-nous être sans Dieu" du Cœur Révélé. Telles sont les interrogations que le poète est amené à poser selon un questionnement qui lui est propre, se plaisant davantage à restituer quelque chose qui n'est plus ou à recommencer une enfance, qu'à prouver ou démontrer quoi que ce soit. Le contact déchirant avec ce qui ne cesse de s'abîmer dans l'oubli l'érige en guetteur passionné d'une impossible survie, en champion d'un combat contre le temps qui engloutit tout, en chantre d'une épopée où l'homme en peine "des cieux défunts" cherche à traduire ce qu'il ressent au moyen d'une expression qui se veut quelque chose à servir. C'est la raison pour laquelle il emprunte un itinéraire qui n'est pas habituel, afin que les mots du poème s'agencent de façon telle que ce qu'ils signifient les dépasse.  

Armelle Barguillet Hauteloire a commencé à écrire jeune. Dès l'âge de vingt ans, elle publie Terre Promise qui sera remarqué par Pierre Seghers. Suivent Incandescence, Le Chant de Malabata qui sera couronné par l'Académie française, Cantate pour un monde défunt par le prix Renaissance et Je t'écris d'Atlantique par le prix des Cahiers Froissart. En réunissant quelques-uns de ses poèmes les plus significatifs sous le titre Profil de la Nuit, elle démontre combien l'écriture est une démarche intérieure qui s'inscrit dans un itinéraire spirituel : une quête de soi d'abord, une quête de l'autre ensuite, mais davantage, sans doute, une quête de Dieu. 
TitreProfil de la nuit - Un itinéraire en poésie 1956-2004
Auteur BARGUILLET HAUTELOIRE (Armelle)
ÉditeurATELIER FOL'FER (EDITIONS)
Date de parution10 novembre 2005
Nb de pages199
EAN 139782952421423
PrésentationBroché
Largeur (en mm)160
Hauteur (en mm)240
Poids (en Kg)0.33
Critique du libraire
L´auteur, qui a reçu de nombreux prix littéraires (Académie Française, prix Renaissance, prix des Cahiers Froissart), a réuni quelques-uns de ses poèmes les plus significatifs sous le titre ´Profil de la Nuit´. Elle démontre combien l´écriture est une démarche qui s´inscrit dans un itinéraire spirituel : une quête de soi d´abord, une quête de l´autre ensuite, mais davantage, sans doute, une quête de Dieu.
Les avis clients
Prix Renaissance de Poésie 1993
5/5 Renaissance des Hommes et des Idées
.----. Lauréate du Prix Renaissance de Poésie 1993, Armelle Barguillet Hauteloire a réuni dans ce livre ses poèmes les plus significatifs. C’est un chemin de lumière, un itinéraire spirituel, une quête de Dieu. [ Renaissance des Hommes et des Idées, n° 219, septembre-octobre 2006 ]
Vaut d’être savouré et médité.
3/5 Rivarol .
.----. Le démon (dans le sens socratique du terme) de l’écriture a tôt saisi Armelle Barguillet Hauteloire. Son premier recueil de poèmes, Terre Promise, date de ses vingt ans. Dans la suite, des spicilèges poétiques remarqués par la critique et couronnés de plusieurs prix : Incandescence, Le Chant de Malabata, Je t’écris d’Atlantique et Cantate pour un monde défunt. Sans compter, aux éditions Clovis, des ouvrages pour la jeunesse et un essai sur Proust (un second, Proust et le miroir des eaux – joli titre ! – est annoncé aux Editions de Paris). Le présent recueil, sous-titré Un itinéraire en poésie, rassemble les textes les plus significatifs écrits entre 1956 et 2004. Il permet de mesurer l’élévation de la pensée et la profondeur de la quête, quête de soi, de l’autre (des autres), de Dieu enfin qui lui donne son sens. Tout du long, un souffle, une vibration. Un rythme parfois haletant que permet l’usage du vers libre et qui rappelle parfois le verset claudélien. Une ferveur qui faisait écrire à Jean Guitton, à propos du Chant de Malabata : « J’ai cru relire le Cantique des cantiques que j’ai tant admiré, aimé. Avec des accents neufs, plus intimes encore. » Si la poésie contemporaine hésite entre pédantisme abscons et mièvrerie, si elle est, pour cela même, réduite à la portion congrue dans les catalogues d’éditeurs et boudée par le public, Armelle Barguillet Hauteloire a l’immense mérite de lui redonner une âme. Elle renoue avec la création au sens le plus noble, consciente que l’expérience poétique et l’expérience mystique entretiennent entre elles des liens de parenté. Car, dit-elle, « on crée moins pour faire une oeuvre que pour être dans la Création. » Voilà pourquoi Profil de la nuit vaut d’être savouré et médité. [ P.-L. MOUDENC dans Rivarol du 21 avril 2006 ]