Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Salan, délégué général en Algérie - La fin de l´illusion

Référence : 28299
1 avis
Date de parution : 1 mars 2010
Éditeur : L´ESPRIT DU LIVRE
EAN 13 : 9782915960785
Nb de pages : 106
16.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié à partir du 17 juin
Voir la disponibilité en magasin

Description
Après l'investiture de De Gaulle comme président du Conseil, le général Salan est confirmé dans ses fonctions de délégué général du gouvernement en Algérie. Pendant quelques mois, il s'efforce de poursuivre la lutte contre la guerre subversive du FLN, en l'appuyant par les réformes qu'avait initiées le ministre Robert Lacoste avant le 13 mai 1958. Il s'agit de multiplier les signes de l'intégration de l'Algérie dans la France métropolitaine par la réforme des collectivités territoriales, par le collège électoral unique, par le vote des femmes musulmanes et enfin par l'élection des députés. Seule une politique dynamique de développement économique pourra faire reculer la pauvreté et permettre l'émergence d'une "nouvelle élite" musulmane attachée à la France. Mais le gouvernement ne le suit pas.
C'est ce que révèlent les archives du général Salan, au travers desquelles on assiste à la rapide distorsion entre les objectifs officiels du délégué général et les ambiguïtés de l'entourage du chef du gouvernement. N'ayant qu'une interprétation restrictive de la notion d'intégration, De Gaulle modère en effet le succès des grandes consultations populaires.
Enfin le général Salan comprend que le Plan de Constantine, objet médiatique pour le gouvernement, ne portera jamais ses fruits, faute d'être financé entièrement.
On voit ainsi le début d'un drame, la fin " de l'illusion " dont Salan se faisait le champion.  
Jacques Valette est agrégé de l'Université, docteur ès-Lettres et professeur honoraire des Universités. Spécialiste de l'histoire de la colonisation et de la décolonisation, il est notamment l'auteur de Le 13 Mai du général Salan, La guerre d'Algérie du général Salan, et 1945: le général Salan dans le piège indochinois (L'Esprit du livre éditions).
TitreSalan, délégué général en Algérie - La fin de l´illusion
Auteur VALETTE (Jacques)
ÉditeurL´ESPRIT DU LIVRE
Date de parution1 mars 2010
Nb de pages106
EAN 139782915960785
Épaisseur (en mm)12
Largeur (en mm)155
Hauteur (en mm)233
Poids (en Kg)0.17
Les avis clients
Abandon des promesses et des fraternisations du 13 mai.
3/5 France Catholique.
.----. Poursuivant ses recherches dans les archives privées du général Salan, le professeur Valette survole le 2ème semestre de 1958 où Salan exerça les pouvoirs civils et militaires en Algérie, conformément aux pleins pouvoirs qui lui avaient été conférés par Pflimlin le 13 mai et confirmés par le général de Gaulle les 6 et 9 juin. Tenu pour un général républicain, militaire avant tout, expert en renseignement et ayant l’expérience de la guerre révolutionnaire en Indochine, le général Salan s’applique d’abord à intensifier la guerre contre la rébellion, conformément aux directives qu’il reçoit de Paris, et malgré l’insuffisance des effectifs militaires qui lui sont consentis. Sur le plan politique, il est contrôlé par René Brouillet, nommé Secrétaire général aux Affaires algériennes, dont le directeur de cabinet est Bernard Tricot. Tous deux ont servi en Tunisie et connaissent mal les réalités algériennes. Tricot est même connu comme un partisan de l’indépendance. Quant au général de Gaulle, hostile à l’intégration, il n’admet pas qu’une politique lui soit imposée par Alger ; il désavoue en particulier les prises de position du Comité de salut public (CSP), qui le 3 juin a souhaité l’élimination des partis politiques, puis s’est opposé aux déclarations de la SFIO en faveur de la négociation. Le 14 octobre, de Gaulle impose que les militaires démissionnent des CSP. Entre temps, le général Salan a contribué au succès du referendum du 26-27 septembre, marqué en Algérie par 96% de votes positifs. Mais il est conscient du fait qu’il s’agit d’un chèque en blanc à la personnalité du général de Gaulle, comportant l’interdiction de prendre parti pour une solution politique. Il écrit cependant au général de Gaulle en soulignant l’ambiance de fraternité qui a règné dans toute l’Algérie (lettre manuscrite). Les élections législatives du 28 novembre confirment le succès total des partisans de l’intégration, alors que Paris aurait souhaité des candidats d’une troisième force. Le Délégué général soutient activement le développement économique et social de l’Algérie, en particulier par des travaux d’intérêt local. Cependant il est tenu à l’écart du plan de Constantine, lancé le 1er décembre, dont il estime le financement insuffisant. Le drame vécu par le général Salan est donc celui d’un échec annoncé. L’illusion, largement partagée par les milieux militaires et civils en Algérie, était que le général de Gaulle allait rallier les musulmans à l’intégration de l’Algérie dans la France, considérée comme une révolution sociale et humaine. On assiste en réalité à l’abandon des promesses et des fraternisations du 13 mai. [Maurice Faivre dans la " FranceCatholique " du jeudi 22 avril 2010 ]