Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

En raison des vacances, nous serons en effectif réduit jusqu'au 18 août, et serons fermés du 27 juillet au 4 août.

Supprimons les juges d´instruction. Pour comprendre la réforme Sarkozy

Référence : 46354
Date de parution : 1 avril 2010
Auteur : PRADES (Pierre)
Éditeur : CEP (EDITIONS)
EAN 13 : 9782916526089
Nb de pages : 116
14.50
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
En stock expédié demain
Voir la disponibilité en magasin

Description
Le titre est saisissant, le propos sans concession. C'est le point de vue d'un ancien Procureur de la République. Il s'attaque de front à un problème qui divise les magistrats et que Nicolas Sarkozy a qualifié de "ré forme du Quinquennat". Le moment est-il venu de réformer le système judiciaire ? L'auteur propose des changements structurels profonds.
Malgré la gravité du sujet, son livre n'est ni triste, ni morose. 
Pierre Prades a exercé les fonctions de juge des Enfants, juge d'instruction, Procureur de la République et a terminé sa carrière en qualité de conseiller à la Cour d'Appel de Paris. Il est chevalier de l'ordre national du mérite et officier de la Légion d'Honneur.
Il a déjà Publié "
Ils ont tué le poète" (sur A. Chénier), "Les secrets du juge d'instruction", "L'auberge du bon accueil", "Qu'elle est belle l'Algérie", "Vive le Procureur de la République".
TitreSupprimons les juges d´instruction. Pour comprendre la réforme Sarkozy
Auteur PRADES (Pierre)
ÉditeurCEP (EDITIONS)
Date de parution1 avril 2010
Nb de pages116
EAN 139782916526089
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)80
Largeur (en mm)150
Hauteur (en mm)210
Poids (en Kg)0.19
Critique du libraire
Pierre Prades a exercé les fonctions de juge des enfants, juge d´instruction, Procureur de la République et a terminé sa carrière à la Cour d´Appel de Paris.