Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

Tocqueville, une certaine vision de la démocratie

Référence : 33977
1 avis
Date de parution : 1 janvier 2006
EAN 13 : 9782747598125
Nb de pages : 304
25.50
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié aujourd'hui
Voir la disponibilité en magasin

Description
"La liberté est la première de mes passions" a écrit Alexis de Tocqueville. Il passera sa vie à la défendre.
Une lecture transversale de l'oeuvre de Tocqueville a permis de mettre en évidence les éléments qu'il considérait comme essentiels pour le bon fonctionnement et le maintien d'un régime démocratique.
Dès le début de sa carrière, il a perçu les grands bouleversements politiques qui animeraient le monde et compris que malgré la Restauration et la Monarchie constitutionnelle de 1830, le sentiment de l'égalité entre les hommes l'emporterait en France et qu'une République y serait mise en place.
C'est lors de son voyage en Amérique, avec son ami Gustave de Beaumont, en 1831 et 1832, qu'il a construit sa conception de la démocratie qu'il expose tout au long de ses différents ouvrages mais plus particulièrement dans la Démocratie en Amérique
Pierre Gouirand, Docteur d'État ès-Lettres (histoire), Docteur en Philosophie, Conseiller Honoraire de la Banque de France, Conseiller Économique et Social de la Région PACA, a fait l'essentiel de sa carrière dans le Tourisme. Il est l'auteur de nombreux articles, de différents ouvrages d'Économie et de Sociologie du Tourisme, et d'un livre
d'histoire de la Philosophie sur Aristippe de Cyrène
.
TitreTocqueville, une certaine vision de la démocratie
Auteur GOUIRAND (Pierre)
ÉditeurL'HARMATTAN (EDITIONS)
Date de parution1 janvier 2006
Nb de pages304
EAN 139782747598125
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)23
Largeur (en mm)135
Hauteur (en mm)215
Poids (en Kg)0.39
Critique du libraire
Eléments que Tocqueville considérait comme essentiels pour le bon fonctionnement et le maintien d'un régime démocratique.
Les avis clients
Tocqueville s'était trompé ...
5/5 Lectures Françaises / 1971 .
.----. M. Ploncard d'Assac écrit, à propos cette fois de Tocqueville qui croyait que la démocratie, après avoir vaincu les rois, ne reculerait pas devant les bourgeois et les riches : " Tocqueville s'était trompé. La démocratie a bel et bien reculé devant les riches, ou plus exactement, ils l'ont achetée. Ils ont acheté les votes, les consciences, les idées. Tout dépendant de l'opinion, ils ont acheté les moyens de fabriquer l'opinion. Il n'est plus resté de la démocratie qu'un mécanisme de désignation des dirigeants, mais les Forces occultes et la Fortune Anonyme et Vagabonde font jouer le mécanisme à volonté. La Féodalité s'est naturellement reconstituée puisqu'avait disparu le Pouvoir indépendant qui, jadis, l'avait jugulée. Groupes de pression, coalitions d'intérêts, forces bancaires, c'est sous cent formes diverses que s'est reconstituée la pire des féodalités, celle de l'Argent qui ne reconnait aucun devoir, aucune fonction sociale, parasite pur de la société, " fleur du mal du pire capitalisme ". ( numéro 169 - mai 1971 ).