Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

Un homme fini

Référence : 97563
Date de parution : 1 janvier 1923
Éditeur : PERRIN ET CIE
EAN 13 : 0000000975636
Nb de pages : 316
15.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
En stock expédié demain
Voir la disponibilité en magasin

Description
PERRIN ET CIE (EDITIONS). 1923. 250 g - 12 cm * 18 cm - 316 pages. traduit de l'italien par Henry Chazel. Avec une introduction de Paul Guiton avec un portrait de l'auteur. Etat : vieilli, tâches en page de garde, marque de pli en 1ère de couverture, écorné, haut et bas du dos un peu déchirés Article d'occasion, vendu dans la limite des stocks disponibles.
TitreUn homme fini
Auteur PAPINI (Giovanni)
ÉditeurPERRIN ET CIE
Date de parution1 janvier 1923
Nb de pages316
EAN 130000000975636
PrésentationRelié
Épaisseur (en mm)22
Largeur (en mm)120
Hauteur (en mm)185
Poids (en Kg)0.25
Critique du libraire
" Est-il décent d'écrire son autobiographie à l'âge de trente ans ? C'est précisément à cet âge, en 1911, que Giovanni Papini commence à rédiger Un homme fini. Achevé en 1912, ce livre singulier paraît à Florence au début de l'année suivante. Faut-il considérer Un homme fini comme une autobiographie culturelle ? Et si tel était le cas, ce projet peut-il justifier à lui seul le livre ? Sans doute Un homme fini relève-t-il en partie de ce genre, mais ses enjeux et les ambitions de Papini vont bien au-delà. On ne saurait, autrement, expliquer le succès de ce livre qui a été tenu, à juste titre, pour le miroir d'une génération. Un homme fini est le roman d'une quête identitaire qui s'appuie sur la constatation d'un échec. Celui-ci est, paradoxalement, le point de départ du récit et non pas sa conclusion. L'échec d'un homme qui se sentait appelé à une vocation prophétique et qui constate, en lui-même et autour de lui, la faillite de son rêve messianique, plus que prométhéen, de diviniser l'homme, de le transformer, par la pensée, par l'art en homme-dieu. En filigrane on lit l'idéologie du surhomme de Nietzsche, qui n'épuise pourtant pas le projet de Papini. C'est la faillite d'une pensée abstraite, désincarnée. Un homme fini est une autobiographie existentielle, le récit d'une aventure de l'esprit où seuls comptent les constructions, les errements, les enthousiasmes et les mirages de la pensée.