Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

Un zouave, place Pigalle - Destins croisés Oran - Varsovie - Paris - Roman

Référence : 42464
2 avis
Date de parution : 15 mai 2008
Collection : XENOPHON
EAN 13 : 9782952766340
Nb de pages : 270
22.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié à partir du 15 avril
Voir la disponibilité en magasin

Description
En février 1934, dans le soir qui tombe sur Oran, un vieil homme vit les dernières heures de sa vie. Sa vie et celle de toute une famille qui a commencé bien des années plus tôt en Pologne, a continué dans le Paris de la Commune, et s'est poursuivie en Algérie française.
Le roman de Georges Clément est, par la richesse des personnages et l'irruption de périodes politiques fertiles en rebondissements, une sorte d'Autant en emporte le vent à la française. Des hommes et des femmes durs à la tâche, parfois tendres en amour, des événements propres à révéler les âmes et les coeurs. Un zouave, place Pigalle est une histoire terrible où le rêve (et quelques cauchemars aussi) passe.
Au soir de sa vie, dans cette ville d'Oran où il s'éteint apaisé, le vieil homme, pour la première fois peut-être, peut se reposer. Avec le sentiment du devoir accompli... Le début sans doute d'une véritable saga.  

Georges Clément est né à Oran en 1944, dans ce qui était alors le département français du même nom. Il prit le bateau de l'exil en Juin 1962 et entama, après l'obtention d'un diplôme de l'Ecole Supérieure de Commerce, une carrière de consultant. Ses activités littéraires débutèrent au milieu des années quatre-vingt, parallèlement à un approfondissement historique de la période de la Révolution et de l'Empire en assistant aux conférences de Jean Tulard à la Sorbonne.
TitreUn zouave, place Pigalle - Destins croisés Oran - Varsovie - Paris - Roman
Auteur CLEMENT (Georges)
ÉditeurATELIER FOL'FER (EDITIONS)
Date de parution15 mai 2008
Nb de pages270
CollectionXENOPHON
EAN 139782952766340
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)20
Largeur (en mm)140
Hauteur (en mm)200
Poids (en Kg)0.32
Biographie
Georges CLEMENT (1944 - )
Georges CLEMENT (1944 - ) Né le 7 juillet 1944 à Oran, alors préfecture du département d'Oran. Fondateur d'une société de consulting international.
Poète, chroniqueur politique, romancier. 
Voir plus
Critique du libraire
Ce roman retrace une épopée familiale qui a commencé en Pologne au milieu du XIXe siècle, s´est continuée à Paris au moment de la Commune et s´est poursuivie en Algérie française (en 1898) pour s´achever à Oran en 1934. Fertile en rebondissements qui suivent les mouvements des événements politiques de l´époque, c´est une sorte d´Autant en emporte le vent à la française.
Les avis clients
Saga d’une famille .
5/5 Renaissance des Hommes et des Idées
.----. Ce roman nous conte l’histoire d’un vieil homme qui vit les dernières heures de sa vie dans le soir qui tombe sur Oran en février 1934. C’est la vie de toute une famille qui a commencé bien des années plus tôt à Varsovie, continuée dans le Paris de la Commune et s’est poursuivie dans l’Algérie française. A travers ces personnages et l’irruption de périodes politiques fertiles en rebondissements, l’auteur nous fait revivre la saga d’une famille parmi tant d’autres qui ont peuplé cette terre d’origine chrétienne. Un très beau roman plein de vérité. [ Signé : Henri Astruc dans " Renaissance des Hommes et des Idées ", n° 244, novembre 2009 ]
Pologne , Napoléon III ,Oran .
5/5 L'Algérianiste .
.----. Son titre pourrait promettre la saga d’un zouave à Paris, alors que la lecture de ce livre révélera plutôt les faits historiques de la Pologne vers la fin du XIXe siècle, déchirée entre la Russie, l’Autriche et la Prusse, puis de la vie politique de l’empereur Napoléon III et du Second Empire jusqu’à sa chute en 1870. L’auteur prend à témoin un vieil homme, Ladislas Waldlewsky, qui a traversé ces époques et qui va mourir à Oran au soir du 10 février 1934. Il revoit dans son délire sa petite enfance en Pologne, puis son exil dans le Paris populaire et révolutionnaire du XIXe siècle, entre Belleville et Montmartre. Si les faits historiques relatés ne manquent pas d’intérêt, on peut regretter que la vie du vieil homme, qui s’arrête à Oran, ne soit pas plus impliquée dans les faits de ces époques troubles et passionnées. [ Signé : Georges Mercier dans " L’algérianiste ", n° 124, décembre 2008 ]