Saint Vincent de Paul et la politique
SALEM-CARRIERE (Yves-Marie)
15.00 €
Disponible en stock
Il y a une politique divine. Dans la conclusion de son Discours sur l'histoire universelle, Bossuet attire l'attention du Dauphin sur cette vérité cardinale : "Souvenez-vous, Monseigneur, que ce long enchaînement des causes particulières qui font et défont les empires, dépend des ordres secrets de la Divine Providence. Dieu tient du haut des cieux les rênes de tout les royaumes; il a tous les cœurs en sa main: tantôt il retient les passions, tantôt il leur lâche la bride, et par là il remue tout le genre humain."
Saint Vincent de Paul a été dans le temps et demeure pour l'éternité l'un des saints instruments dont Dieu s'est servi pour tenir "les rênes des royaumes". Oui, saint Vincent, l'apôtre des pauvres avait une politique : celle de Jeanne d'Arc, Dieu premier servi. M. Vincent est intervenu directement dans le cours des événements lors du dénouement de la Fronde, dans certaines questions de politique étrangère qui supposaient l'emploi de la force armée - la lutte contre l'islam et le sort de la catholique Pologne, déjà. Il a pesé moins visiblement, quoique d'un poids peut-être plus grand encore, sur la vie de notre pays en lançant des femmes - les Dames et les Filles de la Charité - par les rues et les chemins du monde entier pour soulager les pauvres, soigner les malades, recueillir les enfants abandonnés. Par l'intermédiaire de saint Vincent, Dieu a rappelé aux hommes qu'aucune société ne tient qui écrase les pauvres et les opprimés, qu'aucune politique ne vaut qui refuse le règne social de son Fils.