Il était une fois Céline
DEBRIE (Nicole)
22.90 €
Disponible en stock
L'originalité de ce livre est d'explorer une dimension jusque là ignorée de l'oeuvre célinienne : ses résonnances psychanalytiques.
Il ne s'agit pas d'une psychanalyse appliquée à une oeuvre qui ne peut, en aucun cas, être considérée comme un document psycho-pathologique ; nous voyons que cette oeuvre s'éclaire dès que l'on saisit que Céline s'est employé à "faire parler l'homme muet".
Romancier, poète, polémiste, chroniqueur, Céline n'a pas seulement redonné du corps à un langage exsangue - à tel point que ceux là même qui veulent l'ignorer usent de ses expressions - Il a renouvelé le Tragique Antique créant un tragique impersonnalisé des entrailles, de la peau et de tout ce qui s'y enferme ; tandis qu'il mettait en sketches et en chansons - avant Boris Vian - les conflits politiques de son époque. De la sorte, la supposée "incohérence" de Céline relève, en réalité, de la polyphonie que tout analyste entend chez son analysant : faite de ces ruptures de ton, de registre, de cet entremêlement de conflits : voilà ce que Céline invente d'exprimer, sans plus s'encombrer de logique formelle et visuelle.
"La littérature doit être en avant de la psychanalyse et non en arrière" affirme-t-il, en écho à ce jugement de Freud : "Les poètes et romanciers sont de très précieux alliés (.) ils sont dans la connaissance de l'âme, nos maîtres à tous".
Céline enrichit la sensibilité analytique dès lors qu'on le lit en abandonnant les grilles idéologiques ou psychiatriques qui ont occulté le sens de son oeuvre.