Le Nationalisme est il un péché ?
BERGER (Amiral Michel)
6.00 €
Disponible en stock
"La question nationale remplace aujourd' hui la question sociale au coeur du débat politique français", affirme le sociologue Alain Touraine. Et dans ce débat, il faut bien le dire, le nationalisme fait figure d'accusé. Certes, tous ne l'assimilent pas à l'une des figures modernes du Mal absolu, ni à l'une des manifestations sataniques, mais le plus modéré des lieux communs sur le nationalisme voit cependant en lui la transformation d'un attachement
naturel et légitime en une passion exclusive devenant l'unique source des valeurs et des normes. Il faut donc lever l'équivoque qui pèse sur le terme de "nationalisme" et définir le nationalisme français, doctrine politique donnant à l'intérêt national la priorité sur les intérêts particuliers mais non sur la morale et le droit. La clef d'un sain nationalisme est dans l'alliance profonde du "politique d'abord" de Maurras et de "Dieu premier servi" de Jeanne d'Arc. Qui ne voit alors combien une saine doctrine nationaliste est aujourd'hui nécessaire face aux problèmes posés par la présence étrangère en France et l'intégration européenne, face à la menace mondialiste, face aux ravages du laïcisme, si l'on veut "que France, que Chrétienté, continue".