De la prudence - La plus humaine des vertus
DE CORTE (Marcel)
13.50 €
Disponible sous peu
L'homme est fait pour être heureux, pour obtenir le bonheur, la béatitude éternelle qui consiste dans la vision de Dieu face à face, béatitude qu'il doit rejoindre par les actes de la vie présente. Pour l'aider à obtenir cette fin, il faut que des habitus spécifiques viennent aider nos facultés à ordonner nos actes selon la droite raison, c'est l'objet des vertus cardinales. La volonté en tant qu'elle est soumise aux passions devra être confortée par les vertus de force et tempérance, en tant qu'elle entre en relation avec autrui, elle devra être régulée par la vertu de justice. Mais comme tout acte humain est indissolublement le fruit de l'intelligence et de la volonté, la bonté morale de nos actions et donc leur valeur surnaturelle requiert un habitus propre pour régler l'activité directrice de la raison dans l'accomplissement du bien, la prudence n'est rien d'autre que cet habitus. Elle est donc, avec la force, la tempérance et la justice, une vertu cardinale, c'est même la principale car selon saint Thomas d'Aquin : "elle est la vertu la plus nécessaire à la vie totale de l'homme". 
Marcel De Corte (1905-1994) est l'un des quatre grands philosophes thomistes de langue française du XXè siècle représentatif d'un courant idéologique, qui remet en cause les évolutions et transformations sociales nées de la Révolution française qui ont abouti à notre société dite "moderne". L'égalitarisme, l'urbanisation, la mondialisation, ou encore le marxisme sont pour lui autant de manifestations de désintégration sociale et morale de l'Homme, refusant de façon suicidaire la condition naturelle qui lui est appropriée.