1988 : Le schisme introuvable
SIMOULIN (Abbé Michel)
5.00 €
Disponible en stock
Depuis un certain temps, quelques déclarations de cardinaux, de prélats, ou des études faites par des prêtres qui ne sont pas traditionnalistes, notamment par cet Abbé Murray qui a soutenu une thèse à Rome, ont fait resurgir cette question des sacres de 1988, et il est bon de nous ressouvenir un peu des circonstances qui ont amené Mgr Lefebvre à cette décision grave et même héroïque de sacrer quatre évêques. Ces sacres ne doivent pas être considérés comme un évènement accidentel, dans la vie de Mgr Lefebvre ; ce n'est ni un coup de tête, ni un accès de mauvaise humeur ou je ne sais quoi. cet évènement est à considérer dans la continuité, comme un acte majeur, décisif, ultime, de cette croisade qu'il a inaugurée le 1er novembre 1970 avec la bénédiction de l'Eglise, avec la bénédiction de Rome, "pour la continuité du sacerdoce et de la Messe catholique". C'est ce qu'il a fait et qui , au terme de toute une épopée, s'est conclu avec la ferme intention de donner à l'Eglise des évêques. Non pas pour remplacer, mais pour continuer la prédication de notre foi catholique ; non pas pour faire une autre Eglise, mais, "pour la continuation de la Foi catholique de toujours, pour prêcher Notre Seigneur Jésus-Christ au monde entier, la Croix, le Saint Sacrifice de la Messe, prêcher la nécessié de la grâce, donner à l'Eglise des prêtre capable de faire la même prédication que Notre Seigneur Jésus-Christ, prêcher la bonne, vraie, saine, sainte doctrine catholique et pour célébrer le saint Sacrifice de la Messe en tant que sacrifice propitiatoire pour le pardon des péchés de toute l'humanité."
Il faut donc considérer cet acte de 1988 comme l'aboutissement de tout un combat inauguré en 1970, qui a connu bien des difficultés et des malheurs, mais qui a conduit et même contraint Mgr Lefebvre à cet acte héroïque.