Les ariens du quatrième siècle
NEWMAN (Card John Henry)
28.20 €
Disponible en stock
Ce premier ouvrage de Newman, publié en 1833, trouve une grande partie de son intérêt dans la personnalité de son auteur. Appelé à devenir le catholique le plus célèbre de l'Angleterre victorienne, celui-ci est alors encore anglican et commence à s'affirmer comme le principal dirigeant du Mouvement d'Oxford.
Dans son étude, sur l'arianisme, il réserve une place importante aux origines de cette hérésie et aux méthodes d'enseignement de l'école d'Alexandrie, avant de retracer les principaux épisodes et les diverses querelles dogmatiques qui ont bouleversé l'empire romain au IVe siècle. Mais il ne se borne pas à une présentation historique et théologique de l'arianisme. Même s'il lui faudra attendre 1841 pour être convaincu que l'Église catholique romaine est le seul prolongement légitime de l'Église des Pères, il explore déjà des problèmes qui dépassent le cadre historique du IVe siècle et qui l'éloignent de certains principes protestants.
Ainsi, il dénonce le danger du libéralisme et du rationalisme, il insiste sur les devoirs spirituels mais aussi politiques du clergé, il proclame la nécessité de s'appuyer sur la tradition, il explique et défend des précautions et des procédés comme la réserve ou l'allégorie rendus nécessaires dans la transmission des mystères sacrés par les limites de la parole humaine et le risque d'une révélation trop hâtive. De telles analyses devraient retenir l'attention non seulement des théologiens et des historiens, mais aussi de tous ceux qui s'intéressent au Mouvement d'Oxford, à l'élaboration de la pensée de Newman et à la renaissance du catholicisme en Angleterre.
Ce livre aussi varié que stimulant n'avait jamais été édité en français. Ses deux traducteurs, Michel Durand et Paul Veyriras, sont l'un et l'autre professeurs à l'Université lumière - Lyon 2. Par leur enseignement et leurs travaux de recherche (doctorats d'État, articles, communications) ce sont des spécialistes de la littérature et des idées de l'Angleterre victorienne. M. Durand est, en particulier, l'auteur d'une thèse sur l'essor du roman victorien des premiers siècles chrétiens, consacrée surtout à Newman et à l'analyse de son roman historique Callista, récit du IIIè siècle.