Laennec face à l´Ankou
CORLAY (Janig)
15.00 €
Disponible en stock
Janig Corlay, pseudonyme choisi en souvenir de Corlay (Haute-Cornouaille) d'où sa famille est originaire depuis le XVIe siècle. Ayant la vocation d'infirmière, reçue diplômée d'Etat, Janig Corlay dirige à 22 ans le dispensaire antituberculeux de Quintin. A l'époque c'est à bicyclette qu'elle parcourt en toutes saisons le large secteur dont elle a la charge pour dépister la tuberculose : faire soigner les malades, placer les enfants en préventorium, après avoir décelé dans son modeste laboratoire le terrible BK. La vie pitoyable et magnifique de Laennec, par le Docteur Duclos, qu'une amie infirmière, Gaît de Kercadio, lui offrit, toucha d'autant plus Janig Corlay que cette collègue mourait de tuberculose peu après.
Notre infirmière bretonne consacrait ses loisirs à parfaire sa culture celtique. Et lorsqu'en 1939, elle épouse Herry Caouissin, secrétaire de l'abbé Y.-V. Perrot, fondateur du Bleun-Brug, elle est prête à l'épauler dans ses activités sous le signe Feiz ha breiz (Foi et Bretagne), avec notamment l'illustré Ololê et les éditions culturelles pour les jeunes et les familles de Bretagne, la naissance d'un cinéma breton : Brittia-Films. En 1950, elle publie Le Paradis Breton imagé par R.Micheau-Vernez et préfacé par Dom Colliot, abbé de Landevennec. En collaboration avec son mari, deux romans pour la jeunesse : Le Glaive de Lumière, et Gonéri, le filleul de Cadoudal, ce dernier illustré par le célèbre dessinateur Le Rallic.