Ils ont acheté la presse - Pour comprendre enfin pourquoi elle se tait, étouffe ou encense
DORMANN (Benjamin)
23.00 €
Disponible sous peu
"Pourquoi la presse française n'a-t-elle rien dit avant ?" s'est-on interrogé quand l'affaire Dominique Strauss-Kahn a éclaté.
La presse d'opposition est heureuse de recevoir des centaines de millions de subventions de Nicolas Sarkozy, mais est en campagne pour empêcher sa réélection. De ce fait, les journalistes militent plus qu'ils n'informent, reproduisant avec complaisance des scénarios mis en scène par des communiquants, renonçant souvent à faire la moindre enquête ou la menant avec des présupposés.
De plus, cette presse se vend progressivement à des financiers dits "de gauche", oubliant que dans la presse, comme ailleurs, des financiers restent des financiers. En suivant notamment de près la reprise du Monde par Matthieu Pigasse et la gestion du Nouvel Observateur par Denis Olivennes, on découvre, étonnés, ses connivences, son opacité, et les coulisses d'une presse embourbée dans ses contradictions et ses mensonges.
Si ce 4e pouvoir a aujourd'hui renoncé à jouer son rôle, c'est qu' il a accepté de frayer avec ce 5e pouvoir que l'on découvre ici : celui des réseaux mondialisés, mêlant hommes d'affaires, financiers, médias et politiques, agissant et décidant dans la coulisse, en toute discrétion, parallèlement à nos structures démocratiques devenues impotentes.
Une enquête fouillée de plus de deux ans, un voyage édifiant et instructif dans l'envers du décor, où l'on croise les membres du Siècle, le plus grand groupe d'influence français, le Young Leader Arnaud Montebourg , le Bilderberger Manuel Valls, ou le German Marshall Fund, financeur américain de Terra Nova, fondation initiatrice des primaires du Parti socialiste. et où l'on découvre les stupéfiantes conditions de la nomination du parfait inconnu Herman Van Rompuy à la présidence du Conseil européen.
Pour découvrir ceux qui nous manipulent, nous désinforment et veulent nous faire prendre des vessies pour des lanternes. 

Benjamin Dormann a été journaliste dans la presse financière, trésorier d'un parti politique "divers gauche" et candidat à des élections européennes et législatives.
Diplômé d'un MBA en finance de l'université de Chicago, il est depuis quatorze ans associé d'un cabinet de consultants independants, spécialisé en gestion de risques et en crédit aux entreprises, et executive chairman d'une structure internationale active dans trente pays.