L´androgyne un poison mortel de la Gnose et son dernier produit : Le Gender
PHAZAËL
7.00 €
Disponible sous peu
Le réveil de certains dormeurs du milieu de la tradition a eu lieu depuis quelques mois à propos de la théorie du gender, imposée récemment par l' administration chargée par la république des Jules de transformer en zombie les petits enfants nés dans l'hexagone.
Or depuis 15 ans. Phazaël signait dans le bulletin "Sous la Bannière" une série d'articles sous le titre l'Androgyne. Y était notamment relatée la "conférence de Pékin", tenue du 30 août au 15 septembre 1995, en présence de 181 pays sous la férule de l'ONU : avec pour objectif "l'abolition des genres (masculin et féminin) entraînant l'identité sexuelle".
Des gens de la tradition s'étonnent aujourd'hui de voir apparaître, à l'éducation (dite) nationale, des programmes imposant aux enfants qui lui sont soumis, la théorie du GENDER.
Il serait temps de se réveiller ; et de renvoyer à leurs sacristies les mauvais plaisants qui ont publié des livres minables pour prétendre que la gnose n'existe pas ! Au moment où elle nous saute à la figure avec des instances internationales ou mondiales, qui se prolongent dans Sodome et Gomorrhe, et déverse ses poisons les plus délétères jusque dans les programmes scolaires qu'on veut imposer à nos écoles !
"La gnose n'existe pas", prétend un abbé ?
Ignorance ? Sottise ? Prétention cléricale ? Ou pire ? Réservons notre jugement sur les personnes. Mais n'hésitons pas à dire combien ces campagnes récentes sont perverses pour dénigrer les gens qui ont eu le courage et la lucidité de dénoncer les résurgences de ces diverses formes de gnose, qui sont vieilles comme le diable, leur inspirateur, mais toujours vivaces !
Aussi pensons-nous rendre aux catholiques un service fort utile en publiant la présente brochure sur ce poison mortel de la gnose androgyne et ses développements actuels, jusque dans le "jubilé" de Jean-Paul II !
Cette brochure regroupe les articles parus il y a quinze ans sous la plume de Phazaël. Y sont fouillées les arcanes. sulfureuses s'il en est, de ces hérésies modernes. et pourtant bien anciennes !