Contre la justice laxiste
BILGER (Philippe)
13.50 €
Disponible en stock
Depuis mai 2012, Christiane Taubira, garde des Sceaux, assume la lourde responsabilité d'élaborer la politique pénale, de redonner confiance en l'institution judiciaire, mais aussi d'incarner à elle seule toutes les valeurs de la gauche. Son "action verbale", révélée par le débat sur le mariage pour tous, a fasciné ses partisans les plus dogmatiques. Elle a déploré l'état des prisons, la misère de certaines juridictions, prétendu lutter contre la récidive et donné des gages à la gauche laxiste.
Mais qu'a-t-elle entrepris ? De quel bilan concret peut donc s'enorgueillir ce ministre dont l'aura symbolique semble avoir primé sur tout autre critère ? Et comment dissimuler plus longtemps l'échec de son action ? Espérances déçues, vaticinations oratoires, mission républicaine sacrifiée à son destin personnel. Philippe Bilger dresse le réquisitoire d'une femme dont on attendait trop et qui, à force de se contenter d'annonces, est parvenue à mécontenter, à droite comme à gauche, les syndicats, les avocats, les magistrats et même ceux des médias qui l'épargnaient.
Au-delà, il met en cause la conception que la gauche se fait de la justice, tout particulièrement pénale.  
Magistrat honoraire et président de l'institut de la parole, Philippe Bilger a été pendant plus de vingt ans avocat général à la cour d'assises de Paris. Il est l'auteur d'un roman et d'essais tels que Pour l'honneur de la justice (Flammarion, 2006) et La France en miettes (Fayard, 2013).