Réconcilier justice et miséricorde - Une question de salut expliquée par le Théâtre Médiéval
MILLET-TAUNAY (Agnès)
12.00 €
Disponible en stock
Avec l'année jubilaire de 2016, la Miséricorde divine s'est trouvée au coeur de toutes les discussions et l'enthousiasme n'a pas manqué.
En effet, qui ne se réjouirait pas d'entendre parler de cette aimable dame ? Mais pendant tout ce temps, une autre était souvent oubliée : la Justice divine.
Il était pourtant une époque où l'une n'allait jamais sans l'autre. S'il est plaisant de parler de notre "avocate" Miséricorde, il est plus subtil et complexe de montrer l'étroite articulation et la belle complémentarité des deux vertus divines dans le coeur de Dieu.
C'est pourtant ce que le "Procès de Paradis" - en particulier celui écrit au XVe par Arnoul Gréban, étudié ici - a réussi en laissant résonner la voix de Justice avec laquelle la douce Miséricorde devait nécessairement s'accorder. Ainsi, sur les échafauds du théâtre médiéval, les vertus personnifiées s'opposent, après la Chute de l'homme, dans un débat à succès dont
l'issue n'est autre que la Rédemption de l'humanité.
Agnès Millet-Taunay, professeur de lettres, met ici à notre portée ses recherches universitaires sur un sujet riche et trop peu connu, qui nous fait gravir facilement - et en vers - de sublimes sommets de théologie.
Tentons donc un plongeon dans le prétendu "obscurantisme" du Moyen Âge pour en ressortir baignés d'une édifiante lumière.