Jean RASPAIL (1925 - )  Jean RASPAIL (1925 - )
Jean Raspail est né le 5 juilet 1925, à Chemillé-sur-Dême (Indre-et-Loire).
Il a organisé et dirigé de nombreuses expéditions et missions, les deux premières sous l'égide des Scouts de France (Equipe Marquette : Québec - La Nouvelle Orléans en canoës, 1949, et Terre de Feu, Alaska en automobile, 1951-1952). Puis au pérou, sur le lac Titicaca, chez les Aïnous du Hokkaïdo, en Patagonie, en Terre de Feu, aux Féroé, en Chine, au Moyen-Orient et dans les réserves indiennes des Etats-Unis...
De plus, il profita des voyages ainsi accomplis, des personnages rencontrés, des paysages découverts et des difficultés surmontées pour d'abord faire part de son expérience, puis construire des récits, et enfin des romans, de plus en plus élaborés, qui firent de lui un auteur couronné par l'Académie Française (Grand Prix du roman, 1981 et Grand Prix de littérature, 2003) et reconnu dans le monde entier.
De l'Atlantique au Pacifique, de l'Asie à Venise, Jean Raspail ne cesse, depuis la Mission Marquette, de voyager et d'écrire. Cependant, il est resté fidèle à l'esprit du scoutisme qui finalement fut son point de départ. A plusieurs reprises, il intervint dans la presse, et notamment dans le quotidien Le Figaro pour défendre le scoutisme traditionnel. D'esprit indépendant, il conserve un certain sens sacral retrouvé dans ses romans. Il n'a pas craint, à plusieurs reprises, d'exprimer dans la presse ses critiques des "nouvelles pédagogies".
Evoquant, le 25 septembre 1975, un rassemblement de quelques jeunes réunis pour une descente de la Dordogne en canoë, il termine ainsi son article : "Voilà le néant qui s'avance. L'autodestruction. À une toute petite échelle et s'appliquant simplement à des vacances en canoë, c'est la même technique qu'aux rassemblements de Taizé : ayant vu que le temple était vide, la jeunesse croit que le vide c'est Dieu".
Il fut aussi l'organisateur de plusieurs cérémonies commémoratives pour le bi-centenaire de 1793. Il salua, notamment, la mémoire et la fidélité des Gardes Suisses, massacrés aux Tuileries. Il se trouva à l'origine de la mémorable cérémonie du souvenir qui se tint le 21 janvier 1993, place de la Concorde, à Paris, où plus de dix mille personnes se rassemblèrent en silence à l'heure où Louis XVI fut décapité.
Il assista, en 1994, au feu de la Saint-Jean à Riaumont et donna, en préface, un très beau texte sur la promesse à l'ouvrage de Rémi Fontaine "Le Livre d'Hermine" en 1996.
On ne manquera pas d'évoquer l'un de ses romans, "Sire", qui se situe dans la tradition épique d'un quasi-scoutisme religieux, royaliste, fidèle à la chevalerie et au roi Bourbon. Cet ouvrage est pétri des mêmes sentiments et des mêmes valeurs, que ceux qui ont fait agir le "Prince Eric". Avec sa valeur littéraire, on peut le considérer comme une "chevauchée fantastique", mais aussi, à sa façon, comme une sorte de "roman scout" de la fin du XXè siècle.
Jean Raspail est consul général de Patagonie. Il a reçu la croix de chevalier de la Légion d'Honneur et des Arts et des Lettres.
Il a été également couronné par le prix T.S. Eliot de la Fondation Ingersoll à Chicago (1977), le Grand Prix de la ville d'Antibes, Jacques Audiberti (1993), le Prix Jean Giono pour l'ensemble de son oeuvre (2001), le Grand Prix de littérature de l'Académie française(2003), le Grand Prix du roman de l'Académie française (1981), le Prix Chateaubriand (1987), le Prix du livre Inter (1987), le Grand Prix du roman de la Ville de Paris (1991), le Prix du roman des Maisons de la presse ( 1995), le Prix Prince Pierre de Monaco (1996).



Les livres de l'auteur