16.00 €
Disponible sous peu
Dans ce troisième tome, fruit des analyses du Dr Johannes Rothkranz, Gioele Magaldi, pressenti pour occuper le poste de Grand-Maître du Grand-Orient d'Italie en 2014, poursuit ses révélations sur le monde secret de la supra-maçonnerie, ignoré même des loges "régulières".
Ainsi, les véritables raisons des divergences tenues cachées par la presse entre le Président Hollande et la Chancelière Merkel sont révélées.
Ces pages nous font connaître les vraies raisons de la Guerre du Kippour, des tentatives de révolutions et de coups d'État. Entre autres exemples, le Shah Mohammad Reza Pahlavi, membre des super-loges "Leviathan" et "Ibn Arabi", fut destitué par ses "frères" en faveur du régime des Ayatollah avec l'arrivée au pouvoir de Khomeiny.
En 1969-1970 puis en 1974, la franc-maçonnerie "néo-aristocratique", guidée par la "Three Eyes", projeta de faire un coup d'État en Italie, et comme cela ne réussit pas, la supra-maçonnerie "progressiste" intervint par le biais de la super-loge "Thomas Paine". Magaldi dévoile qu'en amont, toutes ses opérations sont dirigées par les Rockefeller et les services secrets britanniques. En effet, Alec Douglas-Home, le chef des services secrets britanniques pour les opérations extérieures (MI6), John Rennie et son collègue pour les affaires intérieures (MI5), Martin Furnival Jones, travaillèrent au plan de renversement de la République italienne, pour établir une dictature sur le modèle du "régime des colonels" en Grèce. Nous apprendrons dans ce chapitre, et avec la plus grande surprise, l'implication criminelle d'importants hommes politiques français. De plus, les super-loges sont responsables d'un des attentats les plus sanglants de l'histoire italienne, celui de l'Italicus Express, perpétré le 4 août 1974. Pour tromper l'opinion, les médias et la justice feront porter le chapeau au groupe néofasciste Ordine Nero !
Au début des années 1970, les super-loges avec Kissinger œuvrent à l'"ouverture" de la Chine communiste. C'est dans ce contexte qu'en 1973, David Rockefeller, membre de la "Three Eyes", visita son "frère" de loge, alors au sommet du gouvernement chinois, Chou En-Lai. La "Three Eyes" est au centre de cet effort diplomatique. Deng Hsiao Ping, maître incontesté de la Chine à partir de 1981, était membre de cette même super-loge.
Cette incursion dans le monde communiste ne saurait surprendre, quand nous savons que les super-loges étaient implantées en Union Soviétique. À l'automne 1972, des délégués francs-maçons, toujours coordonnés par l'environnement de Kissinger, de la "Three Eyes" et de la "Joseph de Maistre" (avec la bénédiction de leur membre Leonid Brejnev et sous le contrôle d'un autre éminent camarade, dirigeant du KGB, Youri Andropov) établirent les fondements de la super-loge "Amun".
Enfin, Magaldi dévoile l'influence des super-loges dans l'Allemagne national-socialiste, alors que la maçonnerie "régulière" ou conventionnelle y était interdite.