Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

L´amiral

Référence : 4166
5 avis
Auteur : DVD
Éditeur : FRANCE TELEVISIONS
EAN 13 : 3333297701730
18.06
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Epuisé chez l'Editeur
Voir la disponibilité en magasin

Description
L´avenir d´une nation, le choix d´un homme. Durée 124 MINUTES. Version française.
Critique du libraire
Long métrage russe qui met en scène la personnalité de l´amiral Koltchak, commandant suprême des Armées Blanches de Sibérie. Malgré une petite faiblesse (l´évocation du contexte de l´époque), il s´agit ´d´un film au demeurant exceptionnel à tous autres points de vue´ (Renaissance Catholique, n°113 août-septembre 2010) Durée 124 minutes. Disponible en version française. 
Les avis clients
Koltxhak fusillé en 1920 !
5/5 https://www.medias-presse.info/
.----. L’Amiral est un film russe réalisé en 2008 qui rend hommage à l’Amiral Alexandre Vassilievitch Koltchak (1873-1920), qui gouverna la Russie de 1918 à 1920. Alexandre Koltchak est nommé vice-Amiral en juin 1916, il est à 42 ans le plus jeune vice-amiral de l’histoire de la marine impériale. Le 4 novembre 1918, Koltchak devient ministre de la Guerre et de la Marine du Gouvernent d’Omsk, le gouvernement antibolchévique au pouvoir après la chute de la monarchie tsariste en 1917. Le 18 novembre de la même année, il renverse le pouvoir en place et se proclame commandant suprême de la Russie. Il reçoit alors les délégations étrangères et est reconnu à l’échelle internationale comme le chef légitime de l’État russe. Le 15 novembre 1919, après de violents affrontements, l’armée Rouge entre à Omsk. Koltchak démissionne le 4 janvier 1920. Il est livré par les Tchèques – une délégation tchèque représentant les forces alliées soutenait d’abord le régime de Koltchak avant de se retourner contre lui et de prendre le contrôle du Transsibérien – aux autorités révolutionnaires d’Irkoutsk et fusillé le 7 février 1920. Une lettre poignante, envoyée à son épouse par un témoin, décrit cette exécution et indique qu’aucun soldat du peloton n’accepta de tirer sur Alexandre Koltchak et qu’il fallut trouver un individu condamné à être fusillé quelques jours plus tardpour tirer sur lui .
Une bénédiction !
5/5 Jeune Nation.
.----. « Nous avons décidé de bénir cette entreprise, afin de contribuer à la réunification des gens, explique le responsable religieux. Il ne faut pas porter sur l’Histoire un regard unilatéral. Dans notre pays, l’Histoire a été aussi bien blanche, que noire, et rouge. On sait que Koltchak voulait stabiliser la situation lors d’une période terrible de l’Histoire. Et à en juger par sa correspondance, il a tenté de le faire avec honnêteté. On ne peut pas rayer son nom de l’histoire de l’État ni de l’Altaï. » Vladimir Loktionov, lui aussi, affirme avoir installé cette plaque commémorative afin, notamment, d’unir les gens. “ « Cent ans sont passés, et notre société est toujours divisée, poursuit Vladimir. Tout le monde est réconcilié?: les Japonais, les Allemands… » Alexandre Vassilievitch Koltchak, né le 16 novembre 1874 (4 novembre du calendrier grégorien) à Saint-Pétersbourg était un officier de marine russe, océanographe et hydrographe. Nommé n 1916 il fut le plus jeune vice-amiral et on lui confia le commandement de la flotte de la mer Noire. Pendant la Révolution russe, en 1918, il avait été élu Gouverneur suprême de la Russie et chef des armées blanches sibériennes par les forces anti-bolchéviques. Lâché par les « Alliés » et trahi par l’armée tchèque aux ordres du général Janin, il est livré au soviet local d’Irkoutsk et fusillé par les bolcheviques le 7 février 1920.
Une plaque !
5/5 Jeune Nation.
.-:---. Loktionov explique avoir mis un an à récolter les fonds nécessaires à l’installation de la plaque, qui lui a coûté 50 000 roubles (environ 790 euros). « Les clients m’ont aidé à en recueillir un quart », précise-t-il. L’inauguration s’est tenue le 16 janvier 2016 – jour de l’anniversaire de l’amiral. En prévision de cette cérémonie solennelle, Vladimir avait mis une annonce dans le journal, prévenu la télévision locale et envoyé des invitations personnelles à chacun des habitants de Chipounovo. Mais les journalistes ne sont pas venus et, au final, quatre personnes seulement ont assisté à l’inauguration. Les villageois ont expressément ignoré l’apparition de ce nouveau monument. « Aujourd’hui, les petits jeunes se prennent en photo à côté de la plaque, ils font des selfies. Mais les anciens sont profondément indignés?!, ajoute-t-il. La guerre civile est une tragédie pour notre peuple, et le rôle de Koltchak dans cette tragédie est loin d’être héroïque. Il a fait couler le sang dans notre village?! » affirme Vladimir Gorchkov, un retraité. Alexandre Vakaïev, premier secrétaire du comité de district du KPRF, Parti communiste de la Fédération de Russie pour Chipounovo, est d’accord. Igor Vorobev, archiprêtre de l’église du lieu, s’efforce pour sa part de réconcilier les partisans du commandant et ceux de l’amiral. Il confie avoir donné sa bénédiction à Vladimir Loktionov pour l’installation de la plaque commémorative à Koltchak. ( suite ).
polémique ?
5/5 Jeune Nation
.----. Russie : polémique autour d’une plaque à la mémoire de l’amiral Koltchak en Sibérie . ******. . À Chipounovo, dans l’Altaï, un entrepreneur a installé une plaque commémorative au plus célèbre commandant des armées blanches, l’amiral Koltchak, et a provoqué l’indignation de ses voisins. De loin, l’hôtel de Chipounovo, un village à 180 km au sud-ouest de Barnaoul, ressemble à un navire. Le deuxième étage est orné d’une passerelle avec son gouvernail. Sur la balustrade du « pont », au premier étage, des drapeaux sont dressés?: celui de la Croix de Saint André, drapeau de la Flotte russe, le drapeau rouge soviétique et le russe tricolore. Auprès de l’entrée, à côté d’une ancre suspendue, une plaque de marbre noir est fixée au mur. Elle représente un homme en veste de marine blanche. Sur ses pattes d’épaules?: deux aigles bicéphales. « Je suis le propriétaire de ce bâtiment. Il abrite un hôtel, où je vis. Et nous avons fait installer, au rez-de-chaussée, cette plaque commémorative à l’amiral Koltchak, explique Vladimir Loktionov, retraité. Il est impossible de rayer cet homme de l’Histoire. » « Autrefois, comme la majorité des Russes passés par l’école soviétique, je le voyais comme un personnage négatif », admet-il. Tout a changé en 1989, lorsque Vladimir, au cours d’une croisière en bateau sur le Cercle polaire, a assisté à la conférence d’une historienne sur l’amiral blanc. « J’ai alors entendu parler pour la première fois de beaucoup de choses, raconte le retraité?: j’ai appris que Koltchak avait réalisé deux expéditions vers le Cercle polaire, qu’il s’était battu en mer du Japon. Il a défendu notre Patrie. Il a combattu sur la Baltique. Il a chassé de la mer Noire tous les Allemands C’est, jusqu’aujourd’hui, le plus jeune amiral du monde. C’est un officier courageux, audacieux. » ( suite ) .
UN DOCUMENT D'HISTOIRE
5/5 JEAN SAUMUR 49
J'ai vu ce film car il avait été sérieusement démoli devant moi par une personne de confiance! Ce film est remarquable sur le plan historique et même exceptionnel car il touche un sujet le plus souvent ignoré de nos média. Par contre, il est vrai que notre héros n'est pas irréprochable et c'est peu dire! Mais il en est souvent ainsi dès que l'on touche aux questions historiques, on devrait le savoir je crois. Il me reste une impression générale très, très favorable.